CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine FORTY SHADES
Camera silens [ 2015 ]
CD Album (Durée : 42.36)
Style : Metal atmosphérique
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.7hard.de/
Contact groupe : http://www.forty-shades.com/ http://www.reverbnation.com/fortyshades
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 04 mars 2015 - Chroniqueur : lisa
 

FORTY SHADES est un groupe suisse originaire de Bienne. Initialement créé en 2007 sous le nom de NAGOR MAR en tant que groupe de metal symphonique par Tobias Cut (claviers/piano) et Manuela Kraller (chant, ex-XANDRIA), le projet prend fin peu après la sortie de leur démo, suite à des divergences d'opinions musicales entre ses membres.

Deux ans plus tard, Tobias Cut et le batteur Christian Wittwer, deux musiciens partageant une vision commune de la musique, s'associent et partent à la recherche d'autres musiciens afin de concrétiser leur projet. C'est ainsi que FORTY SHADES voit le jour en 2012, renforcé par les deux guitaristes Raphael Crivelli et Lukasz Mielniczuk, le bassiste Joël Brechbuhl, et le chanteur Toss Basler, alias Lord Charon.

Il aura donc fallu trois ans au groupe pour enregistrer leur première production, Camera Silens, qualifiée de disque « metal-rock orchestral ». Cet album de douze titres sortira le 13 mars prochain via le label allemand 7hard.

FORTY SHADES se présente comme un groupe de metal atmosphérique. Alors on est bien d'accord, on est censé retrouver dans ce style des compositions contrastées, très longues dans le but de développer une harmonie et une ambiance tout à la fois douces, aériennes, planantes et intimistes. Pour ce faire, beaucoup de groupes du genre y intègrent de nombreux instruments contribuant à la construction de cette atmosphère, tels que les guitares solistes, le piano, la flute, ou encore des orchestres. Lorsque j'ai écouté pour la première fois l'album, je dois avouer avoir été décontenancée car le groupe a une vision du metal atmosphérique complètement différente de celle que je me faisais. Ne vous attendez donc pas à quelque chose dans la même veine qu'ANATHEMA, THE GATHERING ou LACUNA COIL, car ce que nous propose FORTY SHADES est tout autre. Alors certes, les claviers sont au centre des compositions, au même titre que les instruments d'une formation metal classique, mais FORTY SHADES, ce n'est pas que ça.

Je qualifierai plus FORTY SHADES de groupe hard rock/heavy metal traditionnel, mais une des grandes qualités de Camera Silens, c'est de nous offrir des compositions aux influences multiples : un style power metal (« Pillars of Doom »), de l'electro (« In a Darker Shade of Gloom », bridge de « Purple Flames », intro claviers/batterie de « The End »), du death, un côté folk dans l'intro au synthé de « Heaven » … Et de l'atmosphérique bien entendu, véhiculé par exemple par le côté orchestral de « Seven Moons », les chœurs aériens de « Dark Flood », ou bien encore la mélodie au synthé de « Purple Flames ». Mais toutes ces facettes ont un sens et sont loin d'être anodines. Pourquoi me direz-vous ? Camera Silens, c'est en fait l'album de l'introspection : les paroles sont mystiques, et les mélodies mélancoliques au synthé sont alternées avec des chansons au rythme plus soutenu, et ce afin de retranscrire la complexité du psyché humain. D'où également l'alternance entre le death growl et le chant clair qui n'est pas sans rappeler celui de Tim Charles de NE OBLIVISCARIS. « The End » en est un parfait exemple, mais avec la voix guest de Simone Christinat (chanteuse du groupe de metal progressif LEGENDA AUREA) qui offre un très beau contraste avec la voix caverneuse de Lord Charon.

Alors je l'admets, ce n'est pas avec FORTY SHADES que les headbangers s'éclateront le plus, mais musicalement parlant, la qualité est au rendez-vous. Les mélodies sont agréables, la production assurée au studio T.O.C par Raphael Crivelli est précise, et on peut profiter de très bons jeux de guitare (« Pillars of Doom », « Seven Moons », « Bloodmoon », « Last Escape », « Black Winged Sun » ...). On adhère ou pas, mais question originalité il est certain que Camera Silens est une réussite.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top