CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine KARNE
Symposium of torments [ 2017 ]
CD Album (Durée : 46.44)
Style : Mélo-Black Metal Médiéval
Informations :
Interview :
Contact label : http://epictural.fr/index.php?
Contact groupe : https://www.facebook.com/karnebm
 


Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 01 juillet 2017 - Chroniqueur : Eniok
 

Cette année sort le second opus de Karne, un groupe lorrain de black metal mélodique. Je découvre le groupe avec ce « Symposium Of Torments », qui m'a intéressé pour plusieurs raisons : tout d'abord le line-up, notamment constitué d'ex-membres de Malevolentia, qui est tout de même l'un des meilleurs groupes de black sympho de France, ainsi que membre de Heimsgard (Raido), qui est un excellent projet solo de pagan black metal dont le premier album est paru en 2015 qui m'avait bien marqué et qui n'est malheureusement pas assez connu. De plus, il y a cet artwork. Que c'est beau et que ça fait médiéval. J'adore les groupes français qui parlent de l'époque moyenâgeuse, et quand on parle de black médiéval mélodique, on pense de suite à Sühnopfer, qui est mon projet black metal préféré (de tous les temps) ou encore pourquoi pas à Garwall, plutôt dans une veine black/heavy de grande qualité. Comment dire, je partais avec que des bons a priori. Le digipak est également très beau, il faut le déplier pour voir que le dessin continue derrière et fait « fresque médiévale », tout en noir et blanc.

Qu'en est-il de la musique ? A-t-on vraiment envie de comparer Karne à Sühnopfer ? Non, je ne veux pas. Bref, ne faisons pas de track by track car, même si l'album est magnifique dans son intégralité, repérons plutôt ce qui ressort de l'album.
Commençons par le chant, qui n'est pas trop mis en avant, mais qui se marie très bien avec l'instru. En effet, le chant est possédé, on a l'impression que l'album a été enregistré dans un château en ruine. Mais quand je parle de possession dans le chant, on va quand même y mettre une limite car, même si le chanteur semble vivre sa musique, on est loin du chant d'Ardraos (oui j'ai dit pas de comparaison avec Sühnopfer mais là faut bien), qui pourrait en repousser la plupart, de part son chant suraigu ! Chez Karne, le chant semble plus propre tout de même. Pour être plus clair, si vous n'aimez pas Sühnopfer à cause du chant, pas d'inquiétude, chez Karne, c'est pour « audible ».
Passons à présent au gros point fort de l'album : les riffs de guitare. Pas de surprise, c'est du black de type mélodique, donc on en attend un minimum du riffing ! Pour moi, ça rentre parfaitement dans ce qu'on qualifie de riffing « black médiéval ». A savoir des trémolos à foison, un son particulièrement suraigu, le tout étant frénétique, entrecoupé de mélodies « médiévales », à savoir reprises de musiques traditionnelles qui ont traversé les âges, et qui sont souvent très « dansantes » ou « catchy » si vous préférez. Justement, mélangé au black metal agressif de Karne, on a une espèce de danse macabre glaciale venue tout droit du passé.
On peut aussi s'arrêter sur la batterie, comment dire : un son clair, pas abrutissant, mais tellement puissant. Sans être trop technique, il est très agréable de se concentrer sur elle lors de l'écoute car le rythme change assez souvent, alternant mid-tempo et tempo rapide. La guitare aidant à propulser les blasts mais rendant les ralentissement vraiment efficaces. Oui, ça nous détruit les cervicales.
Et l'album finit également en beauté avec un morceau des plus poignant, moins agressif et plus aérien, là on approche de « l'eargasm » !

Bon allez, je n'ai relevé qu'un seul petit défaut, et encore ça dépend des goûts, mais mon black médiéval, je le préfère chanté en français, ça reste plus immersif. Par exemple, mon morceau préféré de Garwall est « Pride » chanté en français, qui retranscrit une bataille médiévale, on se retrouve plus facilement concerné par le morceau, vu qu'on comprend les paroles.

Bon, on va conclure là dessus. Cet album est magnifique, il tourne en boucle depuis, ça faisait longtemps que je n'ai plus entendu un black aussi accrocheur, pour une durée de trois quart d'heure, ça passe tout seul c'est génial. Bref, Karne, je le recommande à tous les fans de black médiéval, à tous les passionnés d'Histoire !

Points positifs :
- Les riffs très efficaces et agressifs !
- La batterie hyper active et versatile.
- L'artwork médiéval.
- Le chant bien produit, bien dans ce que l'on attend d'un groupe de black.

Points négatifs :
- Pas vraiment de points négatifs, peut-être juste le chant en anglais, mais à la limite c'est pas important.
- En fait si, le grincement complètement gratuit à la toute fin de l'album. RIP utilisateurs de casque.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR