CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine FEAR FACTORY
Mechanize [ 2010 ]
CD (Durée : 44.50)
Style : Thrash Industriel
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.afm-records.de
Contact groupe : http://fearfactorymusic.com/ http://www.myspace.com/fearfactory
 


Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 19 février 2010 - Chroniqueur : Chart
 

2010, le retour de FEAR FACTORY ! Et encore un nouveau line up ! Oui, on ne s’y attendait pas forcément à celui-là. Un retour sur les faits marquant de la carrière du groupe s’impose à tous ceux qui ont perdu le fil ces dernières années. FEAR FACTORY est fondé à Los Angeles aux Etats-Unis en 1990 par Burton C. BELL (chant), Raymond HERRERA (batterie) et Dino CAZARES (guitare). Andrew SHIVES est remplacé en 1994 par Christian OLDE WOLBERS à la basse. Un an plus tard, FEAR FACTORY signe son deuxième album, « Demanufacture ». En mars 2002, Burton C. BELL annonce son départ du groupe, l'expliquant par des conflits entre les membres. Peu après, le groupe annonce sa séparation. Cependant, il se reforme plus tard la même année, avec Burton C. BELL mais sans Dino CAZARES. Au printemps 2004, le groupe sort l'album « Archetype. » C'est désormais Christian OLDE WOLBERS le guitariste du groupe, la basse étant assurée par Byron STROUD (STRAPPING YOUNG LAD). En avril 2009, Burton C. BELL et l'ex-guitariste Dino CAZARES annoncent leur réconciliation et la formation d'un nouveau FEAR FACTORY avec Byron STROUD à la basse et Gene HOLGAN (DEATH, STRAPPING YOUNG LAD) à la batterie. On n’a pas vu aussi riche en rebondissement depuis la réapparition de Bobby EWING dans « Dallas ».

Si « Archetype » évoquait un retour aux sources un peu plus marqué que par l’album « Digimortal », « Transgression » était pour le moins décevant malgré quelques bons titres. Alors, que pouvions nous attendre de FEAR FACTORY après trois albums assez inégaux ? Et bien la réponse est simple. Le combo qui a eu l’inspiration géniale lorsqu’il a enregistré le devenu classique « Demanufacture », est enfin de retour. Et c’est peu dire ! « Mechanize » est l’album que l’on espérait sans trop y croire. C’est le successeur direct de « Demanufacture » avec la puissance de « Obselete ». La bonne vieille recette du groupe basée sur ce mélange de gros Thrash parfois à la limite du grind agrémenté d’une forte dose d’industriel, et les touches plus mélodieuses fonctionne à nouveau. La magie est de retour. Là où les autres albums proposaient quelques titres rapides et efficaces et d’autres bien moins intéressants, « Mechanize » tient l’auditeur du début à la fin, citons « Mechanize », « Fear Campaign », « Powershifter »...pour donner quelques exemples. Mais sincèrement, je ne vois pas ce qu’il y a d’inintéressant sur cet opus. Gene HOLGAN est une véritable machine de guerre. Il s’adapte à merveille aux gimmicks de son prédécesseur sans que l’on puisse regretter quoique ce soit dans ce nouveau line up.
Comme il l’avait fait sur ces précédents albums, le groupe propose quelques titres à l’atmosphère un peu plus détendue. Les fins d’album pour FEAR FACTORY sont souvent l’occasion de placer un peu plus de parties basées sur des ambiances au clavier. « Designing the Enemy » et le sublime « Final Exit » appliquent cette règle tout en gardant, en particulier pour « Final Exit », un aspect radicalement metal.

Il y a peu de chance que cet album passe inaperçu et ne devienne pas une référence dans la discographie du groupe. Toute la thématique de la machine opposée à son créateur humain est bien présente. La production est radicalement énorme. Burton C. BELL dégage une puissance hors du commun et un chant clair impeccable. Gene HOLGAN est vraiment le bienvenu. Byron STROUD confirme sa place dans le groupe. Et pour finir le retour de Dino CAZARES est une véritable bénédiction pour la carrière du groupe. Beaucoup d’éloges certes, mais que faire d’autre lorsque l’on se retrouve face à une machine de cette ampleur ?





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
FEAR FACTORY - The industrialist FEAR FACTORY - Genexus

 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top