CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Madball
Avec : Madball, Es la guerilla, Lazare
Date du concert : 12-07-2011
Lieu : Le nouveau casino - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.garanceproductions.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 31 juillet 2011 - Chroniqueur : Ssly69 - Photographe : Ssly69


Moins d'un an après leur dernier passage, MADBALL est de retour au nouveau casino pour une soirée qui sera encore entièrement dédiée au hardcore. Un groupe de moins à l'affiche cette année, avec au menu ES LA GUERILLA et LAZARE qui seront de la partie pour mettre le public dans l'ambiance.


Les rouennais de LAZARE commencent à se faire un nom dans le milieu depuis leur apparition en 2008, et le fait de les voir ouvrir ce soir pour MADBALL n'aura rien d'étonnant. Un premier bon point pour ce groupe est qu'il arrive très rapidement à communiquer toute sa bonne humeur mélée de férocité au public. Ce dernier restera cependant en retrait, et on aura droit à des invitations de groupe afin que le public se rapproche. Le pit commencera doucement pour une fois, mais connaissant le public hardcore, les personnes présentes au premier rang restent méfiantes. Et bien leur en prend car rapidement l'écart entre le devant de la scène et le fond de la salle laisse comprendre que ce fameux pit ne saurait tarder à prendre forme. Le déchainement sur scène ne cessera de prendre de l'ampleur, mais hormis les quelques agités du pit, le groupe s'attend à plus de réaction de la part de la fosse, on entendra même le chanteur placer un petit "Y'a deux gus qui dansent, dégagez les et avancez" afin de se l'approprier un peu plus, mais ce public se fera timide malgré une excellente prestation des normands.




S'en suit la venue d'une autre formation française, avec les franciliens de ES LA GUERILLA. Le groupe arrive en clamant bien haut et fort "es la guerilla", ce qui pour le moment n'aura pas l'effet escompté sur le public. Celui ci semble en effet réticent à l'approche du groupe qui bien que pratiquant une base hardcore manie aussi bien un son plus proche du stoner. La set list de ce soir aura cependant tout ce qu'il faut pour satisfaire un public qui n'est présent que pour le hardcore. Le fameux "es la guerilla" sera donc repris en milieu et en fin de set avec beaucoup plus d'entrain, d'autant plus que la fosse se fait de plus en plus compacte. Le groupe arrive finalement à créer un vrai contact avec le public, et les réticences du départ seront bien vite oubliées. Le set aura donc finalement un effet mitigé, d'un coté les puristes resteront au bar ou en profiteront pour passer au merch, alors que les autres arriveront à profiter pleinement de ce concert.




Avant la venue de MADBALL, l'heure n'est plus à l'hésitation, et la salle est presque comble. A peine passée l'introduction sur la musique de Terminator 2 que le public commence à s'agiter. Celui-ci pourra sembler moins nerveux que l'année passée, mais ceci est à mon avis du à une fréquentation en hausse, et donc à un espace plus réduit. A peine le groupe monté sur scène que le public se met à bouillir, le manque d'espace n'empechera toutefois pas certains de s'adonner leur jeu favori qui est de se jetter poings et pieds en avant dans un style si particulier ne se retrouvant que dans les concerts de hardcore. La chaleur monte dans la salle au même rythme que le groupe enchaîne les morceaux. Musicalement parlant, le groupe reste égal à lui même, plein d'énergie, et très carré. On notera que l'album "Empire" se sera mis en bonne place dans la set-list, avec entre autres, une ouverture sur "Invigorate", ou encore RAHC. Ce sera finalement sur un rappel de pas moins de cinq titres que la soirée se terminera. A l'heure précise annoncée par la salle.



Rien à jetter dans cette soirée, la bonne humeur et la bonne musique auront été présentes tout au long de cette soirée. Et le fait de pouvoir voir ce groupe dans une foule compacte aura finalement permis de réduire les bleus infligés aux personnes n'étant pas particulièrement fan des pits de concerts hardcore.



no images were found