CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine KRIADIAZ
kriadiaz [ 2012 ]
CD Album (Durée : 48.06)
Style : Southern/sludge
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.pavementmusic.com/
Contact groupe : https://www.facebook.com/kriadiaz https://myspace.com/kriadiaz
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 27 août 2013 - Chroniqueur : Screaming.Mantis
 

Nous voilà en présence du premier album éponyme du groupe KRIADIAZ, fondé en 2010 autour de Dave Felton à la guitare (ex-Mushroomhead). Le quatuor de Cleveland signe un premier opus de quatorze pistes aux sonorités « Sludge » et «Southern Metal ».

C’est sur la piste « Bloodline » que débute l’album, qui tout de suite me surprend agréablement par son intro' acoustique typiquement Southern teintée d’un soupçon de blues. Un petit air de Black Label Society non désagréable… Mais cela s’arrête bien vite et la transition plus qu’abrupte marquant la fin de cette intro' et le début du morceau nous ramène à la réelle influence du groupe. Le style Pantera est tout de suite notable et clairement assumé (un peu trop peut-être ?) mais l'énergie et l'efficacité en moins. Ce premier morceau m’a déçu par sa linéarité et son solo de guitare (Plutôt attendu au vu du style qu’affectionne le groupe.) n’arrivant pas à la cheville de ce qu’a pu produire un Dimebag Darell et un Zakk Wylde dans le même genre. Il en est de même pour le son de batterie qui, sans rappeler vaguement celui de Vinnie Paul, aurait gagné à être bien plus puissant et massif afin de ne pas être noyé dans un flot de riffs gras et saturés. Alors s’agit-il simplement d’un début d’album peu convainquant ou en est-il de même pour le reste de l’album ?

C’est malheureusement à mes yeux, tout l’album qui se trouve être décevant. De par une production qui semble vieille de vingt ans et qui a peut-être son charme chez certains grands groupes de ce style, elle ne fait ici qu’accentuer le désordre et le manque d’originalité des compos. Une ligne de chant trop proche de celle de Phil Anselmo, (les atouts chant clair/montée dans les aigües en moins.) une guitare qui manque cruellement de groove et qui se révèle peu efficace, (à l’exception de quelques riffs accrocheurs dans les morceaux "Ten Lives" et "Burning", rien de bien transcendant.) une basse trop peu présente, une batterie qui se contente d’accompagner le tout sans nuance… Tout cela rend l’écoute de l’album assez insignifiante dans son ensemble et ne permet pas à l’esprit de faire plus « qu’entendre » la musique. De plus l’abus de ce type de structure sur tous les morceaux de l’album : intro' guitare, entrée progressive de la batterie, tempo rapide/chant qui suit, ralentissement du rythme/chant plus lent pour ensuite repartir en « puissance » afin d’introduire le solo… Ne fait qu’aggraver la sensation d’écouter un seul et même morceau.

Je cherche également où se situent les influences « Sludge » de l’album, sans m’attendre à du Kylesa ou du EyeHateGod, j’espérais quand même une certaine nervosité dans les compos, un chant mêlant Heavy à une pointe de Hardcore, (les influences du Sludge donc) un duo basse/batterie bien plus en avant, des guitares incisives et fuzzy à la fois… Mais rien de tout ça, le groupe est bien plus proche du Southern Metal auquel il ne fait pas vraiment honneur non plus, lorsque l'on compare à des groupes tel que Maylene and the Sons of Disaster ou The Truckfigthers qui ont réussi à revisiter le genre du Stoner/Southern sans pour autant le dénaturaliser.

Pour conclure cette chronique sur une note un petit peu plus objective et positive, je dirai que l’album de KRIADIAZ pourra ravir certains fans de Pantera et autres amateurs de Southern à la recherche d’un peu de nostalgie. Malheureusement il ne pourra pas convaincre un public plus étendu de par son manque d’innovation dont sont armés les autres groupes de cette même scène.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR