CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Full of hate 2012
Avec : Cannibal Corpse, Behemoth, Legion of the damned, Misery index, Suicidal angels, Nexus inferis
Date du concert : 13-02-2012
Lieu : Le Bataclan - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.garmonbozia.fr/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 22 février 2012 - Chroniqueur : Ssly69 - Photographe : Ssly69


Alors qu'en cette année 2012, les concerts ont été encore peu nombreux, une date vient marquer la reprise des festivités, avec l'arrivée ce soir du Full of hate à Paris. En ce lundi de février, et malgré le temps et une ouverture des portes en fin d'après midi, une partie du public est déjà en place devant le Bataclan. Et pour cause, cette affiche est en fait un coheadline, faisant jouer sur la même scène ni plus ni moins que BEHEMOTH et CANNIBAL CORPSE. Le public aura de quoi se rassasier avec un support de qualité, composé de quatres qui viennent compléter cette affiche.


A peine les premiers metalheads entrés dans la salle que les britaniques de NEXUS INFERIS sont déjà sur scène, rien de surprenant quand on connait les horaires de la salle, cependant les personnes qui patientent encore pour entrer seront déçus de ne pas voir toute leur prestation. Le set sera énergique, et le frontman aura bon coeur à essayer de motiver un public dont les rangs peinent à grossir. Leur "future extreme metal" aura du mal à inverser cette tendance, bien que le groupe se donne à fond. L'aspect musical ne semble pas être ce que cherche le public ce soir, bien qu'enclin à une certaine forme de brutalité, mais surtout à une mise en scène agréable, avec surtout ces masques de metal qui colleront parfaitement à la musique. Un bon moment en somme, avec un set assez court, mais un groupe qui se donne à fond, et qui laisse donc présager une bonne soirée.



Le chauffage de salle n'étant pas encore terminé, c'est donc au tour de SUICIDAL ANGELS de prendre le relai. Les grecs iront eux aussi de toute leur bonne volonté pour faire monter l'ambiance. La chose n'étant pas aisée, la salle ayant encore du mal à se remplir, et le public semblant pris d'une certaine torpeur, malgré les quelques agitations de-ci de-là. Le set sera très bien executé, le son étant calibré comme il se doit, le plus gros défaut de ce set sera surtout le manque de mobilité. le set est accrocheur, mais le groupe reste comme dans un état de stase, ce qui aura pour effet de réduire la qualité de leur partie. D'un point de vue strictement musical, bien que le temps de jeu soit encore court, on appréciera pleinement, mais on peut commencer à se poser des questions sur la suite de la soirée.


Vient le tour des américains de MISERY INDEX, l'heure ayant avancé, le public se fait plus dense, et on sent l'ambiance monter. L'heure avançant, la fosse commence enfin à se remplir, le son sera encore propre pour cette partie, et on pourra là encore en prendre plein les oreilles. Leur son death ne tarde pas à faire son effet, et le public n'a pas à se faire prier pour enfin se mettre dans le bain. Le groupe arrivera à nous faire une très bonne démonstration de son savoir faire, et réussira à faire bouger le public comme il se doit. Le seul point négatif concernera las fans de la première heure qui regretteront de voir le dernier album "Heirs to thievery" beaucoup plus représenté que les précédents.



On continuera la montée en puissance avec LEGION OF THE DAMNED, qui dès sa montée sur scène fera exactement ce que l'on attend d'eux. Là encore l'execution sera de qualité, le groupe se donnant à fond sur scène, le public lui aussi s'en donnera à coeur joie, et l'on verra apparaître une espèce que l'on aurait cru absente de cette soirée : le "slammer". C'est donc avec fort enthousiasme que se déroule le set, avec une set-list particulièrement bien pensée qui ne nous laissera pas un instant de répit. C'est aussi pendant cette partie que la salle atteindra son comble, personne ne souhaitant manquer la prestation de BEHEMOTH.



Suite à l'annulation de leur précédente tournée, le rétablissement de Nergal, et l'annonce de cette tournée ont été pour beaucoup d'excellentes nouvelles. C'est donc un frontman réduit mais bien vivant qui mènera le show ce soir, quelques kilos en moins, mais une forte détermination nous prouveront qu'il est là et qu'il compte bien se faire entendre. Le goût de la vie est bien présent en lui, et il ne manque de nous le montrer. Tant dans son chant, ses attitudes, mais encore et surtout ses interventions, et notamment ce "it's good to be alive" clamé haut et fort, on pourrait presque distinguer sa larme à l'oeil, et je suis sûr qu'en cherchant on en trouverait dans le public. Ce dernier profite d'ailleurs pleinement d'une set-list concoctée comme il se doit, avec de très bons morceaux tels que "Ov fire and the void" en ouverture, "Decade of therion", ou encore "23 (The youth manifesto" et "Lucifer" qui viendront clotûrer ce set lors d'un rappel qui aura fait jubiler le public. Ce passage sera sûrement le point d'orgue de la soirée, avec les "meilleures" lumières de la soirée, mais surtout un groupe qui n'a rien perdu de sa superbe.



Vient enfin le tour de CANNIBAL CORPSE, qui arrivera devant une foule qui aura commencé à deserter les lieux. Bien que le groupe reste attendu par de nombreux fans, une partie du public avait fait le déplacement pour BEHEMOTH et uniquement pour eux. On pourra donc regretter de voir la fosse moins bien fournie que sur le set précédent, mais là n'est pas le pire. Ce n'est pas non plus du coté de la set-list qu'il faut chercher l'erreur, celle ci étant particulièrement alléchante. Ce sera plutôt du coté de l'execution qu'il faudra se pencher. Bien que le groupe se donne à fond tout du long, le public se retrouve devant une barrière de cheveux dans une pénombre qui s'était éffacée lors du set précédent. Mais ceci ne saurait entamer le moral des troupes, le groupe enchainant les morceaux à vitesse grand V, reste que les transitions sont parfois imperceptibles, tant le son est "brouillon". Il est effectivement difficile de distinguer les instruments entre eux, et la basse est par moments bien trop poussée et la batterie s'efface parfois alors qu'elle devrait au contraire se faire plus présente. Certains arriveront toutefois à y trouver leur compte, mais pour une tête d'affiche, et surtout après ce que la soirée nous a déjà offert, on est en droit d'être déçu.



Une bonne soirée en somme, il nous manquait juste un meilleur show de CANNIBAL CORPSE, ceux-ci étant pourtant réputés pour faire de bons concerts. Ceux qui iront au Hellfest leur laisseront probablement une chance de se rattraper, ce sera aussi une bonne occasion de revoir BEHEMOTH et SUICIDAL ANGELS.



no images were found