CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ANTIMATTER - LILLE
Avec : averse, antimatter
Date du concert : 23-06-2011
Lieu : Le Viziteur / Resto Soleil - [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/aversejourney
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 juin 2011 - Chroniqueur : S.Y.L. - Photographe : S.Y.L


La période de la transhumance vers les grands festivals a commencé, et si des milliers de personnes trouvent leur bonheur en s'ébattant joyeusement dans la bière, le foin et la boue, pour d'autres, une simple guitare sèche et une arrière salle de bar suffit pour s'épanouir. Et Dieu (ou pas) est témoin que souvent en de tels lieux le miracle de l'underground peut s'accomplir et voir ces petites salles accoucher d'évènements d'exception.


 


Particulièrement actifs aussi bien sur les scènes qu'en tant qu'organisateurs, les maitres de cérémonie du groupe Averse proposent en cette occasion un concert particulier : un show acoustique avec en tête d'affiche Antimatter (Mick Moss / Lisa Cuthbert) qui ne jouera pas moins que l'intégralité de leur superbe "Planetary confinement". Le public a répondu présent à l'appel de cet évènement exceptionnel et il règne en ce début de soirée une ambiance conviviale, voire familiale (les musiciens se connaissent bien, Mick Moss et son label Music in Stone ont produit l'album "The endesque chants" d'Averse ).


 


L'exercice de l'acoustique n'est cependant pas toujours des plus aisé, les exemples ne manquent pas de plats échecs de groupes de metal ayant tenté l'expérience. Mais c'est en toute décontraction qu'Averse fait face à l'épreuve. La musique riche et complexe du groupe est retranscrite sans problème, prenant même une nouvelle dimension sous les cordes sèches. Le toucher plus ténu de la batterie combiné à la clarinette (qui prend ici une place plus importante) laisse plus apparaitre quelques inspirations jazz et assurément, quelques compositions ainsi remaniées feraient bonne figure en tant que "bonus track" en fin de prochain album...bien qu'avec des titres avoisinants chacun les 15 minutes, voilà qui ferait cher du bonus. Les chants sonnent juste, la technique toujours présente et maitrisée, l'énergie bien dosée, Averse est assurément à l'aise dans cette ambiance quelque peu intime et parvient à maintenir l'attention des spectateurs en éveil. Examen on ne peut plus réussi pour les Lillois qui confirment toutes les qualités entrevues sur leurs excellents album et lors de leurs prestations précédentes. Le groupe excelle dans les petits espaces, mais bien avisés seraient les programmateurs de prêter attention à ces musiciens qui pourraient largement tenir une place de choix sur des scènes plus grandes.


 




 


Au tour du duo Cuthbert/Moss de prendre place sous le feu des projecteurs, ou plutôt DU projecteur, les jeux de lumières n'étant pas à l'honneur ce soir. Religieusement, les spectateurs viennent s'assoir devant la scène pour découvrir l'intégralité de "Planetary confinement" légèrement remanié. Antimatter ne tarde pas à laisser s'exprimer une musique minimaliste mais porteuse d'une émotion certaine. Baignée dans une pénombre orangée, bercée par une musique ténue, mais aussi fortement réchauffée par la moiteur ambiante, la salle prend alors une allure de retour au ventre maternel, un retour aux sources de la vie malheureusement risqué pour les fans ayant choisi les canapés plutôt que le sol. Certes, un show acoustique d'Antimatter n'annonçait pas une séance de gigue irlandaise mais les titres se suivent dans une sorte de constante sonore, peut-être que plus de transitions et de communication avec le public (et surtout une aération digne de ce nom) auraient été bienvenus pour rompre la torpeur s'installant progressivement. Toute en douceur et en mélancolie, la musique d'Antimatter captive et se révèle propice à quelques dérives spirituelles, les regards perdus dans le vague des spectateurs ne pourra que l'attester; combiné à la chaleur, les effets n'en seront que plus exacerbés.


 



 


Comme souvent lors d'un concert acoustique, le show aura en tous cas permis le rapprochement entre artistes et spectateurs et d'en renforcer les liens. Notez quelques part le nom d'Averse, dont les efforts devraient bientôt porter leurs fruits, si tel n'est déjà pas le cas, en espérant (à titre personnel) revoir Antimatter sous des cieux plus...vivifiants.



no images were found