CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine ARCHENTERUM
Paradox 29A [ 2012 ]
CD Album (Durée : 23.00)
Style : Death metal
Informations :Demo
Interview :
Contact label :
Contact groupe : http://www.archenterum.com/
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 22 mai 2012 - Chroniqueur : Dinka
 

ARCHENTERUM est un groupe d’Avignon qui vient de sortir sa troisième démo, en plus de 10 ans d’existence… Peu productifs, ces avignonnais savent en revanche peaufiner leurs compositions. Avec « Paradoxe29A », ils délivrent un Death Metal moderne, très efficace et énergique. La démo est courte, mais ces 23min33 sont suffisantes pour prouver qu’ARCHENTERUM a un caractère bien trempé.
Tout d’abord, la pochette est très belle, et a été choisie en accord avec le concept de l’album. Il s’agit d’une reproduction d’un tableau du poète/graveur William Blake, que j’ai toujours beaucoup aimé. Un poème de cet auteur sera mis en musique (« the mad song ») ce qui est, pour moi du moins, une excellente idée. « The wild winds weep, And the night is a-cold; Come hither, Sleep, And my griefs enfold! »

Voilà donc du Death Metal sombre et littéraire… Ce n’est pas la première fois qu’un groupe de Metal utilise Blake pour développer un concept, mais personnellement je ne m’en lasse pas. Un autre auteur sera greffé au concept, en la personne du non moins prophétique et illuminé Dante Alighieri, qui du fond de sa tombe prêtera généreusement son texte pour les paroles de « Inferno ».

Ecoutons la musique, maintenant. Les 6 pistes qui composent cette démo sont diversifiées tout en gardant une cohérence d’ensemble. Les hostilités commencent de façon brutale et rapide avec « We are the plague » : de bons riffs de guitares, des growls d’excellente facture, et une basse particulièrement audible qui sort parfois sa tête pour prendre le lead pendant quelques secondes. Pour une démo, la production est bonne, rien à redire à ce niveau. Par contre, dès la première piste on se rend compte que la batterie est programmée… Dommage ! A certains moments les beats sonnent artificiels ou manquent de fluidité. Espérons que dans le futur les ARCHENTERUM recruteront un batteur à leur niveau ; les prestations du bassiste et des deux guitaristes-growleurs méritant une partie rythmique qui leur ferait honneur.

Le second morceau, « The Unlife » nous emmène vers un son davantage Black-death ; des riffs majestueux et sombres sont dérangés par des cris brutaux, et un beau solo mélodique à la guitare s’intercale entre deux moments de méchanceté agressive. Puis, vient ma préférée, « The mad song », à l’atmosphère sombre et prenante. Moins rapide que les autres mais plus inquiétante, elle rampe dans les ténèbres et distille son venin dans nos oreilles, lentement, mais sûrement. La quatrième piste, sobrement intitulée « […] » repart brutalement dans le Death Metal ; si l’on avait eu le malheur de s’endormir une seconde, nous voilà réveillés avec violence, secoués par des growls menaçants et des riffs coup de poing. « Inferno » continue à tenir l’attention, toujours avec cette violence macabre qui se couple à des riffs d’une beauté sombre, avec en sus un petit passage expérimental, étonnant, mais très réussi. Le temps passe vite, les chansons sont courtes, et nous voilà déjà arrivés à la fin de la démo, avec le très bon « Satan Denied ». C’est le morceau le plus long de l’album (6min 41), et le plus original. La technique du tapping parvient à créer une certaine tension et une atmosphère ténébreuse, lorsque soudain un chant clair apparaît, ou plutôt une sorte d’incantation au diable qui fait son petit effet. Plus tard, c’est une guitare acoustique aux arpèges mélancoliques qui vient nous surprendre, contrastée avec des cris d’angoisse à faire froid dans le dos (qui mériteraient peut-être d’être retravaillés en cas de réenregistrement, mais qui sonnent quand même efficaces).

Je dois dire que je ne suis pas une grande fan de Death Metal, et pourtant j’ai beaucoup apprécié le travail du groupe. Avec de bons riffs de guitares, une basse qui sait se faire remarquer, une ambiance sombre et des growls dont la qualité est au-dessus de la moyenne, les amateurs de Metal extrême passeront sans doute un bon moment. Cette démo est téléchargeable gratuitement sur le site officiel du groupe, pourquoi s’en priver ?





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR