CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Mass Deathtruction Day 1/2
Avec : Entombed, Gorgoroth, Vader, Resistance, Temple Of Baal, Angantyr
Date du concert : 19-11-2011
Lieu : La Ferme du Biéreau - Louvain-la-Neuve [ Belgique ]
Affluence : NC
Contact organisateur : Http://www.mass-deathtruction.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 12 décembre 2011 - Chroniqueur : borgir62 - Photographe : borgir62


Un peu moins d'un an après la seconde édition qui s'était déroulée dans des conditions météorologiques mémorables (températures largement en dessous de 0°, neige et verglas rendant les routes dangereuses et difficilement pratiquables), Louvain-la-Neuve, située à quelques minutes de Bruxelles, accueillait une nouvelle fois le MASS DEATHTRUCTION FESTIVAL. Au programme, une affiche encore plus alléchante que l'année précédente, et un grand chamboulement au niveau de l'organisation. D'une configuration à deux salles/une journée, critiquée l'an dernier par beaucoup (dont moi) à cause de chevauchements de certaines prestations, nous sommes passés cette année à deux jours de concerts, sur la Main Stage. Pour aider les festivaliers, un camping indoor (une salle des fêtes dans laquelle les metalheads poseront duvet et sac de couchage ce soir) avait été réservé par l'organisateur. Le festival avait fait l'objet d'une grosse communication, particulièrement sur les réseaux sociaux, l'affiche était impressionnante, les conditions bonnes, bref tout est fait pour que ce week end soit une réussite.


Les deux premiers groupes se présentant sur scène répondent aux noms de ITHILIEN et ATROXENTIS. Arrivé sur les lieux du concerts un peu tard, je n'ai pu assisté aux prestations des vainqueurs du tremplin. Qu'à cela ne tienne, j'ai de quoi me rattraper avec les groupes qui vont suivre, et ça commence avec ANGANTYR. Les Danois n'étaient initialement pas prévu à l'affiche, puisque nous devions accueillir BENIGHTED, mais nos frenchies annuleront rapidement, pour une tournée plus importante. Nous ne pourrons leur en tenir rigueur, puisqu'ANGANTYR ne jouera pas les seconds rôles en ce samedi après midi, tant leur performance va en impressionner plus d'un ! Son black metal agit tel un rouleau compresseur, Le projet solo de Ynleborgaz lui permet de balancer toute sa rage, avec une violence qui résonne avec douceur dans nos oreilles. Quelle claque pour réellement démarrer ce festival. Mais le spectacle sera également visuel. Certes, les corpse paint et le sang, c'est sympa, mais c'est devenu un détail dans l'univers du Black Metal. Les mimiques, grimaces et autres attitudes (strangulations notamment) adoptées par le bassiste valent le détour, et cette attitude totalement délurée aura elle-aussi contribué à la réussite du set Danois.




Je reste un long moment dehors, blablatant avec notamment les membres de webzines français présents pour l'évènement, ratant de ce fait un grande partie de HATE EMBRACED. Soulignons tout de suite un point important, soulevé également par Pedro, l'organisateur du concert, se fendant par ailleurs d'un communiqué sur le site du festival. Bruxelles à un quart d'heure à peine, il y avait fort à parier que la communauté belge serait fortement représentée. Mais voilà, les metalheads belges se feront plutôt discrets ce week end, tandis que les français n'ont pas hésité à avaler les kilomètres pour s'en prendre plein la tête. Certes, Lille n'est qu'à 1h30 environ de là, mais que dire de ce convoi de Bretons !? Bravo à eux. Fin de l'aparté. TEMPLE OF BAAL est le prochain groupe à se présenter sur scène. A l'instar de Angantyr, leur style va faire mouche en à peine quelques secondes. Son Black/Death fait des merveilles, le set est terriblement efficace, bien porté par des titres comme "Hate Is My Name" ou "Flames Of Baal". Qu'il s'agisse de Dim à la basse, Ambuscias au chant ou Skvm derrière les fûts, batteur que l'on retrouve notamment chez LIVARKAHIL, le groupe joue avec une telle puissance qu'il est très difficile de ne pas apprécier ce spectacle. Alors quand le tout est exécuté dans des conditions acoustiques honorables, on a les ingrédients nécessaires pour s'en prendre plein la gueule !



Changement total de registre avec le groupe suivant, mais l'on ne s'en plaindra pas puisque c'est RESISTANCE qui arrive. Les Belges m'ont déjà impressionné cette année, notamment lors de leur venue à Valenciennes avec DECAPITATED, et ce en dépit de conditions inhérentes à la salle catastrophiques. Mais aujourd'hui, les conditions sont totalement différentes, la scène est plus grande, la salle adéquate pour du gros son, attendons nous donc à du bon. Et une chose est certaine, ils auront prouvé une bonne fois pour toute que la Belgique possède des groupes talentueux. Le Modern Death(core) qu'ils nous proposent va déferler avec une telle rage, que personne ne sortira indemne de ce trop court passage. Avec cette faculté qu'ils ont à tout exploser lors de leurs passages, ces mecs méritent de participer à une telle affiche, surtout dans leur pays, mais ils méritent de viser encore plus loin ! Tout cela se symbolise notamment par l'inarrêtable Xerus, qui parcourt de long en large la scène de la Ferme du Biéreau, contrairement à ses acolytes qui préfèrent camper sur leurs positions. Mais leurs headbangs incessants, notamment ceux de Shaun, montrent qu'ils se font plaisir, tout comme les sourires de Jonas, loin, au fond, derrière sa batterie. Le seul bémol sera le chant de Shaun, rarement audible, mais il en fallait bien plus pour ruiner une prestation comme celle-là. Ces belges sont doués, et quel plaisir de les voir sur scène !



Suivront alors SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, puis VALKYRJA, mais mon détour du côté du merchandising fut tellement long que je rate le passage des premiers, et n'assiste qu'à l'extrême fin du second, même si d'après ce que j'entendais au loin, ça devait être un bon show. Puis, LE groupe qui, à lui seul, justifiait réellement ma présence en ce samedi, arrive enfin. VADER ! Je n'étais là que pour eux, même si les autres groupes à l'affiche étaient dignes d'intérêt. Après un "Welcome To The Morbid Reich" dévastateur, et avec une discographie qui est plus qu'admirable, je ne pouvais pas rater une seule miette de leur passage. Et c'est sans surprise que l'intro du dernier opus, "Ultima Thule" résonne, annonçant donc que la guerre débutera sur "Return To The Morbid Reich". Et pour mon plus grand plaisir, le set ne sera pas entièrement dédié à cette dernière délicieuse galette, puisque 5 morceaux (seulement) seront joués. Certes, le dernier album passe avec grande classe l'épreuve du live, notamment "I Am Who Feasts Upon Your Soul" et son côté mélodique qui s'incorpore à merveille dans cette déferlante, ou "Come And See My Sacrifice", mais l'on se retrouve avec de bons vieux morceaux, tels que "Sothis", "Kingdom" ou "Decapitated Saints", remise cependant au goût du jour sur le dernier album. L'album "Litany" ne sera pas en reste, et les Polonais nous feront replonger dans cet album hors norme avec beaucoup de plaisir. Quel bonheur de voir VADER livrer un set sans faille, avec des musiciens headbangant à tout-va, un Peter n'hésitant pas à s'adresser au public pour retourner cette Ferme du Biéreau. Vraiment, VADER est un groupe culte. Néanmoins, le groupe ne pourra jouer que 50 petites minutes, et aura amputé son set de deux titres, à savoir "This Is The War" et "Lead Us". Dommage, mais ça ne gâchera pas la fête, le mal était fait et VADER aura tout annihilé sur son passage. Du grand art !




Encore un groupe exceptionnel se présentant sous nos yeux, GORGOROTH. Du Black Metal, on en a eu aujourd'hui, et du très bon même ! Alors quand les Norvégiens s'installent, on est en droit de s'attendre au feu d'artifice. Non, pas du tout, le set démarre à peine que l'on ressent une énorme sensation de frustration. C'est mou, c'est beaucoup trop prévisible et à titre personnel, j'essaye de m'accrocher tant bien que mal à ce qui ressemble à un échec après les deux premiers titres qu'étaient "Bergtrollets Hevn" et "Aneuthanasia"... Merde, qu'arrive-t'il à GORGOROTH, que j'attendais tant ? Est-ce la qualité des gros passés auparavant qui m'a tellement impressionné que je n'arrive pas à me satisfaire du spectacle auquel j'assiste ? Non, après un bref regard autour de moi me permettant de voir un nombre assez important de moues dubitatives, je comprends que je ne suis pas le seul à être déçu. Quand un set d'un groupe aussi renommé que GORGOROTH se produit sous vos yeux, vous vous attendez à quelque chose de phénoménal, mais les larsens, le chant peu convaincant et une prestance scénique des plus molles auront rendu cette heure de concert décevante.



On se dirige doucement mais surement vers la fin de cette première journée, puisqu'il ne reste plus qu'à accueillir, pour la seconde fois de la journée, la Suède avec ENTOMBED. Intialement prévu pour jouer une heure, un rapide coup d'oeil sur la setlist suffit pour comprendre qu'ils dépasseront allégrement ce temp imparti ! 20 titres ? On va en prendre plein la gueule, c'est sur, et on terminera probablement cette journée complètement H.S ! N'y voyez là aucune plainte, c'est pour ça que l'on se bouge le cul dans des concerts metal, terminer la nuque brisé, le dos endolori et des morceaux qui persistent dans notre esprit des jours durant. Et ENTOMBED va suffir à notre bonheure, tant les attentes espérées seront satisfaites. "Living Dead" à peine démarré, le public endormi par les précédents Norvégiens se réveillent un peu et on assistera à un set de grande qualité. Que peut-on dire sur ENTOMBED qui n'a pas déjà été dit ? Le simple fait de voir L.G Petrov se démenait pour nous exploser la tronche est déjà suffisant. Alors quand le tout est exécuté avec justesse, une interprétation réglée au poil, à la limite de la perfection, c'est tout simplement exceptionnel. Une heure de set prévue ? Hors de question, ENTOMBED ne s'arrêtera qu'après avoir accompli son travail dévastateur, après nous avoir achevé, après qu'il n'y ait plus une seule âme consciente de ce qui vient d'arriver, soit une heure et demi ! On en redemanderait presque !



Cette première journée s'achève donc sur une prestation fantastique, ponctuant de la plus belle manière l'affiche exceptionnelle qui nous fut proposée. Direction le camping indoor pour recharger les batteries et attaquer la seconde journée, qui devra frôler la perfection pour être aussi bonne que cette journée inaugurale. Un grand bravo à PEDRO et les bénévoles l'accompagnant, pour cette organisation sans faille, cette affiche et les services rendus.



no images were found