last TOP CHOICES Nos coups de coeur
pavillon 666 webzine metal rock Derniers Coups de coeur



 Chroniques d'albums CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Chroniques | Etre chroniqué | Etre chroniqueur flux RSS - updates - pavillon 666


Pavillon 666 - metal rock webzine ULCERATE - Shrines of Paralysis [ 2016 ]
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album (57.54) | Death moderne sombre/ Progressif/
Informations
INTERVIEW pavillon 666
Contact label http://label.relapse.com/
Contact groupe http://www.ulcerate-official.com/ https://ulcerate.bandcamp.com/
 Pavillon 666 - metal rock webzine

Chronique : 13 octobre 2016
Chroniqueur : Jermz.Tral

Une fois de plus, ce groupe de Nouvelle Zélande nous propose une musique all black. La formation, qui officie en trio depuis 2011 nous délivre son 5ème album studio, un opuscule de noirceur et de puissance qui nous laisse un goût de fiel paradoxalement très appréciable. Nouveau poulain de l’écurie Relapse depuis le disque précédent, Ulcerate nous a concocté un excellent Shrines of Paralysis qui dépote.

S’il y a un domaine dans lequel le groupe excelle, c’est dans l’art de marier la complexité musicale avec la densité sonore, le chaos et la dissonance mélodique, tout en préservant un discours musical à la fois clair, précis, progressif et ingénieusement paramétré.
A l’instar d’un groupe comme Meshuggah, Ulcerate poursuit sa quête musicale originale en exploitant un filon sonore particulier depuis plus de 16 ans. La force d’Ulcerate, c’est sa capacité à mêler rapidité, technicité, puissance pour finalement faire surgir des compositions réellement atmosphériques, voire planantes ! Par l’écoute, l’auditeur est pris dans un fatras de décibels chargé d’informations mais le cerveau réorganise les éléments pour générer un état second, une hypnose délicieuse durant laquelle il se sent pris au piège.

En ce qui concerne la place des instruments sur Shrines of Paralysis, le menu auquel nous a habitué le groupe a peu évolué. La batterie propose à nouveau un travail remarquable, faisant le lien avec les autres éléments d’une manière encore plus appropriée que sur les albums précédents. Les cavalcades de double grosse caisse, les blasts beats précis, le travail sur les cymbales rappelant les manœuvres originales de Gene Hoglan sur Symbolic de Death, confirment un bon sens sur les compositions qui apportent cohérence et dynamisme à l’ensemble du disque.

Le jeu très texturé de la guitare et son placement insolite en tant que toile de fond ajoutent la densité caractéristique du son d’Ulcerate, avec ses va-et-vient entre rythmiques graves, interventions aiguës et arpèges mélancoliques. Avec l’épaisseur saturée du son de basse, tous ces éléments renforcent le climat pesant et suffocant tout au long des 8 titres qui oscillent, pour la plupart, entre 7 et 8 minutes en moyenne. La durée des morceaux permet aux musiciens de miser sur le développement de l’ambiance, à grand renfort d’accélérations, de breaks, de passages calmes pendant lesquels ils exploitent de nombreuses nuances. Bref, Ulcerate use les recettes déjà exploitées sur les opus précédents, mais de manière encore plus subtile et de ce fait, on sent que le groupe affine son art d’année en année, la maturité aidant.

Le chant, puissant, trouve encore mieux sa place à la fois au sein des compositions mais également au sein du mix. Ulcerate développe avec cet album une musique mieux équilibrée, affinée, où les instruments semblent plus facilement trouver leur place.
La production, même si celle-ci varie peu, est moins frontale que sur Vermis, le disque précédent. Un peu plus large, elle permet une mise en valeur du climat et le son gagne à la fois en lourdeur et en précision sur les passages denses.
Les titres s’enchainent avec beaucoup de cohérence, le très complexe « Abrogation » en ouverture, avec ses riffs à tiroirs et ses multiples breaks, « Yield to Naught » et son final saisissant, le pachydermique « There are no Saviour » suivi de « Shrines of Paralysis », le morceau le plus long et ambiant. Après un court « Bow to Spite » en guise de pause cataclysmique, L’album reprend son cours avec « Chasm of Fire », et son développement sombre et progressif. « Extinguished Light », pessimiste à souhait et « End the Hope », clôturent l’album.

En définitive, Ulcerate continue sur sa lancée et propose une musique introspective, très travaillée, chaotique et nuancée. Ne cherchez pas de grooves ou de riffs qui font bouger la tête, les musiciens sont dans une autre perspective musicale et leur death metal très caractéristique à la sonorité moderne, loin des clichés du genre, continue son chemin avec ce très bon Shrines of Paralysis.



PARTAGER :
pavillon 666 webzine metal rock Achetez ce CD ICI
pavillon 666 webzine metal rock
Autres chroniques d'albums du groupe
ULCERATE - Of fracture and failure ULCERATE - Everything is fire

Donnez votre avis sur l'album

pavillon 666 webzine metal rockConnectez vous

pavillon 666 webzine metal rockPostez votre commentaire

pavillon 666 webzine metal rockLes commentaires :
 
 


Fonctionnement
pavillon 666 webzine metal rock Les chroniques bientôt en ligne | Etre chroniqué | Etre chroniqueur



Soutenez-nous !
concerts à venir dans le mois Concerts partenaires
COVEN [Lyon - 69] > 24-07-2019
COVEN [69] 24-07-2019

pavillon 666 webzine metal rock Voir les concerts
pavillon 666 webzine metal rock Poster un concert
Concours A gagner en ce moment
CONCOURS CD : PAVILLON666
PAVILLON666
CONCOURS CONCERT : BLACK BOMB A
BLACK BOMB A (28)

pavillon 666 webzine metal rock Voir tous les concours