CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MAGNA CARTA GUITAR GREATS VOL.
Guitar Greats Vol1 [ 2007 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
- Durée : 62.37 - Style : Guitar Heroe/ prog
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.magnacarta.net
Contact groupe :
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 27 avril 2007 - Chroniqueur :
 

Voici Magna Carta, premier volume d’une compilation de titres de guitar heros.
Vous me direz encore une compilation de morceau dans lequel on privilégie la technique à l’originalité, la composition et l’émotion, et bien oui vous avez raison, car ce que l’on peut dire c’est que dans le style nous avons de quoi faire, étant donné le nombre de sorties.
J’ai toujours trouvé que la plupart de ces œuvres étaient réservés uniquement aux guitaristes qui y trouvaient leur compte en virtuosité de la six corde, contrairement aux autres qui eux n’y voyaient que des morceaux sans grand intérêt musical pour la qualité des compositions, faite plutôt pour habiller les prouesses de nos six cordistes qu’autre choses.
On reproche souvent aux guitar hero en solo de ne pas dégager d’émotion à l’écoute de leurs morceau et je vais prendre un exemple flagrant, les reprises de « Pink Floyd » dont « Anathema » arrive à dégager une ambiance et une émotion sans commune mesure avec les reprises aseptisés des groupes expérimentés et monstrueux techniquement. Le problème est que c’est souvent pareil dans les compositions. Les titres sont très souvent situés des années en arrière niveau style, se plaçant dans un créneau glam/hard fm et c’est ce que nous retrouvons sur pas mal de titre de cette compilation. Heureusement ce n’est pas le cas de tout le monde, on peux citer « Johnson » du « G3 » qui apporte vraiment une qualité émotionnelle exceptionnelle, le trio « Al Di Meola », « Laughlin », « De Lucia », « Malmsteen » sur son concerto classique, « Rondat » sur ses premières œuvres, la liste est longue quand même, mais ici on tombe plutôt sur la première formule cité précédemment, celle plutôt aseptisés dont seulement quelques morceaux méritent la possession de cette production. Trop peu me direz vous ? C’est ce que nous allons voir.

C’est « John Petrucci », guitariste que l’on ne présente plus de « Dream Theater », qui ouvre la danse, petit lead et solo direct pour annoncer les choses, puis le chant très progressif arrive. Je trouve comme souvent dans un album solo de guitar hero, le chant vraiment inintéressant et trop rétro, les musiciens géniaux ont vraiment du mal a évoluer dans leur approche, le chant glam, hard rock 80, ça passe tout de même mal actuellement pour le commun des mortel et même si on aime les prestations des monstres de la six corde, les chanteurs utilisés sont vraiment énervants.
Le style du morceau du grand « John » est bien en dessous de « Liquid Tension » ou de « Dream Theater » et le coté « nian nian » agace assez vite. Après « Liquid Tension » qui m’avait réconcilié avec les compos de « Petrucci ».
« Derek Trucks », propose lui, un style bien plus intéressant, aspect mi bleusy, mi « ZZ Topien », du gros lead plein d’harmoniques, du bend à tout va, cette fois c’est du bon, on se débarrasse du chant bien lourd de son homologue.
« Michael Romeo » lance lui la phase shred avec la vélocité et la virtuosité qu’on lui connaît, malheureusement, encore un chant et des breaks très hard fm.
« Steve Stevens » propose un titre plus acoustique avec du solo très blues et plein de feeling.
« Satriani » met une claque à tout le monde et fait voir qui est le boss, ça joue, le bonhomme est toujours aussi bon et le morceau est déjà moins mielleux, même si ça sonne toujours très classique de « Satch ».
« Steve Lukather » a le mérite d’avoir un chanteur non horripilant et le niveau du guitariste de « Toto » est là, un morceau intéressant et plein de feeling, enfin.
« Jak E Lee » arrive à la suite, les solos sont très « Satrianesques ».
« Steve Morse » fait suite avec un morceau posé et mélodique avec un très joli début en guitare acoustique.
« Vinnie Moore » se la joue électronique progressif, grosse claque technique
« Georges Lynch » utilise un chanteur très glam mais ça on est habitué et on s’y attendait, par contre le monsieur a toujours un niveau aussi énorme. Ça sent les écarts de doigts monstrueux.
« Alex Skolnick » viendra clôturer le CD avec un morceau de slide au bottleneck très country.

Voila donc une compilation sans grand intérêt. Comme souvent il y a de la technique mais les morceaux se résument a cela, et sont la plupart du temps intéressant uniquement pour les musiciens. Fan de musique et de qualité technique penchez vous sur de bons groupes de Heavy vos deniers seront mieux placés.




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut