CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine SIREN'S CRY
Scattered horizons [ 2013 ]
CD Album (Durée : 48.12)
Style : Metal progressif
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.nightmarerecords.com
Contact groupe : http://www.syrenscry.com http://myspace.com/thesirenscry
 


Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 11 septembre 2013 - Chroniqueur : Ivan.Jack
 

Siren's cry n'est pas un énième groupe de metal symphonique à chanteuse comme il en pousse chaque année depuis la consécration de groupes comme Nightwish ou Within Temptation... Le style de chant est à des lustres du lyrique et le propos est metal progressif, très progressif même.

Il est trop rare de découvrir un groupe de metal prog mené de main de maître par une chanteuse, et nous avons droit à une belle réussite avec ce Scattered Horizons, premier album de ces jeunes autrichiens qui n'ont pas l'air de novices en la matière...

L'intro « Introitus » nous perd d'entrée car typée très électro mais on rentre vite dans le vif du sujet avec « Seven », où l'on sent d'entrée les influences de Threshold, Nightwish de la première heure et surtout Symphony X, impression renforcée par des choeurs masculins puissants et lyriques, les guitares et les claviers sont mis en avant et se partagent à juste égalité accords d'ambiance et soli virtuoses.

La richesse des mélodies et des changements de rythmes, « Oracles and sins », « Elegy of R'lyeh » et d'accords souvent hispanisants et orientaux pourront perdre certains esprits traditionnels, habitués aux standards très appréciés dans notre pays (couplet-refrain 2x – solo- refrain). Ici, point de clichés, point de traditionnel, les jeunes loups s'éclatent à rajouter des mesures sur des riffs entraînants et des breaks assez techniques pour orner leurs mélodies déjà très riches.

Le chant de Katie Joanne sort vraiment de l'ordinaire car elle paraît assez frêle sur certains refrains, contraste flagrant avec la rapidité et la complexité des rythmes et semble manquer de puissance au lieu d'affirmer sa présence. Pourtant, lorsqu'on regarde de plus près, elle participe à la composition de toutes les chansons avec le guitariste Phil Porter et écrit tous les textes. La musique est tellement riche et la production tellement enveloppée que la demoiselle en perd un peu de sa présence. Dommage car son timbre particulier et très doux n'est pas habituel dans ce style de musique et aurait gagné en profondeur si le chant avait été mixé à peine eu dessus et décoré de quelques choeurs...

Alors on se perd un peu dans ses mélodies vocales dans « Draconian Spectrum », on plane sur la belle power ballade « Cold ambers and scalding tears » et on se perd à nouveau sur l'épique et long « Sahara Sagas part I », malgré le chant enivrant et arabisant et de superbes duels de claviers et de guitares. L'analogie avec Symphony X et son album V se fait à nouveau ressentir, justement par ses mélodies orientales poussées, mais là où Symphony X gardent toujours un fil conducteur qui nous permet de suivre les évolutions des mélodies principales, Siren's cry enchaînent magistralement les plans et les breaks en se moquant un peu de la concision... mais ce n'est que leur premier album et ils sont tout pardonnés au vu de la qualité de leur musique.

« Serpents of war » vient nous réveiller avec un speed metal tendant sur le symphonique, un peu comme Sonata Arctica savaient le faire à leurs débuts, toujours inspiré et jamais ringard et l'album se termine avec un autre gros pavé de 9 minutes, « A controversial mind » où tous les éléments des morceaux précédents qui font de Siren's cry ce qu'ils sont se réunissent ici. Une belle basse ronde très mélodieuse, la voix doucereuse et technique, les choeurs magistraux, cette facilité déconcertante de changer d'accords sans que cela choque, ces harmonies belles et recherchées, souvent à la limite de la dissonance, les sons de claviers flamboyants et une ambiance propre, faisant penser à l'album Falling into infinity de Dream Theater, et son final « rushesque » Trial of tears...

Vous l'avez compris, cet album est un formidable coup de cœur pour cette rentrée musicale, et je suis encore plus admiratif du talent de ce groupe lorsque je pense à certains musiciens qui sortent leur troisième ou quatrième album et ne leur arrivent même pas à la cheville, techniquement et mélodiquement. Un excellent groupe en devenir, à suivre de très près, en espérant qu'ils n'aient pas tout donné pour ce premier chef d'oeuvre.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top