CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


KAUSE 4 KONFLIKT
Avec : Kause 4 Konflikt, Gnawed by Organs, Slaughtered
Date du concert : 17-02-2012
Lieu : La Chimère - Lille [ 59 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/pages/STAGE-BLEEDING/201115433273680
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 27 février 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Retour à la Chimère pour une soirée qui s'annonce sulfureuse et pleine de rebondissements ! STAGE BLEEDING nous organise un concert tout en puissance avec la présence des Lillois de SLAUGHTERED, des Boulonnais/Audomarois GNAWED BY ORGANS et des parisiens de KAUSE 4 KONFLIKT. Autant vous le dire, je m'attend à m'en prendre pleins les oreilles avec ces trois groupes aux accents « death metal ».


Le public s'amasse tout doucement dans l'arrière salle du café concert quand démarre SLAUGHTERED. Après quelques soucis de branchements de micro et quelques blagues de leur leader Raph, le quatuor récemment reformé nous envoie en pleine face un « death metal moderne ». Faisant office de test son, celui-ci démarre brouillonnement mais s'arrange au fur et à mesure des compos. Le groupe est efficace enchaînant des titres aux accents de GOJIRA et de MACHINEHEAD. Ils sont de très bonne humeur le prouve leur qualification de combo d' « handi-metal » car le chanteur/guitariste enrhumé, le batteur à la cheville foulée, le second guitariste qui a des soucis au poignet et le bassiste... « qui joue de la basse ». Mais pour ma part, cela n'empêche pas de bonnes surprises malgré une setlist raccourcie, faute du retard pris. En un mot, « à revoir » !



On prend le temps de souffler un coup avant de retrouver GNAWED BY ORGANS. Pour info, ce quintette regroupe deux ex-EGORGED aux guitares, et le batteur des regrettés AMETHYSTHE. L'air de rien, ce « jeune groupe » à l'expérience de la scène (tous ses membres évoluent/ont évolué dans d'autres formations) et parmi une dizaine de dates à leur actif, on retrouve notamment une ouverture pour ANAAL NATHRAKH. Avec un tel CV, je vous avoue que je les réattendais depuis cette dernière, pour tenter d'entrer dans l'atmosphère d'un « brutal death technique » de haute volée. Riffs de guitares alambiqués appuyés par une basse suivant la même rythmique, tempos rapides et variés à la batterie font que si l'on détourne la tête quelques secondes, on se retrouve déroutés et totalement perdus, la faute peut être à un son bien trop fort... Le chant guttural/hurlé de Peter se prête très bien à leur musique laissant planer l'ombre d'un Sven (ABORTED) de la première époque, cheveux dans le vent grâce à un ventilateur bien placé. L'horloge tourne aussi vite que leur musique, et ce malgré des compositions bien fournies, qui me fait remarquer le public s'éclipsant pour ne laisser qu'une quinzaine de survivants lors de la dernière composition, mais des survivants qui applaudissent et qui seront tous heureux de cette prestation.



Et c'est enfin au tour de KAUSE 4 KONFLIKT de fouler les planches de la Chimère. Cette fois le public est de retour et votre serviteur à quelque mal à se faire une place aux premières loges ne serait-ce que le temps de prendre quelques clichés. Pour rappel, ce groupe comprend des membres de “feu” PSORIASIS (RKG guitare/chant, et JDZ guitare), d'OTARGOS (ARX, basse) et NO RETURN (BBK, batterie). Le tout est servi par un concept très militaire et guerrier le prouvant à leur arrivée sur fond de mitrailleuses, gyrophares et fumée de mise, le quatuor portant des masques qu'ils enlèvent à la fin de l'intro pour nous montrer des “supersoldats” maquillage camouflage non sans me rappeller les “Universal Soldiers”. Et ils ne sont pas militaires que dans le show, la musique est martiale, très entraînante et voit un public déchaîné qui enchaîne bousculades et autres headbanguings durant les trois premiers titres. La sauce prend très bien, et cas relativement exceptionnel, le son est très bien travaillé lorsque l'on voit arriver la maréchaussée dans le fond de la salle, tiquant sur le décibelmètre qui se veut bien au dessous de la limite, mais ne les empêchant pas de pretexter “le non fonctionnement de l'appareil”. Mais les K4K se prennent au jeu et c'est devant un parterre de soldats conquis qu'RKG s'exclame “la Chimère est en état de siège/ Etes-vous avec nous soldats de la Chimère?” et d'un public très joueur s'acclamant à leur cause ! Mais hélas, il n'y a que dans les films que cela se passe autrement, et le groupe se voit obligé de raccourcir leur set à un dernier titre “Line of Hate”, lumières rallumés pour moins de spectacle... Mais qu'à cela ne tienne, on demandera tous d'une vive voix à ce qu'ils reviennent à une prochaîne date pour cette fois, on l'espère, un show complet et en bonne et dûe forme ! Bravo K4K pour votre fairplay !



Une fois de plus, la culture alternative est mise de côté dans notre vieille « capitale de la culture » , la faute (semblerait-il) à un voisinage qui ne fait pas preuve de tolérance. De plus, on aura pu constater à la fin de la soirée la présence d'énergumènes irrespectueux de notre travail, ainsi qu'à celui des assos qui se démènent pour faire vivre notre scène (Pensée aux collègues chroniqueurs ainsi qu'à Alix de Stage Bleeding et Larry de la Chimère). Mais ce n'est pas sur cette page que je dois tergiverser …


On aura eu le droit à 3 prestations de belle envergure, le vent n'ayant pas tourné en faveur hélas des KAUSE 4 KONFLIKT qu'il me tardera de revoir, dans de meilleures conditions. La Chimère est pour le milieu du metal une scène incontournable qui a vu passer nombres de formations d'envergures locales, nationales et internationales, mais ne nous laissons pas abattre à l'image des parisiens qui auront été des plus fairplay, et continuons de supporter notre culture en assistant à ces concerts, qui nous rappellerons sans conteste que la fin n'est pas encore pour aujourd'hui. A bon entendeur... En tout cas, merci à SLAUGHTERED, GNAWED BY ORGANS et KAUSE 4 KONFLIKT, ainsi qu'à Stage Bleeding et la Chimère, pour une soirée que je n'oublierai pas de sitôt.



no images were found