last TOP CHOICES Nos coups de coeur
pavillon 666 webzine metal rock Derniers Coups de coeur



 Chroniques d'albums CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Chroniques | Etre chroniqué | Etre chroniqueur flux RSS - updates - pavillon 666


Pavillon 666 - metal rock webzine PERVERT ASSHOLE - Welcome to my zombie cat house [ 2011 ]
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD (54.49) | Porno gore hard rock
Informations
INTERVIEW
Contact label http://www.epiphoraproductions.fr
Contact groupe http://www.myspace.com/pervertassholeofficial
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine

Chronique : 27 juin 2011
Chroniqueur : Riding-Hood

Qui d’autre que cette jeune formation arriverait à nous friser les poils pubiens? Qui d’autre arriverait à décrire le péché de chair bien au-delà de sa simple dimension perverse? PERVERT ASSHOLE issu de la fornication entre FOLGE DEM WIND et CORROSIVE ELEMENTS en 2009, nous ouvre les portes d’une première maison close avec son «Welcome to My Zombie Cat House», signé chez Epiphora Productions. Dans leur rock n’ roll décadent, revendiqué avec beaucoup de modestie, le sexe n’est plus synonyme d’amour ou de plaisir. On arrive ici aux combles de l’horreur et de la dépravation.

L’introduction donne l’impression de se retrouver dans les premières scènes d’un snuff movie tourné en plein désert américain. Une fois entré dans les lieux, PERVERT ASSHOLE vous donne droit à une musique au groove imparable dans une rythmique crade, tout en étant excellemment bien produit comme l’atteste «Zombie Cathouse» mais également «Living Dead Slut». Et encore pour ceux là, ils se montreront bien gentils. Un nouvel échelon en violence est monté sur «Born to Porn», la cadence est nettement plus emballée, la basse en devient ostensible. On croirait retrouver la face sombre d'un certain MOTÖRHEAD, notamment de l’album «Hammered». De plus la voix de Dr Perv ferait directement songer à celle de Lemmy Kilmister. Un constat encore plus frappant dans le vibrant «I Cum Whiskey». Un rock n’ roll surpuissant, étonnement plus propre (ou assagi) que le reste de la galette. Mais ne vous détrompez pas on ne quitte pas ces lieux de perdition.

L’univers de l’album est proprement malsain. «Follow the Perv» comme «The Last Dance» ne sont pas des titres à proprement dit, davantage des interludes, mais retranscrivent à la perfection tout l’univers froid, frissonnant et déjanté de l’opus. Les entames de titres sont souvent constituées de petits dialogues et de scènes porno gore. Les cris de souffrance se mêlant à ceux de jouissance dans ce que l‘on pourrait décrire sans exagération de pire « bordel » jamais visité. Du début à la toute fin du disque, le groupe n’offrira que peu de répit, multipliant les scènes et les histoires les plus immondes et les plus glauques qui soit. Le titre «My Dog’s Pussy» parle d’ailleurs de lui-même. Un titre puisant dans l’énergie d’un punk ultra violent. Exercice qui sera répété plus tard sur le très viril «Born Drunk». Malgré ce feu ouvert sur le plan musical, les instruments sont, sur ces deux morceaux, parfaitement identifiables. Une preuve une fois encore de la bonne qualité niveau production.

Cette violence se transpose étonnement davantage sur des titres à la cadence plus tapie. Une lenteur morbide sur le démentiel «Come Taste the Love of God». Les riffs se montreront aussi larvés que la voix. On pourra y voir une forme de rapprochement avec le stoner/doom. Une musique et un chant qui n’auront de cesse d’évoluer, de traîner leurs tripes par terre dans cet endroit hostile. Le planant et saccadé «Nice to Meat You» malgré son aura encore plus barré se montrera lui un peu moins convaincant. On a ici quelque chose du plus commun. Néanmoins le délirium cauchemardesque franchira une étape encore plus surprenante sur « Holocausto über Alles ». Dr Perv en fou enragé vomi littéralement ses paroles au milieu d’un parfait heavy metal. On y admirera ici le brio de la batterie plus qu’ailleurs.

PERVERT ASSHOLE poussera le concept porno à son paroxysme, incluant après un petit moment de vide une 69ème piste, avec un petit rock n’ roll aguicheur en guise d’au revoir. Difficile de sortir indemne d’un tel album, difficile de croire que nous avons là le premier album d’une obscure formation parisienne. Du pur sadisme dans un grand rock n’ roll. Une musique redoutable sur le plan technique, allant chercher des crosses au très grand MOTÖRHEAD, avec l’obscurité et une insanité indescriptible en plus. Un album monstrueux. Le vice à l’état brut.



PARTAGER :
pavillon 666 webzine metal rock Achetez ce CD ICI
pavillon 666 webzine metal rock
Autres chroniques d'albums du groupe


Donnez votre avis sur l'album

pavillon 666 webzine metal rockConnectez vous

pavillon 666 webzine metal rockPostez votre commentaire

pavillon 666 webzine metal rockLes commentaires :
 
 


Fonctionnement
pavillon 666 webzine metal rock Les chroniques bientôt en ligne | Etre chroniqué | Etre chroniqueur



Soutenez-nous !
concerts à venir dans le mois Concerts partenaires
TERROR [Décines - 69] > 24-06-2019
TERROR [69] 24-06-2019

pavillon 666 webzine metal rock Voir les concerts
pavillon 666 webzine metal rock Poster un concert
Concours A gagner en ce moment
CONCOURS CD : PAVILLON666
PAVILLON666
CONCOURS CONCERT : Sophie
Sophie (29)

pavillon 666 webzine metal rock Voir tous les concours