last TOP CHOICES Nos coups de coeur
pavillon 666 webzine metal rock Derniers Coups de coeur



 Chroniques d'albums CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Chroniques | Etre chroniqué | Etre chroniqueur flux RSS - updates - pavillon 666


Pavillon 666 - metal rock webzine DARKENHOLD - A Passage to the Towers [ 2010 ]
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD (40.53) | Black Metal
Informations
INTERVIEW
Contact label http://www.myspace.com/ancestraleproduction
Contact groupe http://www.myspace.com/darkenhold
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine

Chronique : 23 mai 2011
Chroniqueur : Matai

Donjons, châteaux, paysages sombres, routes tortueuses, nuits noires, créatures étranges, tombeaux, errance, solitude, froideur, forêts… On frôle les histoires moyenâgeuses et les mythes de Tolkien, et pourtant, c’est bel et bien une traversée aussi bien musicale que visuelle que nous offre l’écoute de cet album nommé « A Passage to the Towers » pour un groupe qui nous sort son tout premier méfait. Darkenhöld et son nom digne de Bal Sagoth, pour les néophytes, n’est autre que le nouveau projet d’Aldébaran d’Artefact, dont les cendres font encore parler d’eux.

Mais le sieur Adébaran signe ici un coup de maître et procure à ce nouveau groupe un nouveau souffle, une nouvelle vie, en officiant dans un Black metal épique voire Pagan assez conceptuel. Aldébaran pour cela, recrute d’autres membres de son groupe annexe Fhoi Myore à savoir le guitariste Balahr et la batteur Aboth, ainsi qu’un nouveau chanteur, Cervantès, avant un passage au Cox in Hell Studio et au Drudenhaus, un mixage signé Neb Xort (ex-Anorexia Nervosa) et une signature chez Ancestrale Production.

Les dix titres de ce « A Passage to the Towers » nous embarquent littéralement dans l’univers tortueux, mystique, froid et épique de Darkenhöld pour un voyage sans pareil. Même si l’agressivité est irrémédiablement au rendez-vous, le groupe ne mise absolument pas sur la violence, mais plus sur les mélodies et les ambiances à la Dissection, ou sur ce côté rageur, impérial et puissant, empreint de majesté ou d’héroïsme à la Emperor. Un morceau comme « Cleaving the Ethereal Waves » avec ces riffs froids et désespérés, et ces claviers puissants rappellent sans aucun doute ces géants de la scène Norvégienne avec leur tout premier opus, «In the Nightside Eclipse», les touches acoustiques en plus.

Car il est clair qu’à la manière d’un Agathodaimon sur un « Phoenix » ultra froid et romantique, Darkenhold tend à intégrer un panel d’éléments acoustiques, notamment de belles notes à la guitare du plus bel effet. Le rendu change quelque peu de l’ordinaire et octroie aux compositions de ce « A Passage to the Towers » non seulement un répit, mais aussi un côté suave et doux, après un déferlement continu de riffs furieux, d’accélérations épiques et de vocaux black profonds.

Furieux oui, mais mélodiques à souhait et ultra travaillés, de façon à être encore plus percutants (« Marber Bestiary »). On est surpris par la maîtrise de ces guitares qui ne peuvent qu’embarquer l’auditeur dans un monde relativement froid et obscur, les nappes de claviers, pour le moins discrètes et sans prétention, relevant avec finesse ces ambiances, alors que le chant black hargneux, accompagné de chœurs guerriers, ne peut que nous faire penser aux français Belenos. En effet, les relents Pagan sont bien là, mais ne priment pas, à la manière d’un « Citadel of Obsidian Slumber » entraînant où un chant clair point le bout de son nez et où un clavier ésotérique nous plonge en pleine forêt, un peu à la manière d’un Sycronomica mais en moins symphonique.

Darkenhold maîtrise parfaitement sa musique de bout en bout et nous livre un album relativement intense, même si la poudre n’a pas été inventée ici, les influences nordiques voire scandinaves se faisant ressentir. Toutefois, il est clair que nous tenons ici un magnifique album, prenant et froid, dans la lignée d’Artefact, qui ravira tous les amateurs de Black Metal.



PARTAGER :
pavillon 666 webzine metal rock Achetez ce CD ICI
pavillon 666 webzine metal rock
Autres chroniques d'albums du groupe
DARKENHOLD - Echoes from the stone keeper

Donnez votre avis sur l'album

pavillon 666 webzine metal rockConnectez vous

pavillon 666 webzine metal rockPostez votre commentaire

pavillon 666 webzine metal rockLes commentaires :
Le 14 juin 2011 - aleevok a posté le commentaire :

Magnifique album que je recommande à n'importe quel amateur de black. Beau, atmosphérique, violent, ancestral ... Tout y est !


Le 15 juin 2011 - mazak a posté le commentaire :

Même si j'ai un peu de mal avec le son (mais c'est simplement une question de goût), Darkenhöld est un pur joyau de black-metal intelligent!


Le 20 juin 2011 - Lord Chaos a posté le commentaire :

J'adore cet album , je suis un nostalgique de la "grande époque" Black du milieu des années 90 et comme je l'ai déjà dis à Aldébaran , l'un des membres du groupe , cet opus n'est pas sans me rappeler les 2 premiers albums de Mephistopheles de part l'ambiance et ses mélodies !!! Le seul petit défaut à déplorer ; 40mns , c'est bien trop court pour un tel joyau ! Signé Lord Chaos from Malefik


 
 


Fonctionnement
pavillon 666 webzine metal rock Les chroniques bientôt en ligne | Etre chroniqué | Etre chroniqueur



Soutenez-nous !
concerts à venir dans le mois Concerts partenaires
ENTER SHIKARI [Lyon - 69] > 26-06-2019
ENTER SHIKARI [69] 26-06-2019

pavillon 666 webzine metal rock Voir les concerts
pavillon 666 webzine metal rock Poster un concert
Concours A gagner en ce moment
CONCOURS CD : PAVILLON666
PAVILLON666
CONCOURS CONCERT : Sabrina
Sabrina (46)

pavillon 666 webzine metal rock Voir tous les concours