CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


WHEELFALL
Glasrew point [ 2015 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
Double CD Album - Durée : 82.27 - Style : Post-metal/stoner
Informations :
Interview :
Contact label : http://sunruinrecords.bandcamp.com/
Contact groupe : http://wheelfall.com/ https://wheelfall.bandcamp.com/
 


Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 05 octobre 2015 - Chroniqueur : Fred.Photography
 

Line-up :
Fabien W. Furter – Guitare,Chant
Niko Elbow – Batterie
Cactus Flo – Guitare
Niko El Moche – Basse
Thibaut Thieblemont – Clavier, samples

En 2011, Wheelfall se faisait remarquer avec un premier album « Interzone » de belle facture, un esprit désert et stoner qui avait ravi nombre de webzines spécialisés et avait permis au groupe de se constituer une fan-base solide. Un bon début pour un combo venant d’une région pas forcément connue pour être une pépinière de groupes de metal, la Lorraine et plus particulièrement de la ville de Nancy. Cette fois-ci ils reviennent avec un généreux double album concept, Glasrew point, qui risque d’en surprendre plus d’un.

Petit détail technique qui m’a un peu déconcerté au moment d’ouvrir ce beau digipack est l’absence de numéros sur les disques. Quelle est la partie une et la partie deux ? un peu gênant surtout quand on a une chronique à écrire et qu’on doit savoir ce qu’on écoute. Mon astuce est qu’il y a un arbre sur le cd 1 et deux sur le cd 2, c’est peut-être fait exprès ; mais un petit numéro aurait été moins déconcertant, mais ce n’est vraiment qu’un détail.

Il ne faut que quelques minutes d’écoute pour se rendre compte que l’on tient dans les mains un grand album. Si les premières productions de Wheelfall étaient de grandes qualités, on restait cantonné à un doom/stoner des plus classiques, dans la veine d’Electric Wizzard, d’High on Fire, avec un son pachydermique et des vocaux aux relents death. Cette fois, sous l’impulsion du guitariste Fabien W.Further, le groupe a décidé de s’éloigner de ses origines pour s’embarquer dans un véritable voyage mystique et expérimental, où il est difficile de rattacher le son de Glasrew point à autre chose. Comme si High on Fire, Ministry et Neurosis avaient copulé pour faire naître un monstre difforme, lors d’une cérémonie occulte au fond d’un bois lugubre et hanté.

Si les bases stoner sont présentes, en particulier sur « Dead eyes » elles ont tendance à très vite s’effacer pour se muer en une espèce de sludge tortueux et terriblement lancinant où l’on peut passer d’une ambiance glauque et poisseuse (The drift) à une autre plus lumineuse et légère (Pilgrimage), tout gardant un ensemble cohérent.

Difficile de réellement définir un style pour cet album tellement les directions empruntées sont nombreuses, black, doom, drone etc. tout en ayant une profonde influence post-rock. C’est d’ailleurs cette palette de genres abordés qui permet à Wheelfall d’éviter la redondance et l’ennui, piège facile surtout pour un album de cette durée. On se rend aussi compte, à l’écoute de Glasrew point, de la dimension cinématographique de la musique proposée par les nancéiens. Leur précédente production avait déjà donné un aperçu de cette dimension par l’artwork science fictionnelle et les ambiances Western, mais c’est ici encore plus flagrant et cette fois-ci, c’est l’atmosphère de film d'horreur qui est palpable tout au long de l’album, Le logo et l’artwork rappelant d’ailleurs beaucoup le film projet Blair Witch, avec ses forêts hantées et son atmosphère suffocante.

Le projet Glasrew point se veut une œuvre complète puisque l’édition originale de l’album est accompagnée d’une nouvelle directement inspirée par la musique de Wheelfall, donc l’action se tiendrait à Glasrew, lieu imaginaire inventé par eux.

Avec ce Glasrew Point, Wheelfall frappe fort, arrivant à transcrire en musique vos cauchemars les plus lugubres. Une véritable bouffée d’air frais et une prise de risque salutaire qui permet au groupe de s’éloigner d’un stoner facile mais efficace, genre qui commence à se scléroser de toute façon et où il devient parfois difficile de faire la différence entre les groupes. Un album exigeant qui vous demandera plusieurs écoutes, mais qui ne vous laissera pas indifférent.



Playlist:
1.I Descend into the Deep 01:46
2.Dead Eyes 07:53
3.Strangers 03:39
4.Vanishing Point 05:08
5.Now Wakes the Sea 03:47
6.The Drift 13:37
7.Pilgrimage 04:30
8.Shelter 02:16
9.Absence of Doubt 07:25
10.Shape Shifter 09:10
11.A Night of Dark Trees 03:44
12.The Skeptic and His Shadows 06:41
13.Sound of Salvation 04:17
14.Return Trip 08:34




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
WHEELFALL - The Atrocity Reports


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut