CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine SODOM
Epitome of torture [ 2013 ]
CD Album (Durée : 39.55)
Style : Thrash metal
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.spv.de/
Contact groupe : http://www.facebook.com/sodomized http://www.reverbnation.com/sodom
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 15 avril 2013 - Chroniqueur : Goldatarte
 

Monsieur le juge, les jurés, laissez moi vous présenter le cas SODOM pour la énième fois. Cela fait plus de trente ans que le quartet allemand enchaîne les méfaits sans se soucier de la justice. Mesdames, messieurs, il est temps que cela cesse ! Je vous présente leur dernier opus, "Epitome of torture", digne successeur du violent et belligérant "In War and Pieces". Ce nouvel arrivant dans les bacs de thrash metal est diffusé par Steamhammer dont nous ferons le procès ultérieurement pour association de malfaiteurs auditifs. Les chefs d'accusation sont : ultraviolence avérée, propos brutaux, excès de tempo et récidive, encore une fois.
Je vous laisse seuls juges du crime : écoutez donc "Invokating the demons" ou "Katjuschka", vous verrez que le SODOM d'aujourd'hui n'a rien à envier au SODOM d'avant. Bien que ces criminels soient devenus moins violents depuis leur album éponyme en 2006, certains titres n'en demeurent pas moins ravageurs et donc hors-la-loi. L'efficacité, sous couvert d'une certaine mélodie, est toujours de mise. Il est difficile de vous donner une idée de ce à quoi ressemble cette abomination tant SODOM ne ressemble qu'à SODOM. Nous dirons juste que le quartet produit un thrash teuton moins mélodique que KREATOR, plus mélodique que DESTRUCTION. Le tableau étant posé, observons les griefs plus en détail.

Des morceaux comme "Stigmatized" ou "Epitome of Torture" sont d'une violence indéniable : on peut leur accoler les maux que sont l'ultraviolence sonore et verbale tant que des tempi indécents qui vous remueront la nuque à vous décoller les vertèbres sans doute par le biais d'une quelconque sorcellerie germanique. Sorcellerie que l'on retrouvera sans nul doute en concert avec des morceaux tels que "Shoot today, kill tomorrow" et "Into the skies of war" véritables hymnes à la mort durant lesquels même le plus pur des auditeurs ne pourra s'empêcher de lever le poing en hurlant les refrains.
La production de l'album est également à mettre en cause dans ce jugement : elle est massive, agressive et reconnaissable entre toutes. Un album de SODOM ne sonne que comme un album de SODOM ce qui ne fait qu’aggraver les conséquences dudit album sur les auditeurs ayant déjà été en contact avec ce genre d'objets impies.
On remarquera tout de même que, malgré une longévité indéniable, le groupe commence à se fatiguer et manque donc d'énergie par rapport aux anciens délits tels que "Sodom" ou "In War and Pieces" sans parler de leur période jeune avec des objets tels que "Tapping the vein" ou "Agent Orange". Ces abominations ayant déjà été jugées, je les laisse de côté pour passer à l'affaire de la récidive. SODOM a été énormément prévenu par le passé : l'abus d'ultraviolence est dangereuse pour la santé ! Et nous y voilà, un album quelque peu quelconque qui, s'il fait mal, n'arrache pas trois têtes à une hydre. La mélodie est bien plus présente qu'autrefois à un point que "My final bullet" est bénin avec son refrain quasi-californien.
Alors je vous le demande, chers jurés, que pensez vous du SODOM nouveau ? Violence gratuite plaisante ou phase de déclin d'un monstre criminel ? Erreur de parcours qui peut coûter cher ou nouveau départ plus mélodique pour un groupe de brutes ? A vous d'en juger une fois la défense entendue.

Le nouveau SODOM est un peu moins bien que l'ancien mais ne reste pas en marge des derniers bons albums de thrash des dernières années ("Phantom Antichrist" de KREATOR ou "Exhibit B" d'EXODUS par exemple). Les Allemands s’essoufflent un peu mais on espère que c'est pour mieux envoyer sur scène et sur un futur opus. SODOM plaida coupable de tous ces crimes, un rictus aux lèvres. Tous les griefs ont été retenus contre eux quand bien même aucune sanction n'en découla parce que SODOM c'est quand même vachement bien !





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
SODOM - sodom SODOM - In War And Pieces SODOM - Sacred Warpath

 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top