CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine SEBASTIAN BACH
Give'em hell [ 2014 ]
CD Album (Durée : 49.08)
Style : Hard-rock melodique
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.frontiers.it
Contact groupe : http://www.sebastianbach.com
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 27 mai 2014 - Chroniqueur : Ivan.Jack
 

Décidément, 2014 est une belle cuvée pour les crus heavy, glam, stoner et metal en général. Je ne cesse de m'étonner de la qualité de certains albums et surtout de la longévité de certains musiciens, face au style de vie que certains mènent et qui est loin d'être sain... Sebastien Bach, ex-leader des fameux Skid Row des débuts des 90's, nous sort cet album bien chargé et bien nommé, car le son de sa musique est résolument d'enfer !

Exit le glam-rock des 90's, partie la promiscuité avec le Gun's and Roses d'Axl, place au metal, au vrai, avec de bonnes guitares bien lourdes, une basse vrombissante, une batterie qui pèse son poids et cette voix toujours aussi poussive, bien à l'aise dans les médium autant que dans les aigus, comme si Axl Rose justement avait fusionné avec une moitié de Stephen Pearcy de Ratt et Vince Neil de Motley Crue.

Il y a beaucoup de très bonnes choses dans cet album, qui démarre très bien avec le furieux « Hell iniside my head » et son refrain entêtant, tout comme « Harmony » qui aurait vraiment trouvé sa place sur le trop décrié Chinese Democracy des Gun's, d'ailleurs la présence de Duff Mckagan à la basse y est sûrement pour quelque chose... « All my friends are dead » explore la lourdeur et s'essaie même à un petit 7 temps sur le couplet, le refrain est également imparable et certains jeux de guitares rythmiques sont surprenants d'originalité.

Bon, qui dit Sebastian Bach dit hélas « mélodies sirupeuses et commerciales », on n'y échappe donc pas avec le single « Temptation », l'une des chansons les plus faibles de l'album sans pour autant être inintéressante car composée avec bon goût, il en sera de même avec « Dominator » en beaucoup plus heavy... « Push away » calme un peu le jeu avec un format power-ballad bien chargée au refrain une fois de plus ravageur et puissant, le chant du sieur Bach n'en est que plus intense tout au long de cet album rempli de beaux moments d'émotions musicales. Étrange d'ailleurs que le disque soit tant orné de symboles sataniques (pochette, livret, titres, portraits...) alors que la musicale bien qu'assez noire dans le fond, respire l'esprit positif et une certaine libération...

Bon paradoxe, qui se poursuit avec « Had Enough » réellement kitsch qui aurait pu faire un malheur au temps de l'émergence des groupes heavy-folk comme Cinderella, Kingdom Come ou même House of Lords, mais qui restera inaperçu, tout comme cette ballade country « Rock'n'roll is a visious game », le morceau de trop que Bon Jovi aurait tout juste accepté de l'enregistrer pour un bonus japonais, cet harmonica persistant, non mais quelle classe (ironie)...

Par contre, le répit est de courte durée car le chanteur nous assène juste après un gros riff tranchant (« Gun to a knife fight ») et booste du coup le refrain mélodique à la Pretty Maids, l'excellence du mariage mélodies/puissance colorée d'un solo de guitare flamboyant. « Taking Back Tomorrow » continue dans cette lancée violente avec cette intro presque neo-metal, où l'on retrouve comme souvent dans cet album le contraste avec le refrain plus détendu, un peu trop bateau peut-être...

Tout le long, Sebastian est d'une belle prestance, d'un feeling et d'une technique irréprochables et fait vraiment passer l'émotion par sa voix, à l'image de « Disengaged », morceau aux relents thrash et au refrain tellement mélodieux... Dommage que « Forget You » termine le voyage de façon anecdotique, les choeurs pompeux « anh anh anh anh » gâchant la chanson entière par leur trop forte présence et leur répétition à la limite du supportable...

Par ce Give'em Hell résolument moderne tout en exploitant les bonnes recettes du passé, Sebastian Bach nous aura une fois de plus bluffés en sortant un petit chef d'oeuvre qui n'est pas passé loin du coup de cœur, il manque un tantinet d'originalité tout de même... Mais rassurez-vous, vous pourrez écouter l'album deux ou trois fois de suite sans aucune lassitude car, je le redis, il sonne d'enfer !!!





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
SEBASTIAN BACH - Kicking & screaming

 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top