CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine FAIRY
Winterverv [ 2015 ]
CD Album (Durée : 50.00)
Style : Rock grunge
Informations :
Interview :
Contact label :
Contact groupe : https://www.facebook.com/fairybergen?fref=nf http://www.fairyband.com/
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 23 août 2015 - Chroniqueur : sarvgot
 

BERGEN, un nom qui fait rêver tout amateur de musique extrême. BERGEN, le berceau du black metal et de groupes comme BURZUM, ENSLAVED, IMMORTAL ou dans une veine plus classique de EDVARD GRIEG. Beaucoup d'histoires sombres liées au métal prennent BERGEN comme décor, beaucoup de légendes également. BERGEN, on le sait moins, est aussi une ville qui donne naissance à beaucoup de groupe plus pop-rock tels ROYKSOPP, KINGS OF CONVENIANCE et ... FAIRY groupe qui fait l'objet de cette chronique aujourd'hui, pour la sortie de leur deuxième album VINTERVERV ("le solstice d'hiver" dans la langue d'Abbath).

Le premier opus PRIVATE UNIVERSE (2010) n'avait pas trop fait parler, les critiques ne semblaient pas si enthousiastes que cela, si ce n'est que de louer le physique des membres du groupe, presque exclusivement féminin. Ce deuxième album suivra probablement le même chemin, bien qu'il ne soit pas totalement mauvais, mais son cruel manque d'originalité et de modernité lui fait défaut. Modernité car le son est plutôt mal calibré et donne davantage dans le grunge que dans le rock/metal. Est-ce voulu ou pas, telle est la question, mais ce n'est pas le meilleur choix qu'ai pu faire le groupe. Les guitares sont mises trop en avant pour des lignes qui ne sont finalement ni très techniques, ni très marquantes. Certains passages (souvent les introductions d'ailleurs) rappellent les origines du groupe en se donnant dans le black metal, comme EUFORI ou l'intro de RAGNAROK (oui, les thèmes sont connus aussi). Passez ces intros et il ne vous restera plus qu'un album rock/grunge sans réelle consistance sur le reste. Malheureusement.

Le groupe rattrape son côté musical par des arrangements un peu plus poussés, notamment par l'utilisation de choeurs ou de claviers très cuivrés, apportant un léger côté symphonique à l'album. Là encore l'intégration sonne moins bien que dans ce qui se fait actuellement mais elle à le mérite d’exister, comme sur la deuxième partie d'EUFORI ou le break de FROSTLAGT STI. Tout cela confirme qu'il y a de bonnes idées dans ce que peut nous donner FAIRY, à l'image aussi d'OBSESSED, morceau presque néo-metal, aux couplets rappés, ou de SEID et le début très black metal, car oui il y a quelques growls chez FAIRY. Des bonnes idées qui sont souvent gachées : REKVIEM commence de belle manière grâce à la voix lyrique de la chanteuse et d'une mise en son très religieuse et onirique qui ne s'accorde guère avec le reste du morceau, mis à part pour le break du morceau au trois-quart de l'écoute.

Un autre point que l'on regrettera aussi : l'utilisation qui est faite de la voix de THERESE TOFTING. Pourtant agréable, elle est aussi criblée d'effets qu'un coup-franc de Beckham. C'est truffé de Reverb, c'est mal mixé, ça se noie dans un mur de son trop confus (SEID) peuplé de claviers, de choeurs ou de guitares sur-mixées. On constatera, sur SEID encore une fois, que certains passages ne sont pas naturels pour cette voix, ou que certaines lignes de chant ne sont pas originales (FROSTALGT STI, FRAGMENT). THERESE sait maitriser sa voix (les passages lyriques sont très réussis) et naturellement elle est très agréable, mais le groupe ne sait décidément pas mettre en avant ses qualités.

VINTERVERV ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Toutes les bonnes idées que peut avoir le groupe (des sonorités, des ambiances, des arrangements) sont gachées par une musique trop conventionnelle, sans prise de risques et beaucoup trop calibrée. On reste sur de l'intro-couplet-refrain dont le groupe peine réellement à se sortir. Et puis la production n'aide pas à l'écoute de l'album, tout comme le manque de technique qui se ressent grandement. On attendra la suite, si le groupe parvient à se remettre en question car il y a pourtant de bonnes idées à exploiter. Et puis un groupe féminin (désolé GERARD) aura de toutes façons l'attention des médias plus facilement. Ladies, c'est à vous de jouer.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Go to Top