CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MALEPESTE
Dereliction [ 2013 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album - Durée : 43.00 - Style : Black metal
Informations :
Interview :
Contact label :
Contact groupe : http://www.facebook.com/malepeste http://www.myspace.com/malepeste
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 14 mars 2013 - Chroniqueur : Goldatarte
 

Quelle fut notre surprise lorsque nous découvrîmes l'entrée de cette grotte aux abords grotesques, taillée dans la roche comme par la main d'une mère nature dégénérée. Des chants polyphoniques retentissaient loin au fond de ce boyau de la Terre qui ressemble de plus en plus à l'antre de MALEPESTE citée dans « Dereliction ». A la tombée de la nuit sans lune et une fois notre courage pris à deux mains, nous décidâmes d'emprunter le chemin sombre et sinueux que nous imposait notre destin. A mesure que nous descendions, les bruits et les chants se rapprochaient, se faisant plus puissants que jamais. Nous arrivâmes dans une énorme cavité sentant fort la sueur, l'humidité et le tabac froid où nous firent face à quatre énergumènes que je reconnus comme étant les membres de MALEPESTE : quatre Lyonnais dont trois que nous avions déjà croisés dans ART OF NECROMANCY. C'est ici que s'arrête « Ritual of Negation », rite païen dans lequel nous venions de nous impliquer, et que commence notre voyage sur les ailes d'un black metal rituel et dérangeant...

Début de la cérémonie dont nous fûmes les invités, « Higher » souilla notre intimité. Chez MALEPESTE, point de grandiloquence, le son est sale, s'insinue dans votre cerveau grâce à une voix torturée, au grain si particulier qui respire l'honnêteté. Tout était à sa place : bougies, ossements, guitare saturée, basse présente et batterie en retrait. Rien n'était laissé au hasard tandis que Larsen nous aspergeait de toute sa haine envers l'humanité. Conter cette expérience est difficile mais je vais ici tenter de me rapprocher de ce qui se passa par la suite :
c'est à grands coups de black underground que MALEPSTE nous replongea au cœur de la cérémonie de la même façon que nous avions été emprisonnés sous l'INQUISITION. Les « Dereliction » blanches et noires nous imposèrent une forte pression, chacune dans son style mais toujours aussi efficaces. Nous étions face à un nouveau talent de la scène black metal française, déjà foisonnante et reconnue, tandis qu'« Apparition » et son ambiance fantomatique nous écrasaient sous la lourdeur de sa marche aux allures de chemin de croix en plomb. Si je devais résumer, je dirais que les Lyonnais nous ont donné une véritable leçon d'insinuation violente et malsaine dans notre intimité cérébrale, le tout sans explosion de violence comme le font certains groupes. MALEPESTE a même et le temps de nous parler à rage ouverte sur des morceaux comme « Hymn for the End ». C'est alors que les bombes lâchées par la basse de Nostradamus entamaient la fin de notre épopée : « Metaphysical Delirium » fut dense, lourde, écrasante, menaçante. Cette pièce est assez représentative du travail de MALEPESTE. La fin approche, la descente s’amorce, la délivrance avec elle. Nous étions si proches de pouvoir partir mais les Lyonnais en décidèrent autrement, rouvrant les hostilités pour quelques minutes encore avant de nous laisser, éprouvés et inaptes.

Plusieurs de mes compagnons sont morts cette nuit-là, ne soutenant pas ce mixage si particulier, cette batterie étouffée, cette guitare agressive et cette entité malsaine qui daigna m'épargner. MALEPESTE signait ici son deuxième opus après un premier méfait qui ne manqua pas de marquer les auditeurs inconscients. « Dereliction » a un petit quelque chose de HELLHAMMER dans le sens où on ne peut pas dire que les Lyonnais fassent de black metal moderne, tant au niveau de la composition que de la production entièrement en DIY. Pour ma part, je restai scotché et rentrai chez moi, seul à travers les forêts ravagées, les sentiers sinueux me ramenant vers mon quotidien assombri par MALEPESTE et ses insanités.




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
MALEPESTE - Malepeste MALEPESTE - Deliquescent Exaltation


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut