CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NOEIN
Avec : Zaang, Oxymor, Noein
Date du concert : 19-11-2011
Lieu : Le Select - LILLE [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://assoblackcircle.weebly.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 21 novembre 2011 - Chroniqueur : S.Y.L. - Photographe : S.Y.L


Des concerts D'Amon Amarth, de Dark Tranquillity, de Within Temptation, d'Apocalyptica ? Oui, toutes ces lumières, cette recherche sonore et esthétique, voilà qui est toujours bien beau à voir. Mais rien ne vaut parfois le charme authentique d'une bonne vielle petite salle underground : un jeu de lumière inexistant, des amplis qui crachouillent, des températures polaire, ou tropicales selon l'aération et l'isolation (soit deux notions de confort la plupart du temps inexistantes)... voilà qui laissera à coup sûr pas mal de souvenirs, bons ou mauvais, dans les mémoires des passionnés d'un tel milieu. Pourtant, faut-il encore rappeller que absolument tous les groupes un tant soit peu connus sont passé par là ? Et que sans ces petites salles obscures et ces associations (payées en cacahuètes) qui se bougent le postérieur pour faire vivre la scène, et bien il n'y aurait tout simplement aucun concert.


Coté underground, le Nord de la France n'est pas en reste. Ce soir, Black Circle Asso ouvre les portes du bar "Le Select", pour une affiche estampillée death prog/indus et donc pas mal d'originalité en perspective. Pour ceux (dont j'étais) qui ne connaissent pas les lieux, sachez qu'il ne fait pas bon arriver en retard au Select, puisque les concerts se terminent à 22h. Mes excuses donc pour le groupe Zaang, qu'il a été impossible d'observer. Mais depuis quand les concerts de metal commencent-ils à l'heure ? L'ambiance du soir verse en tous cas dans la franche convivialité, avec une petite salle faisant à la fois office de loge, de scène, et de régie son. Niveau public, c'est un peu "comme à la maison", avec des packs de bière un peu partout, des spectateurs qui préparent leurs tartines sur un coin de table, des canapés le long des murs, bref, la bonne humeur est présente. Et ce malgré les (inévitables) problèmes techniques qui surgissent lors des changements de plateaux.


Et plus le temps passe, plus la durée du set prévu se réduit. Le groupe à suivre, Oxymor subi ce soir la très fameuse Loi de Murphy : quand rien ne va, rien ne va. Problème de cables, problème d'ampli, alors que les premières notes résonnent enfin, cling, et une corde qui pète, une. Ok, ce n'est pas le soir, il y en aura d'autres. Les jeunes nordistes ne se laissent pourtant pas démonter et affichent une belle attitude sur les planches. Difficile cependant de juger une prestations très courte dans de telles conditions. Oxymor révèle une chanteuse très impliquée, un peu juste en chant clair mais avec une maitrise de deux types de growls, dont un grave assez intéressant en terme de profondeur. A noter le bel effort de textes chantés en français. Peu banales, les compositions ont aussi tout pour dérouter l'oreille, un peu trop peut-être ? Il sera bon de suivre le groupe et de le revoir sous des conditions plus optimales.



Bien noté par la critique, la venue du groupe Noein constituait une des petites curiosité de la soirée. Cependant, un changement de plateau laborieux et de nouveaux problèmes techniques viennent une nouvelle fois compromettre le show des normands. Dans de tels lieux, la quête du "son parfait" est vaine. Mieux vaut plus jouer la carte de l'engagement plutôt que de tenter de régler ses instruments à l'extrême. La chanteuse s'impatiente devant la foule de badaud venu donner son diagnostic sur le matériel malade, puis le guitariste se branche directement sur l'ampli, le show sera donc "Roots" ce qui franchement n'est pas pour déplaire. Car les situations d'urgence sont aussi utiles pour jauger les capacités d'improvisation qui font les meilleurs groupes. Enfin, Noein peut attaquer, avec le sourire et une belle énergie. Si le coté "indus" cher au groupe est ce soir presque impossible à distinguer, le nouveau visage presque punk proposé a tout pour séduire. Les musiciens se démènent devant des premiers rangs de headbangers, et la chanteuse ne se prive pas pour démontrer toute l'étendue de sa puissance vocale. Bon, la demande de braveheart dans une pièce de six mètres de large a de quoi faire sourire, mais le très sympathique et très réceptif public du soir joue le jeu de bon cœur. Malgré sa courte prestation, le punch de Noein a vite transformé le Select en serre tropicale. Malgré des conditions délicates, le groupe s'est battu vigoureusement, affichant une attitude très volontaire et une évidente maitrise de la scène.




Une soirée qui aurait pu être tout simplement calamiteuse a finalement fait découvrir deux groupes qu'il serait intelligent de tenir à l'œil, et à revoir dans de meilleures conditions. Bravo aux musiciens, qui jamais n'ont baissé les bras et au public très joueur du soir qui a permis de maintenir ce climat de belle camaraderie propre à l'underground comme on l'aime.



no images were found