CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MÖRKHIMMEL
Ostří Černé Kosy Zní [ 2014 ]
Pavillon 666 - metal rock webzine
CD Album - Durée : 32.14 - Style : Crust/Metal
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.neonarcis.com/
Contact groupe : https://www.facebook.com/M%C3%96RKHIMMEL-244047232287427/timeline http://morkhimmel666.bandcamp.com/album/ost-ern-kosy-zn
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 26 novembre 2015 - Chroniqueur : NegativeHate
 

Je vais vous raconter une histoire. Oui effectivement, j'attaque bizarrement mon introduction, mais il faut que je vous raconte. Il y a fort longtemps (à peu près un an et demi / deux ans max), j'ai reçu deux CDs estampillés d'un étrange logo à au verso de leurs pochettes : une locomotive. Cette dernière était le blason d'un label appelé « L'inphantile Collective » basé en République Tchèque. Jusque là, rien d'anormal. Sauf que cette locomotive était porteuse d'une malédiction terrible, la malédiction de la note en dessous de la moyenne. Et c'est ainsi que les deux CDs eurent des notes assez mauvaises...
Bon, plus sérieusement, MÖRKHIMMEL est un groupe de Crust (ou Punk/Metal comme le groupe le dit) originaire de Prague et labellisé sur « L'inphantile Collective » et « Insane Society Records ». Si je vous ai raconté cette histoire en début de chronique, c'est que je suis plus ou moins fâché avec ce premier label à cause de deux autres productions qui m'ont hanté pendant des jours. J'espère que pour leur troisième full lengh les tchèques renverseront la donne.. Mesdames, Messieurs, voici « Ostří Černé Kosy Zní » !

L'entrée en matière se nomme « Co Je Mrtvé, Necham Hnit » et à vrai dire, elle n'est pas si mauvaise que ça. Une introduction en crescendo classique pour après entendre rugir les guitares sur une batterie aux airs de batteuses est certes un peu cliché, mais bien opérée ici. Dès le début, on note que la production est moyenne mais convenable. On est assez loin du Punk annoncé avec ses riffs tranchants, on se retrouve plutôt dans un univers entre Death et Stoner. Death à cause des rythmes assez rapides, du tremolo picking présent un peu partout et Stoner à cause du son gras des cordistes. Pour l'instant, je suis plutôt heureux de ce premier titre !
Et ça se confirme avec « Z Ciziho Krev Potece » ! Si au début j'étais méfiant, je me laisse à présent de plus en plus emporter par le flot musical incessant des guitares. La batterie est certes un peu en retrait, mais rien de bien méchant. Le chant est gras à souhait, un mollard risquant de sortir de la bouche du frontman à tout moment. Ce dernier gueule dans le micro en Tchèque (comme le font remarquer les titres des compositions) et le moins qu'on puisse dire c'est que ça rajoute une touche de brutalité dans l'air, le Tchèque étant à mon goût une langue assez froide (mais tellement belle!).
« Na Veky Veku » fait sombrer le groupe dans une sorte de Punk Hardcore cliché à souhait, sans réelle saveur. Le titre n'est pas si mal que ça mais fait dans le fond ressortir un certain côté brouillon et brut. Beaucoup trop brut …
Mais pas de panique ! Avec « Nepritomny Nepritel », on ralentit énormément le tempo et on rattrape tout ça. A la limite du Sludge, on avance sur un rythme pachydermique et monotone jusqu'à ce que la batterie marque un temps d'arrêt pour repartir en blast beat. A l'écoute de cette transition qui n'en est pas vraiment une (plutôt un « vous êtes prêts ? Parce que là on y va réellement ! »), on se sent déstabilisé d'autant plus que le blast en question durera un assez bon moment pour revenir à une autre rythmique lourde saupoudrée d'un solo de six corde à la sauce Chorus (si si, la pédale de « Come As You Are », vous savez NIRVANA). Un morceau déstabilisant donc, qui va un peu partout et nulle part à la fois...
On repart avec du solide avec « Prvni Pri Conci Sveta ». Ici, le groupe sort ses influences Hardcore avec une alternance accords de puissance/palm-muting. Une alternance un peu quelconque à vrai dire mais efficace. La batterie est à mon goût trop monotone et ne jure que par le blast qui est un peu envahissant. On est attiré par ces coups portés à la caisse claire et on ne laisse pas passer autre chose dans nos oreilles. Et ce n'est pas prêt de s'arranger...
Car « Den Dni Jak Vejce Vejci Se Podoba » reprend les rênes dans un style faisant plus penser à du Death (la production, moyenne comme dit plus haut, transformera limite ce Death en Black à quelques endroits). Un morceau qui paraît fade et qui passe vite, non pas car il est court, mais parce qu'il n'y a pas grand chose à dire dessus.
Avec « Zima », le groupe confirme qu'il a du potentiel non pas par sa technique, mais par l'originalité de certains passages, le Crust étant un genre assez minimaliste la technique est à chercher ailleurs. Les rythmes et différents riffs sont inspirés ici et s'en ressent une atmosphère nouvelle qu'est la découverte d'innovations musicales. Et pour reprendre une célèbre pub...
C'est pas fini ! Là le Sludge/Stoner est réellement présent avec « Uprostred Prazdnoty » ! Un titre lent et long comme un 35 tonnes en fin de vie gravissant un mont escarpé. Le Chorus est toujours présent, il nous transporte à travers la guitare vers le Grand Est avec des mélodies entraînantes. C'est LE titre à écouter car même si il n'est pas réellement représentatif du travail du groupe, il est vraiment transportant. Même si ce serait un peu con d'écouter uniquement le dernier titre de l'album...

J'ai l'honneur de vous annoncer que MÖRKHIMMEL m'a réconcilié avec le label « Linphantile » !
Même si ce CD n'est pas parfait, le groupe démontre qu'il a un bon potentiel et qu'il a pu piocher dans un peu tous les styles à sa portée pour créer son identité propre. La production est moyenne, mais le Crust est, comme le dirait un ami, un truc de gros dégueulasses donc je les excuse ! Merci à MÖRKHIMMEL et son « Ostří Černé Kosy Zní » de m'avoir montré qu'il n'y avait pas que des groupes que je n'aimais pas sur ce label... D'ailleurs, j'vais aller me réécouter les autres formations encore une fois...




Acheter cet album ICI :
pavillon 666 webzine metal rock

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE


 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Aller en haut