CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


AGE OF THE JOKER EUROPEAN TOUR
Avec : Edguy, Kottak, Karelia
Date du concert : 19-10-2011
Lieu : Le Bataclan - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.base-productions.com/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 25 octobre 2011 - Chroniqueur : Ssly69 - Photographe : Ssly69


C'est avec impatience que le public d'EDGUY attendait cette date, bien que l'album en ait déçu plus d'un, nombre de personnes savent que leurs shows sont en général très appréciables. Pour l'occasion, ce seront les français de KARELIA qui feront l'ouverture, suivi de KOTTAK, dernier groupe en date du batteur de SCORPIONS James Kottak.


Cette date étant plébiscitée, on verra quelques heures avant l'ouverture qu'une horde de fans a déjà pris place boulevard Voltaire. C'est donc devant une salle correctement occupée que KARELIA prend place. Ce groupe s'est fait connaître en ouvrant régulièrement pour les concerts de SCORPION (décidément, on reste en famille), beaucoup les ont donc déjà vus, donc autant de personnes ont déjà un avis, et ceux ci restent mitigés. Ceux qui comme moi ne les connaissent pas attendront donc de voir pour en avoir le coeur net. Les premiers morceaux sont d'ailleurs très entrainants, et les choses s'annoncent don plutôt bien, et le groupe sait se montrer enthousiaste, on leur pardonnera leur coup de gueule concernant la taille de la scène, même si m'espace qui leur est laissé reste honnête pour une première partie. Le plus gros défaut de ce groupe se situera dans sa setlist ; celle ci ressemble en effet à des montagnes russes, avec un début bien rock, les passage un peu plus symphoniques viendront casser le rythme, et l'engouement des premiers instants ne reviendra pas. On pourra aussi noter que le solo de batterie était peut-être superflu, et ne rencontrera pas un énorme succès auprès du public.



C'est donc au tour de KOTTAK de monter sur scène, et le groupe apparaître sous les acclamation du public. Le set prendra rapidement l'allure d'un véritable show, et on sent tout de suite l'influence d'un frontman plein d'expérience, et même si celui ci est plus réputé pour sa place derrière les fûts, celle de chanteur lui convient parfaitement. Il ne sera d'ailleurs pas le seul à assurer le spectacle, et la bonne ambiance regnera tant sur les planches que dans la fosse. On aura donc droit à un jeu des plus prenants, avec une interaction permanente avec le public. Les membres du groupes n'auront de cesse de s'amuser avec entre chaque morceau. Ceux ci seront d'ailleurs débordants d'énergie du début à la fin, on aura d'ailleurs droit à une reprise "Holiday" de SCORPIONS, qui aura un petit penchant punk très appréciable, c'est à ce moment que James décidera de se jeter sur les barrières pour être au plus près de son public. On notera aussi le passage pendant lequel il s'amusera à changer de t-shirt en version poupées russes, celui du dessus étant un t-shirt de Katy Perry. Leur départ se fera comme leur arrivée, sous les acclamations, le public étant maintenant à point pour EDGUY.




Le show d'EDGUY commencera sous les meilleures augures, avec une ouverture sur "Nobody's hero" issu du dernier album, qui est à mon gout un des meilleurs morceaux de cet album. Celui ci étant d'ailleurs la raison de cette tournée, ce seront six de ses titres qui nous seront joués ce soir, "Behind the gate to midnight world" recevant d'ailleurs un excellent accueil. Seul point noir à ce set, Tobias qui se plaint de la clim, en demandant à la baisser, celle ci étant dirigée uniquement sur la scène, dès qu'il se retrouve sous celle ci, il prend un joli coup de froid (que beaucoup dans la salle aimeraient prendre). Il menace avec le sourire de couper le set, mais le fait que les lumières de la salle commencent à se rallumer le feront rapidement changer d'avis. Peut être lui a-t'on dit dans l'oreillette qu'il allait être exaucé, de fait il y refera régulièrement allusion, jusqu'à ce que celle ci soit finalement coupée. Autre moment "chaud", le lancer de sous vêtement qui quelques années plus tôt faisait fureur ne semble pas à son goût, le fait que ces sous vêtements soient ceux d'un homme nous permet de mieux comprendre sa réaction, avec une jolie réflexion "this is the worst thing that can happen to a frontman...". Le show atteindra son apogée après que Tobias ait quitté la scène depuis un moment déjà, celui-ci étant parti s'installer sur une plate forme au fond de la salle pour nous chanter "Superheroes", de quoi nous faire regretter que les balcons n'aient pas été accéssibles ce soir. S'en suivra "Robin hood", morceau qui ne m'avait pas marqué, mais qui prend toute son ampleur sur scène, ainsi qu'un solo de batterie qui tient en longueur, mais qui arrive à rester appréciable. Après une crise de fou rire au début du rappel, c'est sur "King of fools" que s'achèvera cette excellente soirée.




Encore une réussite pour EDGUY, ceci aura permis à beaucoup d'entendre leur dernier album différement, pour ma part, il est revenu en grandes pompes dans la playlist!



no images were found