CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NASHVILLE PUSSY
Avec : NASHVILLE PUSSY, HEADCHARGER
Date du concert : 07-02-2012
Lieu : LE FIL - SAINT-ETIENNE [ 42 ]
Affluence : 400
Contact organisateur : http://www.le-fil.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 février 2012 - Chroniqueur : Teenage.Whore - Photographe : TEENAGE WHORE


NASHVILLE PUSSY est en pleine tournée Européenne en ce moment même, et mardi soir, les Américains étaient de passage dans la belle salle du Fil à Saint-Etienne. Première bonne surprise, le groupe se produisait publiquement en interview devant les fans juste avant l’entrée de la première partie. Toujours aussi proche de leur public, et assez décontractés, Blaine Cartwright et Ruyter Suys jouaient le jeu, et ça pour le plus grand plaisir des fans.


20h30 passé, et c’est au groupe français HEADCHARGER d’ouvrir le show. Entre métal et rock n’roll, le combo est digne de faire la première partie d’un groupe comme NASHVILLE PUSSY. Le groupe tourne comme une vieille machine bien rodée, des riffs puissants, des musiciens bien loin d’être statiques, et c’est partie pour 45 minutes de show. Le public sera comme à son habitude un peu timide au début, mais Seb au chant, arrivera assez vite à les mettre à l’aise, afin que la salle se chauffe petit à petit. HEADCHARGER est loin d’être un groupe débutant et ça se ressent. Après plus de 300 concerts, le combo a une setlist bien cadrée et maitrisée à souhait. Le guitariste soliste, « Babz », est très charismatique sur scène et fait penser au grateux de STILLWATER (dans le film « PRESQUE CELEBRE »). Et sur la route des sosies, le batteur a toute la tête, et je dis bien toute la tête de TRENT REZNOR … ! Passé ses ressemblances physiques, le groupe assure sur scène et nous fera même la joie d’interpréter une reprise de LED ZEPPELIN. HEADCHARGER nous a donc proposé une très bonne première partie, de quoi chauffer parfaitement le public !



21h45 : NASHVILLE PUSSY débarque sur scène. C’est l’euphorie dans le public ! C’est toujours un plaisir de revoir les NASHVILLE PUSSY sur scène. Mais pourquoi me diriez-vous ? Eh ben c’est simple, avec qu’eux le show est garanti à 200%, une bonne ambiance assurée, une très grosse dose de rock n’roll et un panoramique sans faille sur les belles formes de Ruyter Suys ! Vous l’aurez compris, le public ce soir est composé en grande partie de personnes masculines. Malheureusement, cette année, nous n’avons pas eu la chance de revoir la charmante Karen Cuda qui a actuellement des graves problèmes de santé qui l’empêche de jouer dans le groupe. Cependant, les NASHVILLE PUSSY gardent leurs bonnes vieilles habitudes et ont choisi bien évidemment de remplacer Karen par une autre bassiste. En effet, l’une des craintes des fans était de voir débarquer un barbu aux cheveux longs, ce qui aurait été beaucoup moins glamour … ! Le concert sera intense ce soir, une setlist raisonnable, qui aura le mérite de plaire aux fans avec des titres maintenant devenu incontournable, comme par exemple « Say Something Nasty », « I'm So High », « Why Why Why », « All Fucked Up », ou même « High As Hell ». NASHVILLE PUSSY enchaine les morceaux sans trop s’attarder à parler au public (car les seules fois où ils l’ont fait, ils ont vite compris qu’il y avait peu d’anglophone ce soir !). Mais le groupe pense à la santé de ses fans, et se préoccupe de leur soif intense ! Ainsi, à plusieurs reprise, Blaine et Ruyter auront la gentillesse de nous faire partager leurs verres de vin rouge et de Jack Daniel’s ! Musicalement et humainement, ce groupe est fait pour la scène et il nous le prouve à chaque prestations. Les Américains sont généreux et nous font partager leur rock n’ roll de manière sympathique et chaleureuse. Le jeu de la guitariste est toujours aussi agréable à regarder, cette femme est une force de la nature ! Elle finira d’ailleurs le concert en arrachant toutes ses cordes de guitares pour les envoyer dans le public ! Seul petit bémol ce soir ? Blaine « is so high » ! En effet, le chanteur est bien malade et aura du mal à bouger comme il l’aurait souhaité. Ruyter se transformera donc en féline déchainée et surexcitée pour masquer tout ça. Mais devant ça, les fans ne vont pas aller se plaindre !



Pour finir, ce concert a été une belle réussite. Un très bon moment rock n’roll pour couper la monotonie de la semaine. HEADCHARGER peut être fier de leur première partie, et NASHVILLE PUSSY n’a désormais plus rien à prouver. Merci à la salle du Fil de Saint-Etienne d’avoir organiser cette soirée, en espérant que les concerts rock et métal se feront plus nombreux dans cette salle pour cette nouvelle année.



no images were found