CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine ELVENKING
The pagan manifesto [ 2014 ]
CD Album (Durée : 64.08)
Style : Folk-pagan metal
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.afm-records.de/
Contact groupe : http://www.elvenking.net http://www.myspace.com/elvenking
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 05 juin 2014 - Chroniqueur : Ivan.Jack
 

Je ne suis pas très fan d'habitude de folk-metal ni de musique à petits lutins et autres flûteaux, je trouve souvent que le style n'est pas assez exploité et que les groupes du genre pagan-folk-viking et cie restent toujours dans une mouvance thrash ou death avec peu de vraies mélodies folk et médiévales et le chant n'est jamais très mélodieux, un comble pour le style....

Je ne connais que très peu Elvenking et ce Pagan Manifesto vient de me réconcilier avec le style car.... enfin... le côté trad. et folk est largement exploité ici, beaucoup de mélodies anciennes et travaillées et surtout, surtout, un chanteur, un vrai, qui n'hésite pas à renforcer l'aspect pagan avec des lignes de chant très osées, suivant de près la musique des ménestrels et autres baladins d'une époque révolue mais omniprésente.


Le metal est bien présent dans tous les morceaux, très speed même par moments, mais le travail des mélodies jouées par les flûtes violons, cornemuses et autres vielles à roues nous transportent allègrement dans un autre temps, qu'il nous plaît de re-découvrir... La nouveauté par rapport aux autres groupes du genre est le travail d'arrangements, les subtilités harmoniques présentes à foison et surtout ce mélange de structures mainstream (« Elven legions »), progressives (écoutez donc ce voyage qu'est le long morceau d'entrée « King of the Elves » pour vous en assurer) et de musique symphonique et lyrique poussées (certains choeurs sont de toute beauté - « Black Roses for the wicked one »).


Certains passages sont disais-je osés car ils ne seraient peut-être pas aussi bien passés sur un album doté de morceaux moins bien composés, plus ordinaires et de moins bon goût. Là, il n'hésitent pas à franchir le pas de ce que j'appelle vulgairement la musique de lutins et on se retrouve à sautiller comme des fous, sans savoir pourquoi, avec une joie indicible qui nous provoque un sourire indélébile sur les lèvres ; je pense en particulier à « The Druid Ritual of Oak » et son ensemble tintinabulesque, comme si j'avais pris quelques substances inavouables pour un moment d'euphorie extrême, même chose pour « Pagan Revolution » dont la rythmique et le refrain ne quittent pas mon cerveau enjolivé.

Elvenking n'hésite pas non plus à compliquer son propos, on l'a vu, dans « King of the Elves » et ses 13 minutes de pur folk-prog sympho (si, si, c'est possible!), on retrouve cette volonté de charger les chansons pour peut-être les rendre moins légères et moins « trollesques », comme la ballade à 3 changements de temps « Towards the shores » qui aurait pu être d'une banalité affligeante mais qui prend un envol nouveau, grâce à cette guitare acoustique virtuose, ses violons et ses flûtes celtiques omniprésents, la voix de Damna incroyablement versatile et bien sûr « Moonbeam stone circle », cette autre démonstration que la musique, même estampillée par un style très réducteur, si elle est inspirée et composée par des gens talentueux, peut devenir transcendante à tout moment...


Le flot de mélodies sylvestres et les fourberies de nos Italiens se mêlent et s'entrechoquent, ne laissent pas beaucoup de place pour le calme et le recueillement, tout est en mouvement, comme une course effrénée dans un chant de blé trop haut, ou au sein d'une forêt immense où l'on se heurterait sans cesse aux mêmes buissons, ce qui nous empêcherait d'atteindre l'orée ou du moins une petite clairière pour reprendre notre souffle...


On peut penser à Helloween ou Gamma Ray (« Twilight of Magic »), pour le côté speed et joyeux ou même aux meilleurs moment de Freedom Call, mais le mauvais goût et la lourdeur de leur happy Metal en moins (ben oui, mais le Happy Metal, moi ça m'ennuie d'une force....), mais Elvenking, avec ce huitième album ravira les fans die-hard et pourra fédérer d'autres mélomanes, dont moi-même dorénavant, je le reconnais, car beaucoup de choses se passent dans cette musique passionnante et qui ne laissera personne indifférent.. Comme quoi, on peut se renouveler à n'importe quel moment d'une carrière... Ça s'appelle le talent, et ce disque un coup de maître !!







pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
ELVENKING - The Winter Wake ELVENKING - Two tragedy poets (and a caravan of weird figures) ELVENKING - Red Silent Tides

 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top