CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


WHILE SHE SLEEPS
Avec : WHAT WE STAND FOR, St. CHIVAS, 99 WAYS TO DIE, HEROES UNTILS TOMORROW, BURY TOMORROW, WHILE SHE SLEEPS
Date du concert : 23-10-2011
Lieu : La Marquise - Lyon [ 69 ]
Affluence : 230
Contact organisateur : http://www.myspace.com/neosphereproduction
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 octobre 2011 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart http://www.myspace.com/chart333


Lyon, ses fleuves et forcément ses péniches… Un bien bel endroit à reconvertir en salle de spectacle même si le lieu est quelque peu exigu. NP Productions a pourtant porté son choix sur La Marquise sur les quais du Rhône afin d’organiser la venue de WHILE SHE SLEEPS accompagné de pas moins de 5 groupes. Si parfois on se pose des questions sur la motivation du public pour sortir voir des concerts, ce soir la question est hors sujet. Ce n’est pas moins de 230 personnes qui ont répondu à l’appel du hardcore et se sont rassemblées, voir entassées dans cette salle flottante. Croyez moi, 6 groupes dans une soirée avec 230 personnes dans un endroit aussi étroit, il y a de quoi passer un moment assez peu conventionnel.


La jeune formation lyonnaise WHAT WE STAND FOR ouvre les hostilités peu avant 19h00. Il s’agit pour eux ce soir d’un véritable baptême du feu puisqu’ils sont là pour leur premier concert. Qu’espérer de mieux pour un tout jeune groupe en guise de premier concert que d’ouvrir pour une telle soirée ? C’est aussi une chose excessivement rare pour une organisation que de confier ce genre de rôle à un groupe dans une telle situation. En tout cas, pour WHAT WE STAND FOR, le pari est réussi. Le groupe s’en sort très bien et tout se passe pour le mieux. Le public a l’air satisfait de ce à quoi il assiste même si le plus gros des troupes reste encore à venir. Ne prenez pas la grosse tête braves garçons, le plus dur, c’est souvent le deuxième concert car on a souvent tendance à se reposer sur ses acquis lorsque tout s’est bien passé la première fois. En tout cas, il ne reste plus qu’à leur souhaiter bonne chance pour la suite.



Les prestations de la soirée sont toutes assez courtes et le changement de plateau est efficace. Cela permet tout juste de s’aérer rapidement sur le pont du bateau et de revenir tout aussi rapidement afin d’assister à la prestation de St. CHIVAS. Même si ce groupe est encore bien ancré dans le hardcore, le style est légèrement différent des autres formations. On sent chez eux un petit aspect metal dans le jeu de guitare. D’ailleurs, ces deux styles ne sont pas forcément si éloignés que ça au fond, même si le hardcore met plus en avant l’efficacité que le metal. Là aussi, ces jeunes lyonnais sont pleins de promesses. L’énergie est au rendez-vous et l’efficacité tout autant. Encore un peu de travail, quelques concerts et le groupe devrait arriver à faire suffisamment ses preuves pour devenir assez important au sein de la scène locale.




Encore une jeune formation hardcore répondant au nom de 99 WAYS TO DIE qui prend d’assaut la scène de La Marquise. Le public commence a être de plus en plus échauffé et des premiers vrais mosh-pit commencent à prendre. Le son de cette soirée est particulièrement puissant dans cette péniche. Il y a un vrai travail qui a été fait en amont ce qui a pour effet de rendre aux groupes une réelle chance de pouvoir s’exprimer dans les meilleures conditions possibles. 99 WAYS TO DIE a en plus la chance d’avoir un très bon frontman qui n’hésite pas à donner de la sueur pour assurer le show. Encore une fois, c’est un aspect qui paie énormément lors de cette prestation plutôt impressionnante.




