CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine SQUEALER
The Circle shuts [ 2008 ]
(Durée : 46.49)
Style : Heavy-métal/thrash
Informations :contient le remix de « Human Traces » du EP paru en 1989.
Interview :
Contact label : http://www.afm-records.de/
Contact groupe : http://www.squealer.de http://www.myspace.com/squealerofficialmyspace
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 28 septembre 2008 - Chroniqueur : GOHR
 

En provenance d’Allemagne, SQUEALER est un combo « parmi tant d’autres » de Thrash-Métal aux influences Heavy et Power-métal. Avec ce nouvel album intitulé « The Circle shuts », il s’agit d’un tournant dans la carrière du groupe, puisqu’il s’agit du premier album sans le chanteur Andy Allendörfer décédé prématurément. Le combo délivre néanmoins un assaut percutant et même assez original pour le style pratiqué.

La faculté d’accroche de nos allemands est la première chose qui touche. L’album ne possède aucune introduction. A la place, un gros riff Thrash-métal soutenu par une batterie très énervée nous permet de démarrer sec sur les chapeaux de roue. Arrive ensuite le chant, à la fois Heavy et très rauque, cette voix sort assez des clichés Heavy pour apporter quelque chose d’assez glauque à la musique. Soudain arrive le refrain : première grosse claque de l’album. La ligne de chant est implacable et son caractère hypnotique est souligné par l’arrivée d’un clavier génial, à la fois discret et nécessaire dont la mélodie typée orientale permet de basculer dans un univers complètement différent.
Pari tenu, en une chanson SQUEALER parvient à nous scotcher littéralement, et quel régal de constater que l’album ne perd pas de puissance sur la longueur, quoique nous puissions noter quelques défauts. Que les chansons soient plus lentes, « Mask of the betrayer », où plus rapides (piste 64), on apprécie cette faculté de sortir des plans de guitare puissants, toujours lourds et accrocheurs. Sur un titre comme « Grey » on apprécie aussi la présence de la basse, dont le son métallique apporte aux guitares ce petit côté violent et moderne.

Notons que cette modernité se ressent aussi pas mal au niveau des arrangements, comme dans la chanson « Godlike » avec son outro au synthé. Un point fort majeur de « The Circle Shuts », déjà évoqué à propos de la première chanson, vient du chant. Les voix ne sont jamais démonstratives et trop haut perchées (mis à part sur une seule chanson, et encore, il s’agit de chœurs). Le timbre de monsieur Vornam à la faculté d’être vraiment vecteur d’une importante force émotionnelle. Pour donner une idée, son chant peut évoquer celui des voix graves de KING DIAMOND. C’est notamment lors des refrains que ce dernier excelle. Lors de ces derniers, son chant s’éloigne du Thrash, pour aller vers quelque chose de plus accrocheur, de plus Heavy, de plus intense.

Bref, « The Circle shuts » est un album efficace, jouant bien sur toute l’envergure possible et imaginable du Heavy/thrash-métal, sans bien évidement sortir totalement des gonds du style. La seule chose qu’on en vient à regretter, c’est que SQUEALER nous trompe légèrement. En effet, bien que le clavier fût discret dans la première chanson, il était le pilier d’un refrain monstrueux, or cela est la seule véritable intervention de synthé. Les autres interventions sont beaucoup moins personnelles, et ne sont là que pour servir de transition entre deux morceaux, au lieu d’être un élément à proprement parler de la musique. Bref, ceci est légèrement frustrant. Ceci étant, l’essentiel chez SQUEALER réside dans ses riffs de qualité et ses contrepoints de leads mélodiques. D’ailleurs, pour un groupe qui vise visiblement l’efficacité, il est surprenant de sortir, en avant dernière chanson une balade, quoique un peu électrique, tristement trop classique.

En conclusion, les trois quarts d’heures en présence de SQUEALER sont bonnes, rythmées et mélodieuses. Le nouveau chanteur nous montre clairement qu’il est capable de prendre le relai, et que SQUEALER rentre dans une nouvelle aire. Une musique à conseiller, cependant, essentiellement aux amateurs de Heavy-métal.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top