CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine SHADOWQUEEN
Don't tell [ 2013 ]
CD Album (Durée : 37.11)
Style : Hard rock
Informations :
Interview : :: LIRE L'INTERVIEW ::
Contact label : http://www.badreputation.fr/
Contact groupe : http://shadowqueen.bandpage.com/ http://www.reverbnation.com/shadowqueen?page_view_source=facebook_app
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 05 avril 2013 - Chroniqueur : Lucky.Bloody.Mary
 

Du rock, du soleil, du groove, une nana en cuir au chant... Bienvenue dans le monde de SHADOWQUEEN, trio arrivant tout droit de Melbourne, capitale musicale australienne. Après quatre ans d'existence et la récente signature chez Bad Reputation, label européen, ils sortent leur premier album "Don't tell", petit concentré de sensualité brutale. C'est parti, on remonte nos jupes, on enfourche nos Harley et go pour un road trip au pays des kangourous !

Ce qui est super plaisant dans un album de rock australien, c'est que ça donne la patate ! Que ce soit répétitif ou tout le temps trop binaire, ce n'est pas grave parce que ça colle le smile. Ici, SHADOWQUEEN mélange hard rock, pop, heavy et une touche inévitable de rock australien et bien, ouais, ça fonctionne ! Robbi Zana, oui vous savez la belle blonde au chant, use de ses talents et joue avec nous : on succombe à son timbre suave puis grosse claque, la sirène s'est transformée en requin-marteau ! Pour faire dans le concret, sa voix couvre pas mal de registres, tantôt sensuelle, tantôt rocailleuse, et c'est un des points forts de ce premier opus.
Dire que ce trio se place dans le sillon des groupes de rock féminin serait trop facile à mon goût. Certes, c'est UNE leader, les textes sont clairement "destinés" aux femmes (la masturbation féminine dans "Don't tell" par exemple, titre éponyme) mais pas simplement. Je dirais plutôt que c'est emprunt de maintes influences telles que les GUNS N' ROSES, ELECTRIC MARY ou encore KORITNI (tiens, deux groupes australiens !) pour le côté mâle, et de BLONDIE, DORO ou des BABY ANIMALS pour la touche de féminité.
Cet album est efficace mais ne révolutionne tout de même pas le genre. Les riffs sont intéressants, assez percutants. Les soli de guitare se font rares mais quand il y en a, ça envoie ! Robbi Zana nous montre ses différents talents de chanteuse, bassiste et claviériste (je vous rassure le clavier est très discret voire quasi inexistant) dans des compositions simples mais bien ficelées. Petit point négatif, la basse ne ressort pas assez alors que c'est quand même l'instrument principal de notre leader.
Les titres comme "Don't tell" ou "Best of me" résonnent comme des hymnes, les refrains restent en tête et du coup... Ça fonctionne leur affaire ! "Wake up" a un air oldschool avec ces chœurs à la BEACH BOYS, pour le plus grand bonheur de nos hanches en manque de twist.
Cependant, d'autres titres ne fonctionnent pas autant : je ne sais pourquoi mais dans les groupes de hard rock-heavy-australien-ou-autres-mais-surtout-les-Australiens (ce doit être une particularité nationale !), ils nous placent des ballades aux frontières du gnan-gnan et ça casse un peu tout... "Silence" ou les 50% de "Karma" sont vraiment à la limite mais la sensation brut de pomme et les riffs percutants sont toujours assez présents pour nous faire oublier ces petits désagréments.
Le dernier titre, "Get Off" est le genre de morceau que devaient se passer Thelma et Louise durant leur virée mouvementée à travers les États-Unis : un petit côté southern rock, un refrain entraînant qui nous donne envie de hurler "get off !" en chœur à tout ce qui assombrit notre quotidien ! Une fin en beauté, une bouffée d'air frais, une envie de liberté...

Calmons les moteurs de nos Harley, ralentissons, la fin du voyage est proche. SHADOWQUEEN nous a offert un bon moment sur les routes. Nous avons chanté en chœur alors que le vent faisait claquer les pans de nos jupes sur nos cuisses. Oui c'est ça, c'est un album à écouter lors d'une virée entre nanas parce que nous, on aime se sentir belles et libres ! C'est un peu le ton général de ce premier opus. Le voyage ne fait que commencer pour notre trio australien. Nous attendrons avec impatience notre prochaine chevauchée à leurs côtés !





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top