CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DEFORMED
Project Torture 005 [ 2005 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
- Durée : 28’45 - Style : cyber grind death
Informations :
Interview :
Contact label : http://skullfuckedprod.free.fr
Contact groupe : http://www.deformed.metal.pl
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 20 juin 2005 - Chroniqueur : PESTE NOIRE
 

Deformed, groupe polonais à la finesse d’un boucher, créé en 2002 et évoluant dans un grind/death metal assez original dans son genre (à ne pas confondre donc, avec le Deformed d’origine suédoise, évoluant, lui, dans le death/black metal), sort cette année « Project Torture 005 », leur quatrième production (bien qu’en réalité, il s’agisse de la troisième).

En effet, « Project Torture 005 » est, sur le papier, la quatrième sortie du quartette de l’Est (après leur démo « Everything is a fun Torture », sortie en 2002, leur split cd en compagnie de Parricide et Patologicum, deux groupes polonais eux aussi, intitulé « Cut your Head before they do », sorti en 2003, et leur premier album, sorti chez Cirkus Productions, « Project Torture 004 »). Mais la réalité est légèrement différente : « Project Torture 005 » est en fait une réédition de « Project Torture 004 ». En effet, les membres du groupe, ayant connu des soucis avec leur ancien label Cirkus Prod, ont décidé de deux choses : l’une étant de quitter le dit label et de signer chez les français de Skullfucked prod, et la seconde, de ressortir « Project Torture 004 » en l’améliorant sur quelques points défaillants.

Voilà pour la petite histoire du cd, mais, maintenant, valait-il réellement le coup d’être ressorti (même arrangé) ? La question mérite en effet vraiment d’être posé, tant de nombreux groupes sortent une réédition dans l’urgence, afin de fêter une récente signature dans un nouveau label. Alors, en est-il de même avec les polonais de Deformed ?

Vue d’ensemble déjà, les titres, par rapport à leurs versions premières, ont été rallongés (l’album y gagne environ 3’30’’), et bénéficient d’un travail plus pointu au niveau de la qualité du son. De plus, le groupe nous gratifie de bonus photos (où on pourra observer le goût très prononcé du groupe pour les tuniques vertes d’hôpital) et vidéo (regroupant des extraits de leur prestation à l’Obscene Extreme Festival 2004) sur le cd.

Vue de plus près maintenant, ça parle de torture, de violence, de mort et d’autres sujets tout aussi délicats, et ce message est propagé par une voix à mi chemin entre le porc démoniaque et l’écureuil dont on aurait écrasé la queue, bref, de la pure grindcore attitude. La musique de Deformed, quant à elle, est assez originale, dans le genre grind/death, disais-je un peu plus haut. Originale dans la manière d’utiliser la boîte à rythmes « yamaha RY9 » (présentée dans le livret en tant que membres du groupe à part entière !). En effet, les rythmes programmés, ainsi que leurs diverses variations, sont assez particulières, et viennent soutenir un jeu instrumental, pas uniquement chaotique, comme à l’accoutumée dans le grindcore, mais au contraire, assez diversifié dans la manière de jouer, ce qui lui confère un côté éminemment malsain. Ceci est du à ces parties lourdes et gerbantes de mauvais goût (rappelant, lors de certains riffs, le Mortician des début) et ces parties rapides et particulièrement intenses, mais pourtant parfaitement audibles, que le groupe associes à des passages plus légers, limite même aux sonorités « joyeuses et dansantes», cassant le rythme soutenu, sale et violent des morceaux. Notons que certains titres bénéficient même (mais par courts moments !) de réelles mélodies.

En revanche, les morceaux auront tendance à se ressembler un peu entre eux, si on ne se penche pas avec un peu d’attention dessus… A vrai dire, c’est peut-être le seul défaut de cet album de grind-death bien furieux, qui ravira pas mal d’amateur du genre.

Alors à la question : « Cet album valait-il réellement le coup d’être ressorti (même arrangé) ? », je répondrais avec assurance par un grand : « OUI !»





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut