CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


THRASH FEST
Avec : SEPULTURA , EXODUS, DESTRUCTION, HEATHEN, MORTAL SIN
Date du concert : 27-11-2011
Lieu : LE BATACLAN - PARIS [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/garmonboziainc
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 décembre 2011 - Chroniqueur : Teenage.Whore - Photographe : TEENAGE WHORE


Ce Dimanche 27 Novembre annonce quelque chose de grand. Tous les Thrashers dignes de ce nom ont rendez-vous à Paris dans la sympathique salle du Bataclan pour un concert très Old School. On peut dire que Garmonbozia ne s’est pas moqué de nous. Dans une seule même soirée, cinq groupes sont à l’affiche de ce Thrash Fest : SEPULTURA – EXODUS – DESTRUCTION – HEATHEN – MORTAL SIN. On pourrait croire à une très bonne blague tellement cette affiche est improbable, et pourtant ! Ce soir s’annonce comme le concert Thrash par excellence de cette fin d’année ; Comme un cadeau de Noël avant l’heure ! De plus, ce show est particulier dans le sens où tous les groupes s’apprêtent à jouer seulement, et je dis bien seulement, des compositions de leurs anciens albums. En d’autres termes, un réel come-back et hommage aux classiques de leurs propres répertoires !



14h : La foule commence à débarquer devant le Bataclan. Les premiers chevelus font leurs apparitions. A l’intérieur, ça se bouscule. Préparer un show pareil demande une organisation de précision. Les groupes, eux, sont à l’heure de la détente. Mike Sifringer (DESTRUCTION) se promène tranquillement, tandis que Jason Viebrooks (HEATHEN) regarde attentivement les roadies faire leurs job, et enfin Tom Hunting (EXODUS) qui demande aux fans dehors ou est-ce qu’il pourrait trouver de la lingerie fine pour sa femme à Paris !!!. La seule chose qui peut étonner au plus haut point, c’est que ce Thrash Fest n’affiche pas complet. Mais ou sont passées les Thrashers ? Une affiche pareille aurait du être sold out après deux semaines d’affichages. Le public en France bouderait-il les classiques ? Le Old School deviendrait-il « has been » ? 16h30 sonne et c’est à MORTAL SIN d’ouvrir le show. Malheureusement, on se rend vite compte qu’un membre du groupe manque à l’appel … le chanteur ! Pour le premier morceau, ce sera donc au bassiste de le remplacer. Peu importe, MORTAL SIN garde la pêche et le membre manquant ne tarde pas à faire son apparition en expliquant au public qu’il était coincé dans le métro parisien ! Ah, les joies de la vie parisienne !!! Malgré ce soucis technique qui aurait pu en déstabiliser plus d’un, le groupe nous offre un très bon Thrash Old School. La setlist est courte mais suffisante pour chauffer le public.





Puis, c’est au tour d’HEATHEN de rentrer sur scène. Le groupe nous fait partager son Thrash aux intonations Heavy à la voix. Les zicos se donnent à fond ce soir. La setlist est là aussi très courte, mais nous avons tout de même la chance de bouger sur « Pray For Death » et « Death By Hanging ». Quelques problèmes techniques interviennent : Le chanteur croit de vouloir chanter dans le micro de son guitariste, mais visiblement il n’y a presque pas de son, puis le passage du son clair du grateux lors d’un solo … mais il en faudrait plus pour déstabiliser HEATHEN là aussi. Les Américains ne se défilent pas et nous offrent un très bon show.





Et c’est parti pour les trois groupes les plus attendus ce soir. C’est à DESTRUCTION de poursuivre ce Thrashfest inébranlable. Ce trio n’a évidemment plus rien à prouver. Chaque apparition est toujours aussi impressionnante. Leur prestation fait tout de suite monter la pression d’un cran. De plus, le groupe a décidé de ravir son public sur scène en interprétant des titres comme « Total Desaster », « Thrash Attack », ou « Bestial Invasion ». DESTRUCTION prend un réel plaisir sur scène, et ce moment est grandement partagé avec le public. Seul petit bémol, le son n’est pas à la hauteur de la prestation. Dans tous les cas, c’est toujours aussi énorme de voir ce trio en live.





Ensuite, c’est à EXODUS de nous donner une bonne claque. C’est d’ailleurs peut-être le groupe le plus attendu ce soir. Les Californiens semblent être déchainés, tout comme le public à leur arrivé ! EXODUS nous fait l’immense plaisir de nous interpréter une setlist des plus Thrash qui puisse exister. Le combo fait trembler la salle avec des titres tels que « Fabulous Disaster », « Piranha », « Bondes By Blood », ou le mortel « Toxic Waltz » ! Le groupe envoie du lourd ce soir. C’est puissant et efficace. Les fans sont comblés ! EXODUS nous prouve qu’ils sont avant tout proche de leur public en faisant monter à deux reprises un fan sur scène afin de le faire gueuler dans le micro. Un moment tout simplement « thrashement » chaleureux !! Puis, le temps du circle pit de la mort est arrivé. Le public retourne le Bataclan et la salle est en pleine transe. Le groupe fait sensation ce soir, et beaucoup de monde auraient voulu que cela dure toute la nuit. Alors si vous n’avez encore jamais vu EXODUS en concert, et si vous voulez recevoir la claque de votre vie, vous savez ce qu’il vous reste à faire maintenant !





Enfin, place à la tête d’affiche, je parle bien sur de SEPULTURA. Andreas Kisser, avec son look à la Dimebag est le premier à rentrer sur scène. C’est aussi l’occasion pour le groupe de nous présenter son tout nouveau batteur, Eloy Casagrande, à peine âgé de 20 ans ! Derrick Green est bourré d’énergie et saute sur scène tel un vrai « monkey man » ! Le combo joue le joue à fond, et nous interprète des vrais classiques comme « Refuse/Resist », « Desperate Cry », « Dead Embryonic Cells », ou « Territory ». SEPULTURA met le feu et termine glorieusement ce Thrashfest. Le nouveau batteur est une vrai bête de scène. Ce musicien risque d’en étonner plus d’un. Il frappe sa batterie comme s’il avait 20 ans de carrière derrière lui. Ce prodige est à suivre de très près. Le groupe fait exploser le Bataclan, et enchaine les morceaux, tout simplement époustouflant. Les Brésiliens terminent par leur énorme tube « Arise » avant de quitter la scène. Les fans auront même la chance de les rencontrer un peu plus tard dans la soirée, à la sortie du Bataclan, car malgré leur notoriété, SEPULTURA est un des rares groupes à rester proche de leur public.





Pour conclure, ce Thrashfest était un concert de très bonne qualité. Une affiche à couper le souffle, et les absents avait réellement tord de ne pas avoir répondu présent. Un grand merci à Garmonbozia et à la salle du Bataclan pour cette soirée « thrashement » sympathique !


HEATHEN 


Pray for Death demo intro


Pray for Death


Goblin's Blade


Open the Grave


Hypnotized intro


Hypnotized


Opiate of the Masses


Mercy Is No Virtue


Death by Hanging


(without the drums/guitars intro)


 


DESTRUCTION


Intro


Total Desaster


Satan's Vengeance


Mad Butcher


Black Mass / Antichrist / Death Trap


Invincible Force


The Ritual


Thrash Attack


Eternal Ban


Bestial Invasion


Curse the Gods


(without the intro)


Outro


 


EXODUS


The Last Act of Defiance


Exodus


Fabulous Disaster


Brain Dead


A Lesson In Violence


Chemi-Kill


Pleasures of the Flesh


Piranha


Metal Command


And Then There Were None


Bonded By Blood


The Toxic Waltz


Strike Of The Beast


 


SEPULTURA


Intro


Beneath The Remains


Refuse/Resist


Dead Embryonic Cells


Desperate Cry


Amen


Mass Hypnosis


We Who Are Not as Others


Altered State


Infected Voice


Subtraction


(Eloy Casagrande drum solo in … more)


Inner Self


Territory


Arise



no images were found