CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


VOLTE FACE / CORBEAUX
The Meeting Point [ 2012 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album - Digipack - Durée : 24.01 - Style : Post rock, ambiant
Informations :
Interview : :: LIRE L'INTERVIEW ::
Contact label :
Contact groupe : http://splitcorbeauxvolteface.bandcamp.com/
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 13 janvier 2013 - Chroniqueur : Mary.Scary
 

S’il y a un genre que notre pays affectionne beaucoup, c’est bien le post rock ! Inspiré par la musique électronique, ce rock – souvent instrumental – plonge ses auditeurs dans une ambiance froide et les hypnotise grâce à ses sons minimalistes. C’est de ce concept que sont issus deux groupes bretons, CORBEAUX et VOLTE FACE ; appartenant tous deux à la même famille musicale sans pour autant faire la même chose, c’est animés par l’envie de fusionner afin de créer un monde particulier qu’ils ont décidé de s’unir et d’engendrer un split, simplement et logiquement appelé « The Meeting point ». Si vous êtes amateurs de MOGWAI, THIS WILL DESTROY YOU et MASERATI, c’est à vous qu’ils donnent rendez-vous…

Accompagné d’un artwork plus que soigné et illustrant adéquatement la musique des deux groupes, « The Meeting Point » est composé de cinq titres, deux de VOLTE FACE, deux autres de CORBEAUX, et conclu par une dernière piste réunissant les deux bandes. Ici ne règne nul combat mais bien le plaisir de faire ce qu’ils aiment ensemble. On ne ressent donc pas l’envie de l’un voulant faire meilleur que l’autre puisque même si dans la forme, ils se ressemblent, ils proposent deux choses différentes dans le fond. Logique de l’ordre alphabétique ou pas, c’est CORBEAUX qui entame le voyage avec « Airpaint ». Le disque commence sa valse doucement, mélancoliquement et compte bien nous élever dans les airs, ce qu’il réussit très bien.

L’arrivée de VOLTE FACE avec « Blade Runner » se fait relativement brutalement, fait exprès ou pas, comme si les deux groupes voulaient appartenir au même monde et ne pas se dissocier. Pourtant sur le ressenti, ils se différencient clairement même si ça ne paraît pas très flagrant au début. En effet, VOLTE FACE se veut plus électronique et coldwave que CORBEAUX, la musique de ces derniers tendant à être plus sombre.

Les CORBEAUX reviennent « 28 Jours Plus Tard » et ont conservé leur côté poétique et post-apocalyptique, un monde auquel le titre fait sans doute référence, même si selon moi « Airpaint » rappelle davantage la bande originale du film de DANNY BOYLE que cette piste. L’effet sonore d’une boîte à musique qu’utilise ce groupe ajoute également un côté TIM BURTON à leur univers, soit le fameux mélange d’innocence et de lugubre, ce qui n’est pas pour me déplaire, j’avoue.

Retournement de situation avec « In Another Life » de VOLTE FACE et leur son anachronique, à la fois moderne et appartenant aux 80s. Ils abordent également le thème de la mélancolie, de façon plus aérienne et plus… « réaliste » ; je veux dire par là qu’ils inspirent des souvenirs, des choses réelles contrairement à CORBEAUX dont la musique collerait plus à un monde imaginaire et fantasque.

C’est en tout logique que le morceau conclusif, « The Meeting Point » pendant lequel les deux groupes se rejoignent, rassemble les deux univers, même si mon oreille trouve qu’il sonne plus VOLTE FACE que CORBEAUX puisqu’on y entendra davantage les riffs nerveux du premier groupe. La musique des oiseaux noirs se fera plutôt ressentir vers la fin, étant donné qu’on y retrouve les émotions ressenties lors de l’écoute de leurs titres.

Cet album étant intégralement instrumental, vous n’avez que deux choses à faire en l’écoutant : fermer les yeux et laisser votre esprit s’évader. CORBEAUX et VOLTE FACE laissent grandement l’auditeur participer à ce voyage puisqu’ils usent de leurs instruments pour vous ouvrir la voie et vous inspirer. Tel le Yin et le Yang, les deux groupes sont totalement différents mais appartiennent pourtant ici à un ensemble ; si l’un a la musique plus sombre, triste et connotée négative, celle de l’autre sonne plus industrielle, plutôt positive et inspire l’espoir. En bref, c’est une dualité parfaite pour un split que je ne peux que vous recommander.




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut