CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


OTARGOS – VALENCIENNES
Avec : OTARGOS, KAUSE4KONFLIKT, NEMESIS IRAE, GANG69, HAST
Date du concert : 04-06-2011
Lieu : Péniche Igelrock - [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 juin 2011 - Chroniqueur : borgir62 - Photographe : Borgir62


Ces dernières semaines, Valenciennes, par l'intermédiaire de sa Péniche Igelrock, s'est retrouvé au coeur de l'actualité metal, avec plusieurs belles affiches. Citons par exemple Headcharger, Benighted ou Septic Flesh. Durant ces concerts, les formations furent bien souvent irréprochables, délivrant leur set à merveille et faisant abstraction de conditions pas toujours faciles à gérer. Ce soir, c'est une nouvelle affiche de premier ordre qu'accueille l'Igelrock, puisque Otargos et Kause4Konflikt font escale dans la cité du Hainaut.


 


Accompagnés de 3 autres formations nettement moins attrayantes sur le papier, K4K et Otargos avaient surement en tête l'idée de tout détruire à la Péniche, face à un public chaleureux, et tout ce baratin que l'on a l'habitude d'entendre dès que l'on parle de la région Nord-Pas-De-Calais. Le public nordiste ayant malheureusement prouvé à de maintes reprises qu'il ne méritait plus cette étiquette, j'étais pour le moins sceptique quant à la mobilisation des valenciennois ce soir. Le premier groupe à faire les frais de ce non-accueil est HAST, groupe régional. Initialement prévu à 17h35, la formation commencera pourtant son set sur les coups de 19h, l'organisatrice (Alix) et l'Igelrock, ayant décidé d'un commun accord de retard le coup d'envoi afin d'accueillir davantage de monde pour les premières parties. Bonne initiative, mais qui ne changera finalement pas vraiment la donne, puisque durant ce passage, la plupart des spectateurs attendra dehors, profitant du magnifique soleil. Pour ma part, je rejoins la salle de concert au moment où GANG69 prend place.


 


Là encore, le groupe est issu de la scène locale, mais évolue dans un style totalement différent de la formation précédente, et est même à contre courant de l'affiche globale, puisque l'on a là un mélange de Thrash et de Punk, tendance Core. Le style est plutôt bien exécuté, le groupe a une certaine prestance sur scène, et prend beaucoup de plaisir. La formation a déjà une bonne expérience live et s'appuye beaucoup sur elle. Cependant, le spectacle proposé est loin de faire l'unanimité, et beaucoup feront la navette entre la salle, le bar et l'extérieur de la péniche. On ne peut pas leur en vouloir, soyons honnête. Néanmoins, le groupe joue le jeu et il ne fait nul doute que dans un concert du même genre, le groupe aurait bénéficié d'un meilleur accueil.


 



 


Suivent alors les belges de NEMESIS IRAE. Peinturlurés façon "trve evil" peu impressionnante, on ne peut pas dire que le premier contact visuel fut des plus réussis. Mettons de côté le côté visuel, et intéressons nous alors à la musique proposée. Un style black/death relativement banal mais bien maîtrisé, c'est avec beaucoup de plaisir que l'on voit le groupe développer son show. Les titres sont bien exécutés et bien que le groupe semble impassible sur scène, il s'en dégage une réelle énergie. Bien que répétitif à la longue, le show passe plutôt bien, et même si quelques larsens viendront ternir la moitié des titres, le seul réel problème viendra des guitares qui ne sonneront pas très juste...


 



 


Le vrai concert commence enfin, puisque pour être franc, les trois premiers groupes n'avaient guère trouvé d'intérêt à mes yeux. Mais voilà que la sirène signalant le début du set de KAUSE 4 KONFLIKT résonne. Les lumières s'éteignent et ne se rallumeront plus, au grand dam des quelques photographes présents ce soir. Déjà qu'en temps normal la lumière n'est terrible... Bref, K4K débute son show et un raz de marée déferle et vient détruire la Péniche. Pourtant, le public reste apathique, bien qu'applaudissant entre les morceaux, mais on assistera jamais à un mouvement de foule vraiment dynamisant. Dommage car il y avait franchement de quoi ! Une formation réunissant des membres de Supertanker, No Return, Psoriasis ou... Otargos méritait un accueil des plus chaleureux, et on ne peut pas dire que le groupe n'aura pas tout fait pour animer le public. Que ce soit au niveau du style basé sur la confrérie militaire que dans la brutalité des morceaux, Kause For Konflikt impressionne et on comprend mieux pourquoi ils jouissent d'une réputation grandissante. Chose courante à l'Igelrock, le son viendra perturber la fête, puisque le chant secondaire aura été perdu je ne sais où, à se demander si les micros étaient bien raccordés. Comme à son habitude, le son ne permet donc pas d'évoluer dans des conditions optimales, et en dépit d'une énorme envie de bien faire, une légère sensation de déception émerge légèrement, tant le groupe aurait déplacé des montagnes en évoluant sous d'autres cieux. Mais dans l'ensemble, en tenant comptes de ces problèmes récurrents, le set sera une vraiee réussite, et il ne fait aucun doute que le public aura découvert un groupe qui a du potentiel à revendre, et qui devrait continuer à faire parler de lui.


 



 


Le clou du spectacle arrive alors puisque c'est OTARGOS qui se présente sur scène. La formation, aussi talentueuse soit-elle, se démarque également par son apparence, à l'instar de Kause4Konflikt. Un rapide coup d'oeil sur les tenues portées ou sur le visage du chanteur (occultons les tatouages) suffit pour s'en rendre compte. Heureusement, ce n'est qu'un (énorme) plus, car avec ce qu'il nous aura montré ce soir, il est indéniable que la plus grande force d'Otargos ne réside pas dans son goût pour l'esthétisme, mais bel et bien dans sa musique. Une setlist sans réelle surprise puisque l'on retrouve les morceaux qui vous mettent de bonnes grosses baffes dans la face, avec notamment "Cloning The Divine" ou la traditionnelle reprise de Vader, à savoir "Carnal", qui s'impose désormais comme un classique du groupe. "Kinetic Zero" est on ne peut plus efficace, une véritable merveille. La prestation est une vrie réussite, même si l'on retiendra une défaillance inhérente à l'Igelrock, à savoir le duo guitare/basse qui ne bénéficiera pas d'un son de qualité tout au long du show, contrairement à la batterie qui fait vibrer toute la salle. Néanmoins, on prend beaucoup de plaisir à voir ce groupe, valeur sûre à l'heure actuelle, et il ne fait nul doute que Otargos a encore de beaux jours devant lui.


 



Encore une soirée en demie teinte passée à l'Igelrock donc, puisque le public aura une nouvelle fois répondu absent, chose récurrente si l'on excepte le concert de Septicflesh il y a quelques semaines. Il est difficile de trouver une raison à cette désertion, peut être réside-t'elle dans le son souvent décevant dans ces lieux, ou est-ce tout simplement le manque de motivation et/ou de metalhead sur Valenciennes ? C'est en tout cas bien dommage puisque cette salle permet de découvrir de bons groupes ou de prendre d'énormes claques. Ce soir, ce fut le cas avec notamment K4K et OTARGOS qui auront impressionné par leur aisance, leur talent et leur charisme. Un grand merci à Alix pour la tenue de ce concert et à l'ensemble des groupes pour leur disponibilité notamment au stand merchandising.



no images were found