CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MR.GIL
Light and sound [ 2010 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD - Durée : 37.01 - Style : Folk/pop
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.electrum.lublin.pl
Contact groupe : http://www.myspace.com/mirekgil
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 24 février 2011 - Chroniqueur : Oceancloud
 

La Pologne n'est pas seulement un vivier fertile au death metal le plus chirurgical et véloce, mais présente également une scène progressive dynamique et talentueuse, dont Riverside est devenu ces dernières années le remarqué porte drapeaux. Mais d'autres musiciens dévoué à la cause œuvrent dans l'ombre et ce depuis bien longtemps pour faire rayonner ce style exigeant et imprévisible dont l'appellation même devient de plus en plus galvaudée.

Le guitariste virtuose Mirek Gil est un des plus grands artisans du progressif dans son pays natal depuis près de 20 ans. Après une carrière bien remplie avec le groupe Collage, il fonda à la fin des années 90 un autre groupe, Believe (pas très inspiré pour les noms de ces groupes par contre) avec tout autant de talent. Mais l'homme aimant varier les plaisir, il s'offrit à la fin des années 90 une virée solo sous le nom de Mr. Gil. Après un album et une hibernation de 10 ans dans un bocal de formol, Mr. Gil repris du service en 2009 avec "Skellig", album n'ayant apparemment pas franchit nos frontières ou étant parvenu à ne laisser aucune trace sur le web francophone. Mirek remet le couvert un an plus tard (2010) avec ce "Light and sound", qui sans renier les amours progressives du polonais, présente une musique plus folk que rock, entièrement acoustique mais digne d'intérêt, même pour les assoiffés de distorsion que nous sommes.
Du haut de ces neufs titres (en réalité dix, mais le dernier me parait plus être un bonus track, j'y reviendrai) acoustiques, Mirek Gil nous présente ses influences folk et classiques dans une musique calme et rêveuse, qui semble destinée à la relaxation. Après une intro au piano qui évoque le musique classique – diable, me serais je trompé de disque? -, "No more of the dark" nous dévoile le véritable créneau de Mr. Gil, une pop/folk acoustique doucettement mélancolique, où la guitare est reléguée au second plan par le piano et le violon, ces derniers menant le mélodie et l'essentiel des parties solos.
Le morceau pré-cité, "Easily", "Annah", sont autant de délicates ballades aux refrains marquants, soutenu par la voix suave de Karol Wroblewski – qui malgré son prénom, est un homme.
L'instrument de Mirek Gil reprend ses droits sur deux titres très folk aux influences celtiques, "Best regards" et "The bright island" qui sont sans doute les deux morceaux les plus dynamiques de l'album, très entrainants et sautillants. Ces deux compos, stratégiquement placées, permettent de casser la monotonie et de relancer l'intérêt de l'auditeur quand celui commence logiquement à s'émousser. Parce que le véritable souci de l'album est sans doute le manque de relief de l'ensemble, tous les titres se basant sur les mêmes structures finissent non pas par se ressembler, mais par former un bloc uniforme de douceur et de légèreté qui amène immanquablement au mieux à la rêverie, au pire à la somnolence. D'autant plus que le tout se retient assez vite, reléguant le disque dans la pile de musique d'ambiance pour les apéros avec les voisins, même si on appréciera de le remettre pour ces occasions.
Juste un mot sur « Kto aniolem byl » qui apparaît non seulement dans une jolie version acoustique mais aussi en « bonus track » électrique à la fin du disque. Ici, l'esprit du morceau ne change pas, mais les arrangements son plus fouillés et la guitare électrique remplace les cordes sèches. Mirek se fend également d'un solo que je qualifierai de passe partout – je pense que cet homme peut faire bien mieux. Le chant se fait plus mainstream et tout ça réunit fait de cette version un single tout désigné, sans l'âme de la version acoustique mais au potentiel radiophonique évident.

Idéal pour se détendre après une dure journée de labeur ou pour un diner aux chandelle avec l'être aimé, "Light and sound" est certes un album à la durée de vie limitée qui finira comme fond sonore, mais mérite néanmoins le détour par son travail d'écriture abouti et ses influences folk bien intégrées. Et pour ne rien gâcher, certaines chansons sont vraiment magnifiques. A tester.




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut