last TOP CHOICES Nos coups de coeur
pavillon 666 webzine metal rock Derniers Coups de coeur



 Chroniques d'albums CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Chroniques | Etre chroniqué | Etre chroniqueur flux RSS - updates - pavillon 666


Pavillon 666 - metal rock webzine DRACONIS INFERNUM - Rites of desecration and demise [ 2011 ]
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album (45.19) | Black metal
Informations
INTERVIEW
Contact label http://www.hassweg-prod.com/
Contact groupe http://www.facebook.com/draconisinfernum http://www.myspace.com/draconisinfernum
 Pavillon 666 - metal rock webzine

Chronique : 01 février 2012
Chroniqueur : Ma2x

Trompeur.
Voilà la première impression que m'a fait ce deuxième album des Singapouriens de DRACONIS INFERNUM. Leur artwork, estampillé "Sickness 666", et mettant en scène moult vierges venant de perdre leur pucelage de la façon la plus brutale qui soit, le tout saupoudré de croix inversées en noir et blanc, m'orientait de suite vers une vague "Black/death bestial".

Sauf que...pas vraiment.

Petit flash-black tout d'abord. DRACONIS INFERNUM, c'est un combo de Singapour, formé en 2005, et déjà fort d'un premier opus "Death in my veins" sorti en 2008 chez les teutons de "Twilight-Vertrieb".
DRACONIS INFERNUM revient à la charge en Juin 2011 (le six, pour être précis) chez l'excellent label bien de chez nous "Hass Weg Productions".

C'est là que je commence à me poser des questions, étant assez inconditionnel des productions "Hass Weg". En opposant le style des groupes phares de ce label comme ORTHANC, MALEDICTION, MALMORT, MOURNING FOREST... qui officient plutôt dans un "true-black" classique et cet artwork bestial, je me dit que ce groupe cache quelque chose.

Fait et dit, il n'en faut pas plus pour aiguiser ma curiosité de chroniqueur et j'insère directement la galette dans le lecteur pour couper court à toute mes suppositions.

La première remarque est que le groupe puise son inspiration dans plusieurs catégories très distinctes.
L'influence, presque obligatoire, de ses voisins IMPIETY se fait directement ressentir, par la production, mais surtout par le batteur "Hammerfrost" (ex-IMPIETY, tiens, comme c'est bizarre...) envoyant blast-beats sur blast-beats.
Mais résumer DRACONIS INFERNUM a un vulgaire plagiat de ses petits camarades asiatiques serait très simpliste, et pour le coup, bien au dessous de la vérité.
On pourrait par exemple, rapprocher les guitares aiguisées, cristallines et tranchantes de MARDUK. Certains riffs, très rapides et en tremolo continu ne sont pas sans rappeler certains titres de "Opus Nocturne", "Nightwing", voire même, en extrapolant un peu, "Panzer Division Marduk".
La voix opte souvent pour une double voix, la première écorchée, la deuxième un tantinet plus grave. Cette double voix hargneuse à souhait, renvoie encore une fois au chant d'IMPIETY, sans tomber dans la copie pure et simple.

La production, assez puissante et propre, donne la pleine de mesure de l'efficacité des compositions du groupe. Ici, on envoie la sauce, avec un certain relent "old school" vraiment pas désagréable (cf : "Vengeance unto thee").
Le groupe aurait peut-être mérité un poil plus de sauce, mais bon, le rendu reste agréable.
Je ferais juste mon gros pénible en reprochant un trigg un peu abusif et plastique sur la batterie.

Dans les surprises de cet album, on peut noter la plus-que-surprenante interlude "... Of solitude and darkness" (cinq minutes trente, quand même), entièrement constituée d'un piano, qui peut faire penser aux interludes de DROWNING THE LIGHT sur l'album "Catacombs of blood", et qui vient tranquillement nous dire que dans ce monde de brutes, un peu d'émotion ne fait pas de mal. Ceci dit, on pourra discuter la présence d'un tel titre au milieu d'un album résolument brutal...

Enfin, une reprise de BATHORY, "Satan my master", beaucoup plus logique, au vu des aspects old-school du groupe, sur laquelle Xaphan de KULT OV AZAZEL vient poser sa voix, et lâche aussi un petit solo de guitare, tant qu'a faire le voyage, autant le faire bien.
Pour la petite anecdote, sachez également que c'est Xam Syroth, un ami du groupe, qui joue de la batterie sur le titre éponyme. La différence n'est pas vraiment flagrante, mais bon.

Au final, quid de cet opus ?
Une bonne production black metal, qui ravira les amateurs d'inspirations brutales et à l'ancienne ? Oui, très certainement. Le potentiel est là, pour un groupe qui devra confirmer son talent sur les albums à venir, ce qui, au vu de la qualité inhérente à ce "Rites of desecration and demise" ne devrait pas poser trop de problèmes.



PARTAGER :
pavillon 666 webzine metal rock Achetez ce CD ICI
pavillon 666 webzine metal rock
Autres chroniques d'albums du groupe


Donnez votre avis sur l'album

pavillon 666 webzine metal rockConnectez vous

pavillon 666 webzine metal rockPostez votre commentaire

pavillon 666 webzine metal rockLes commentaires :
 
 


Fonctionnement
pavillon 666 webzine metal rock Les chroniques bientôt en ligne | Etre chroniqué | Etre chroniqueur



Soutenez-nous !
concerts à venir dans le mois Concerts partenaires
SYLAK OPEN AIR [St-Maurice-de-Gourdans - 01] > 02-08-2019
SYLAK OPEN AIR [01] 02-08-2019

pavillon 666 webzine metal rock Voir les concerts
pavillon 666 webzine metal rock Poster un concert
Concours A gagner en ce moment
CONCOURS CD : PAVILLON666
PAVILLON666
CONCOURS CONCERT : BLACK BOMB A
BLACK BOMB A (28)

pavillon 666 webzine metal rock Voir tous les concours