CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DYSTOPIA NA !
Syklus [ 2011 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album - Durée : 42.06 - Style : Avant-garde
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.avantgardemusic.com/
Contact groupe : http://www.facebook.com/pages/Dystopia-N%C3%A5/161640913878210 http://www.myspace.com/dystopianow
 


Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 07 octobre 2011 - Chroniqueur : sarvgot
 

Les amateurs de musiques avant-gardistes en avait tous plus ou moins entendu parler, et c’est plein d’espoir qu'arrive "Syklus", premier album d’un obscur trio Norvégien basé à Oslo : DYSTOPIA NA! Un nom bien étrange et peu joyeux pour un groupe mystérieux dont la musique se décrirait comme mélancolique et sombre, mélodique et puissante. Bref, tous les ingrédients sont là pour en faire une réussite.

Avec sa photo au ton vert, tâchée et vieillie sur laquelle apparaissent des bâtiments aussi impersonnels que mornes et sans âmes en guise de cover, le trio annonce la couleur musicale. "Syklus" démarre en douceur sur une magnifique introduction (‘Vemod’), aux nappes synthétiques et froides sur lesquelles viennent se greffer des chœurs : ambiance religieuse, presque malsaine. L’enchainement sur ‘Piller’ se fait au son d’un bruit étrange, le même que l’on retrouvait en ouverture du "Death Cult Armageddon" d’autres Norvégiens. Et dés ce deuxième morceau DYSTOPIA NA! envoie tout ce qu'il sait faire de mieux : mélanger les genres (Death, Black, Prog, Doom) avec brio, voire même oser l’audace. Ainsi, les parties vocales de ‘Neon’ ne sont en fait que des cris. Ambiance et frisson assurés.

Au-delà de ce mélange, "Syklus" imprime un aspect à la fois "atmosphérique" (ces nappes sur ‘Vemod’, les guitares claires si présentes en arpège le plus souvent et leurs parties mélodiques sur ‘Neon’ notamment) proche de ce que peut offrir un Steven Wilson au travers de son œuvre et une certaine touche "progressive". Certains morceaux intègrent directement plusieurs ambiances à la fois, en mélangeant ces styles et des parties instrumentales. Ainsi, sur ‘Piller’ la mélodie au piano, entêtante telle une boîte à musique, laisse sa place à de grosses guitares au son si gras et organique, aux accords si peu communs posés sur une voix totalement ‘true’ Black, avant de se terminer sur une partie quasi-instrumentale et atmosphérique. Et l’exemple n’est pas unique. Et ‘syklus’ signifiant ‘cycle’, l’impression nous est donnée par une petite mélodie, un thème récurrent dans les morceaux de l’album, tel un "Dark Side of the Moon", album maître dans cette utilisation d’un thème musical. Les mélodies tiennent d’ailleurs un rôle essentiel ici. Souvent mélancoliques et sur peu de notes, elles se mémorisent facilement. Elles sont surtout de toute beauté (‘Barn Av Lerret II’ ou le chant de ‘God Morgen Dystopia’).

Le côté progressif est également accentué par l’utilisation de différents styles de vocaux. Le chant clair (magnifique sur ‘God Morgen Dystopia’) côtoie quelques parties narrées (‘Piller’), Death Metal (Barn Av Lerret) et les fameuses parties "Black Metal", ô combien jouissives car "roots". Le mixage "crade et old-school" de ces voix Black renvoie directement aux premiers MAYHEM et DARKTHRONE, c’est vous dire le décalage qui habite cet album à la production pourtant sans faille. Une production très habile qui permet une cohabitation parfaite entre les guitares et le piano. Ce dernier se retrouve dans tous les morceaux et se veut donc un instrument de premier plan chez DYSTOPIA NA!, à tel point que l’instrumentale ‘Kollaps’ lui est totalement dédiée. Et y'a pas à tortiller, des accords de piano sur des bruitages façon ‘le bronx un soir de pluie avec ses sirènes de police et tout et tout’ ça donne le vertige.

Et tous ces mélanges tiennent t-il la route, Madame ? Définitivement, OUI. On pouvait craindre que tant de mélange de genre soit fouillis, mais que nenni. Le trio maitrise le sujet de fort belle manière grâce aussi à des arrangements agréables mais, somme toute, discrets. Et si avec tout cela vous ne l’avez pas compris et que vous devez le voir noté noir sur blanc (enfin blanc sur noir ici, en l’occurrence) pour le comprendre : "SYKLUS" EST UN ENORME COUP DE CŒUR. Pas parfait, mais terriblement imparfait. Il sera rangé à côté du "Roka Hasa Radio" de THY CATAFALQUE et DYSTOPIA NA! sera classé dans ‘les groupes génialement atypiques’.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut