CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MORBID ANGEL (various artists)
Illud Divinum Insanus - The Remixes [ 2012 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album - Digipack - Durée : 70.52 + 72.34 - Style : Electro Death Metal
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.season-of-mist.com
Contact groupe : http://www.morbidangel.com http://www.myspace.com/morbidangelofficial
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 05 mars 2012 - Chroniqueur : Chart
 

Doit-on encore présenter MORBID ANGEL ? Ce groupe fait parti des légendes qui ont sorti le death metal de l’underground dans les années 90. La carrière du groupe est riche en rebondissements et en changements de line up. On compte quelques grands noms comme Eric RUTAN (HATE ETERNAL), le regretté Jared ANDERSON (HATE ETERNAL), Steve TUCKER (LOWA) et désormais Destructhor (ZYKLON) comme ayant participé à la carrière du groupe. Pendant près de 8 années, les fans du groupe ont du patienter avant de retrouver le groupe sur album. Le retour de David VINCENT en 2004 de reprendre de sa notoriété mais ce n’est que l’année dernière, en 2011, que MORBID ANGEL nous a présenté un nouvel opus, le huitième du groupe, « Illud Divinum Insanus ». Le moins que l’on puisse dire c’est que cet album n’est pas passé inaperçu et a fait couler pas mal d’encre, surtout chez les puristes et pas vraiment en bien. J’ai bien l’impression que ce n’est pas fini avec cette nouvelle sortie qui n’est rien d’autre qu’un double album de remixes de l’album précédent.

Revenons donc un instant sur ce qui fait les polémiques autour de cet opus « Illud Divinum Insanus ». De toute évidence, MORBID ANGEL a décidé de se donner une nouvelle direction artistique. Le retour de David VINCENT s’est fait avec un nouvel apport, celui des influences de son autre groupe GENITORTURER. Pour certains, il est juste inconcevable de mélanger ces différentes influences car d’une certaine manière le groupe se compromet, tout simplement. A vrai dire, d’un point de vu objectif, l’album fonctionne plutôt bien, même s’il s’agit d’un écart incontestable de la part de MORBID ANGEL. Mais après tout, personne n’est obligé de suivre les exemples de carrière d’AC/DC ou de MÖTÖRHEAD. Il y a donc assez peu de chance pour que les déçus de « Illud Divinum Insanus » ne prêtent une quelconque attention à cette nouvelle sortie. Grand bien leur fasse !

En attendant, ce n’est pas moins de 39 artistes qui se sont donnés rendez-vous sur cet album. En effet, il s’agit d’un double album augmenté d’une partie digitale. Et on retrouve vraiment du beau monde, LAIBACH, PUNISH YOURSELF, MIXHELL, TIM SKOLD, TREPONEM PAL, TAMTRUM ou encore COMBICHRIST et j’en passe. 39 artistes pour remixer un album qui à la base ne comptait que 11 pistes. En effet, et c’est peut-être parfois le bémol, car beaucoup de ces remixes s’apparentent à plusieurs versions du même morceau. On ne trouve pas moins de 12 versions différentes de « I Am Morbid », ce qui à la longue aurait tendance à devenir assez répétitif. Mais, les artistes qui se sont collés au projet ont tous apporté leur touche personnelle ce qui au final n’est pas si problématique. De toute façon, la musique électronique a une certaine tendance à développer certains aspects plus que d’autres suivant les artistes. Par exemple, Tim SKOLD sur sa version de « Mea Culpa Profondis » reste relativement proche de l’original en y apportant de nouveaux beats et une touche agressive que l’on retrouve un peu dans la version de MORBID ANGEL. Au contraire, MIXHELL a tendance a vraiment se réapproprier « Too Extreme » pour en faire sortir quelque chose de plus personnel avec une touche un peu plus ambient. Pour l’anecdote, il s’agit d’un certain Igor CAVALERA qui se cache derrière ce projet MIXHELL.

Sortir d’un album de remixes alors que l’album en lui-même avait suscité de vives critiques est un exercice assez risqué, mais après tout pourquoi pas. Dans tous les cas, l’ensemble de ces nouvelles versions est franchement intéressant et malgré la longueur ce double album, tout cela s’écoute très bien. Bon, je vous laisse maintenant à vos quolibets…




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut