CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TREPAN’ DEAD
Avec : TREPAN’ DEAD, GOAT VERMIN, RUPTUUR
Date du concert : 10-12-2011
Lieu : L’Assommoir - ST-ETIENNE [ 42 ]
Affluence :
Contact organisateur : http://www.lesingeaboie.org/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 décembre 2011 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Rendez-vous ce samedi 10 Décembre à l’Assommoir de St-Etienne pour une soirée underground consacrée au grind, grindcore, grind-death, noise-death, bref de la musique « qui fait du bruit » avec trois groupes au menu. Comme à son habitude, l’Assommoir est toujours aussi sympathique avec son barman volubile qui raconte sa vie en commentant les derniers concerts de la région. C’est la nouvelle association Stéphanoise le Singe Aboie qui organise son premier concert ce soir. L’affluence est souvent aléatoire en ces lieux, mais des gens motivés et concernés sont bien présent et le concert peut démarrer avec un peu (beaucoup) de retard évidemment (qui a dit comme d’habitude ?).


Pour nous mettre en condition, voici un trio noise/death de St-Etienne, RUPTUUR, qui envoie le son, et quel son. On se croirait sur le tarmac de l’aéroport de Roissy. En fait de trio, nous avons un guitariste, un bassiste et une boite à rythme. Samples horrifiques de films de série B, ultra-basses d’une lourdeur parfois pachydermique, riffs écorchés et décapants, chants ou plutôt déclamations « growlées », le décor est planté. Parfois on pense aux envois écervelés des bouchers de New-York, MORTICIAN. Le rendu de leur titres passe bien en live, mais un vrai batteur en prime ce ne serais pas de refus. Bref, leur prestation fut bonne et nos oreilles en parlent encore après la « rupture » du son marquant la fin de leur show. Groupe à découvrir si vous ne connaissez pas encore.




Ce sont les grindcoreux de Besançon GOAT VERMIN, qui prennent la suite en trio aussi, mais un trio réel cette fois-ci. Moins de « noise » mais plus de bruit pour ce grind avec un son assez brouillon qui ne permet pas d’apprécier ce groupe à sa juste valeur je pense. Je ne suis pas arrivé à rentrer dans leur jeu, pourtant leurs envois semblaient intéressants. Une autre fois peut-être dans de meilleures conditions…



Avec TREPAN’ DEAD qui a fait le déplacement depuis Valenciennes, le concert prend une autre tournure et on passe au cran supérieur. Dès les premiers titres, le public s’envoie en l’air devant la scène à qui mieux mieux. Il est vrai que le grindcore mâtiné de punk de nos amis du nord est d’une efficacité redoutable sur scène. Les deux grogneurs/aboyeurs sont branchés sur le 380 volts et le trio guitare/basse/batterie nous colle littéralement sur les murs de l’Assommoir. D’ailleurs à la fin du concert on retrouvera de la cervelle contre les murs comme dirait Julien le frontman de BENIGHTED. Alors ce soir, c’est sale et propre en même temps, leur son est bon, la chorégraphie scénique est démente, bref on adhère pleinement à ce genre de grind/crust qui ne vous laisse aucun répit. Le groupe à déjà ruiné les salles des concerts de l’hexagone depuis de longues années sans lassitude aucune. Et leur nouvel opus « Instinct » devrait voir le jour d’ici peu. Alors, conseil d’ami, ruez-vous sur lui et bien sûr ruez-vous à leurs concerts, vous ne le regretterez pas, c’est la « kecla dans la chetron » assurée.





Il est minuit et une minute lorsque TREPAN DEAD rend les armes et laisse une assistance sous le choc. Soirée intéressante à tous points de vue, café-concert chaleureux, groupes aux prestations remarquées, retrouvailles grind et métalliques, bref le Singe Aboie a visé juste en nous proposant sa première affiche, on en redemande donc.



no images were found