CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


PAIN
Avec : pain, engel
Date du concert : 27-10-2011
Lieu : Le Phare - Toulouse [ 31 ]
Affluence : 300
Contact organisateur : http://www.base-productions.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 03 novembre 2011 - Chroniqueur : Bloody - Photographe : Bloody


Loin d'etre un simple projet, le groupe Pain de Peter Tagtren a pris beaucoup plus d'ampleur que prévu et vient de mettre son troisième album sur rails. Le groupe est de passage a Toulouse pour promouvoir la sortie de son dernier bébé : "You Only Live Twice" Alors que le reste de la tournée enregistre quelques sold out et pas moins de 700 personnes en affluences moyenne, Leur passage a Toulouse fait office d'un show privé puisque la fréquentation est a la baisse et ne compte pas plus de 250 personnes qui avaiaent fait le déplacement. Les nombreux concerts prévus en si peu de temps et les choix financiers auront eu raison de certains et c'est en toute logique que certains concerts seront seront boudés au grand dam bien sur des groupes.


Initialment prévue en ouverture, les Finlandais de Tarot on du malheureusement annuler leur tournée européene pour raisons personnelles. Beaucoup furent attristés par la nouvelle car Tarot representait quand meme beaucoup pour un groupe d'ouverture et il sera meme dépendant de la venue ou non de quelques metalleux. C'est donc les Suèdois d'Engel qui auront la lourde tache de remplacer Tarot et d'ouvrir les hostillités...


Evoluant dans un indus metal a tendance death, Engel malgré ses sept ans d'activité au compteur, nous sert ce soir un set en demi teinte. Loin de ne pas avoir l'envie d'en découdre avec le public au contraire, l'interaction avec le public fut très bonne; le combo délivre une prestation beaucoup trop simple et plonge corps et ame dans les clichés du metal pur et dur. Je m'explique. Outre le fait qu'ils jouent leurs morceaux sans soucis, un coté poser dégouline de cette prestation. Lorsque le bassiste headbangue, le guitariste le rejoint, s'arretent tout deux et headbanguent en meme temps histoire de faire classe mais la spontaneité du show en prend un coup. Ceci dit leur musique a su faire chauffer un public toulousain qui est a l'accoutumée, plus timide que cela avec les premières parties. Piochant dans leur dernier album "Threnody", Engel distille son death metal crossover avec beaucoup d'energie et conviction même si le show sera entaché par quelques problèmes techniques notamment au niveau du retour son du chanteur. Ceci dit on regrettera l'absence d'un musicien ou deux aux claviers pour assurer les samples, ces derniers représentent presque 50% de leurs compo. Apres le rest, c'est tout bon, un chanteur assez charismatique qui possède de belles cordes vocales puisqu'il arrive a passer du chant death au chant clair "metalcore" sans trop de soucis. Il en est de meme pour ses compagnons qui livrent une prestation correcte sachant que le guitariste officie aussi dans In Flames, et par conséquent, a de l'expérience. Au bout de quarante minutes de temps de jeu, les Suèdois se retirent sous les applaudissements sincères des spectateurs qui ont l'air d'avoir passé un bon moment.



Les roadies laissent tomber les rideaux qui occupaient une grosse partie de la scène pour dévoiler la scène. Cette dernière possède une belle mise en scène qui reste a 100% dans l'esprit "You Only Live Twice". Quatre écrans sont accrochés sur des grilles qui font la continuité de la jaquette du dernier album et la batterie se trouve relevé sur une estrade. Simple mise en scène qui sera néanmoins boosté par un jeu de lumière qui accentuera le coté indus de leur prestation. Les quatre musiciens se placent derrière leurs instrument respectif et entame un Let Me Out qui lance avec brio le show. Même si leur dernier album n'a pas recu un avis unanime sur sa qualité, les morceaux trouvent un second souffle en live. Car c'est justement la ou réside la force de Pain. Ses prestations live. Loin d'etre hypnotisantes, ces dernières sont de véritables spectacles ou les deux camps y trouvent leur compte. Autant le groupe qui affiche multiples sourire ce soir la et autant le public qui reprend tout ces refrains fédérateurs comme un seul homme. Seulement ce soir, la fréquentation n'est pas au rendez vous et Peter ne se fera pas prier pour le dire pour nous en informer en lachant au passage un petit "Bring Your Friends the next time" Ceci etant dit ca ne gachera pas la prestation et Peter et ses acolytes vont tout de meme jouer la carte de la sincérité et nous proposer un show très sympathique. C'est a tour de bras qu'ils enchaîneront les nombreux brulots qui composent leurs trois disque. Psalms of Extinction, "Dirty Woman", "End Of The Line" sont autant de titre qui prouvent combien le génie de Peter Tagtren prend son ampleur en live. Entre le coté très AC/DC du titre "Dirty Woman" (qui prouve le besoin de changement dans ce groupe qui commence a tomber dans la redondance) et le coté Indus pur et dur de "End Of The Line" la prestation de ce soir est bonne. Car Pain c'est avant tout du professionalisme. Même si il sera emputé de son bassiste le long de cette tournée; son remplacant : Andre Skaug ne démerite pas son poste et va s'imposer comme l'un des musiciens les plus agréables a regarder. Il entrera a nombreuses reprises en transe et sautera dans son coin se qui contrastera grandement avec Peter qui lui et obligé de rester clouer derrière son micro. C'est d'ailleurs l'un des point faible de la prestation de ce soir. Malgré le bassiste, cela reste très statique mais c'est l'inconvenient majeur lorsque le guitariste s'occupe du chant. A cela on y rajoutera l'absence d'un musiciens au claviers et sample car il ne faut pas oublier qu'une grosse partie de leur musique sort de samples pré-enregistré... Mis a part cela, la seconde partie du show va gagner en intensité car elle sera consacrée a l'interprétation des plus gros titres qu'ils possèdent dans leur répertoire. C'est en toute logique que le deuxiéme single de You Only Live Twice , The Great Pretender sera joué. Largement plus rentre dedans que Dirty Woman, ce dernier reprend les codes indus qui ont fait le succès de Pain jusqu'alors. S'en suivra alors d'un rappel qui commencera avec une reprise "semi-acoustique " du titre "Have A Drink On Me" avec les membres assis sur des chaises et a la droite de la scène un mini kit de batterie pour le batteur. Ce morceau fut un agréable moment qui a augmenté encore plus la proximité groupe/public. Des moments comme ceux ci, on en redemande ! Mais malheureUsement la fin du set approche et on et en droit d'attendre le fameux dernier titre qui clot tout les set des Suèdois : "Shut Your Mouth". Dès lors, c'est l'hystérie dans le public. Les notes electro resonnent et sont de suite reprise par le public tout entier. Chaque refrain et source de folie collective ce qui cloturera ce concert de belle manière. Les remerciements envers le public sont assez sincères et les échanges entre les deux camps seront nombreux. On ne compte plus le nombre de t-shirts, mediators et baguettes qui ont étés lancés.





Si le public n'a pas vraiment répondu présent ce soir, il a néamoins pris son pied devant une prestation sympathique et assez intimiste. Il y a encore et toujours ce meme regret qui persiste a propos de la fréquentation des concerts et à cause de cela certains artistes vont finir par nous bouder et cela serait dommage...



no images were found