CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DEVIN TOWNSEND PROJECT
Avec : devin townsend project
Date du concert : 12-07-2011
Lieu : La maroquinerie - Paris [ 75 ]
Affluence : nc
Contact organisateur : http://www.base-productions.com/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 08 juillet 2011 - Chroniqueur : Ssly69 - Photographe : Ssly69


Alors que sa venue au moi de mars s'est trouvée compromise par l'annulation du Paris Extreme Fest, Devin Townsend nous offre une date unique pour laquelle les fans ont répondu présent. La rue devant la maroquinerie est en effet prise d'assaut, et déjà une heure avant l'ouverture des portes, il semblerait que toute personne ayant sa place est déjà présente dans cette file d'attente compacte. Alors que les spéculations vont bon train sur une éventuelle première partie (rien n'ayant été annoncé jusque là), c'est un Devin décontracté qui se présente à nous, bouteille d'eau à la main, et affichant un énorme sourire. Un petit spitch teinté d'humour sera l'entrée en matière pour ce soir, avec l'annonce d'une représentation en solo et en accoustique pour cette première partie. C'est donc seul sur son tabouret et avec sa guitare seche que cet OVNI musical nous offrira une sorte de one man show coupé de passages musicaux, ou plutôt l'inverse, on ne saurait trop dire, tant les interruptions sont nombreuses. Ceraines fausses notes (dont il est dur de penser qu'elles seront involontaires) seront l'occasion par exemple de faire un petit break et de rire simplement avec le public, celui ci adore, et le moment passe à vitesse grand V. Un moment qui se sera déroulé dans la bonne humeur, avec un artiste qui n'a vraiment pas pris la grosse tête, et malgré son succès, on aura l'impression d'avoir devant nous un gars ordinaire qui prend plaisir et qui s'amuse avec une bande de potes (bien que nombreux pour le coup). Une dernière intervention pour nous prévenir qu'il reviendra dans 20 à 30 minutes, et c'est radio Ziltoïd qui prend le relai, avec une playlist des plus surprenantes, avec entre autres "Barbie girl" ou encore "Mambo n°5" qui seront pour le moins inattendus dans cette soirée.



Le retour avec le DEVIN TOWNSEND PROJECT laisse entendre que l'humour sera encore de la partie, même s'il lors de son premier passage il nous a clairement annoncé que cette partie allait faire du bruit. En effet, son arrivée se fait sur un "on va faire une grosse entrée" bien placé, juste histoire de continuer dans l'ambiance "je suis une marionnette" qui est si propre au personnage. Les acclamations fusent, le set ne cessera de prendre en ampleur, et de partir sur des passages de plus en plus puissants, cette laissera toutefois une bonne place à l'esprit de comique du chanteur qui n'aura de cesse de haranguer le public, on le verra même embrasser un photographe sur le front! D'un point de vue musical, seule la qualité sonore ne sera pas au rendez-vous, ma faible expérience de cette salle, et avec des groupes qui ne sont pas réputés pour avoir un son propre en concert ne me permettra pas de dire si cela vient des réglages ou de l'accoustique de la salle. Le tout reste cependant très appréciable, et la qualité de l'ensemble nous feront rapidement oublier ce défaut. Ziltoïd refera une petite apparition remarquée, avant de terminer inanimé sur le sol, comme pour lui rappeller qu'il n'est que cette marionnette que l'on décide de faire exister ou non. Le plus gros moment de délire de cette soirée arrivera lors de son final, après un concert et un premier rappel des plus réussis, Devin se fera une joie de choisir deux personnes pour monter sur scène et l'accompagner sur "Bend it like bender!", ce qui lui laissera le temps d'abandonner le micro pour s'offrir le plaisir d'un bain de foule. Finalement ce sera sur cette ambiance très festive, et avec quelques agités de plus sur la scène que cette soirée se terminera. On aurait presque pu croire que Devin ne voulait plus quitter cette scène, et ce public avec qui le contact était si bon.





Le retour du chauve canadien en France est toujours un grand moment, et cette façon de montrer que l'on a pas forcément besoin d'une première partie qui ne colle pas forcément à l'ambiance est des plus appréciables. On est en effet souvent placé devant des groupes qui donnent l'impression de ne pas être arrivé dans la bonne salle, et le fait de mettre Devin en première partie de DEVIN TOWNSEND PROJECT était finalement le choix qui avait le plus de chances de faire mouche auprès du public. Cette soirée sera encore de celles qui nous feront dire "vivement la prochaine".




no images were found