Les lyonnais de HEROES UNTIL TOMORROW n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Le groupe est là ce soir pour promouvoir la sortie de son premier EP « Not Here To Save The World ». Si les autres formations avaient jusque là été le plus direct possible, HEROES UNTIL TOMORROW se permettent plus de subtilités dans leur style. Le groupe n’hésite pas en effet à ajouter quelques voix claires, des parties plus mélodiques. Le travail de ce combo est assez poussé pour qu’on y accorde une autre forme d’attention. En étant moins linéaires dans l’énergie déployée, ces lyonnais sont peut-être plus captivants. En tout cas, la prestation est suffisamment énergique pour que les mosh continuent de s’amplifier pour ne rien lâcher. La présence des deux chanteurs permet aussi au groupe de faire front de manière réellement imposante. On ne s’étonne pas trop de les avoir vus récemment à Lyon en compagnie de BETRAYING THE MARTYRS et aujourd’hui assez hauts sur cette affiche, juste avant les deux têtes d’affiche.





Le Royaume Uni est le spécialiste du rock et ce n’est pas une nouveauté. Ce rock a toujours su évoluer et c’est loin d’être terminé. BURY TOMORROW est un nouvel exemple de ce que le Royaume Uni est capable de faire sortir de ses frontières en terme de savoir faire rock n’ roll. OK, parlons plutôt de Hardcore même si enfermer un groupe dans une catégorie n’est pas réellement ma spécialité. En effet, à l’écoute de ce groupe, on est interpellé par les différents aspects qui se dégagent de sa musique. Certes l’énergie première est terriblement empreinte d’une énergie typiquement hardcore mais certains passages sont réellement metal et d’autres parties plus mélodieuses sont aussi issues d’une forme de pop, de punk. Le fait est que la prestation scénique a tendance à niveler un peu tous ces aspects pour ne laisser transparaître qu’un ensemble homogène et terriblement efficace. Si WHILE SHE SLEEPS n’avait pas joué ensuite, j’aurais sans doute comparé BURY TOMORROW à une sorte de bulldozer. Autant dire qu’un bulldozer dans une péniche, ça fait du mal. Le seul regret que l’on peut avoir sur cette prestation, c’est sa durée un peu limitée par le nombre de groupes et les changements de plateau. Dommage, il aurait pu être intéressant d’approfondir un peu plus.





Le temps est venu d’accueillir la dernière formation de la soirée qui se nomme donc WHILE SHE SLEEPS. A peine arrivés sur scène que déjà l’ambiance monte d’un cran. Pourtant, autant vous dire qu’il faisait déjà une chaleur étouffante et que le public ainsi que les groupes n’hésitaient pas à mouiller la chemise. La péniche se transforme en chaudière. Si vous n’avez jamais fait de concerts à La Marquise ou sur n’importe quelle salle flottante, je vous conseille vivement de vivre cette expérience, surtout quand le public est déchaîné comme ce soir. On a l’impression que le bateau va se casser en deux tant tout est en mouvement, en train de tanguer. Rien que pour ça, ça valait déjà le coup de faire le déplacement. Car oui, l’ambiance d’un concert, le lieu où il se passe sont autant d’éléments qui font que la soirée passe de bonne à excellente. Et lorsque des musiciens comme ceux de WHILE SHE SLEEPS ont décidé de tout donner, la soirée devient une sorte d’expérience inoubliable. L’apport de lumières supplémentaires, l’énergie incomparable du chanteur et du guitariste, des morceaux à la limite du brutal sont tous les ingrédients qui feront de cette prestation un moment fort. On retient aussi le moment où le chanteur finira par s’accrocher au plafond, pendu par les pieds et la tête en bas pour terminer le set avant de filer dehors après son show complètement trempé par la sueur.





Une bien belle soirée qui restera en mémoire. Découvrir des groupes en live est toujours une bonne expérience. Parfois, il arrive que ceux-ci soient finalement assez peu intéressants mais ce n’était pas du tout le cas ce soir. Il n’y a rien de plus juste pour apprécier une formation connue ou inconnue que d’aller la voir sur une scène. De plus, cette soirée était rudement bien organisée. Tout s’est passé dans les temps, s’en prendre de retard. Le public était là, bien présent et participatif. En plus, les groupes semblaient vraiment contents de se joindre à ce joyeux chaos. Il n’y a rien à redire, juste à y retourner la prochaine fois que l’occasion se présente.



no images were found