CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SCEAU DE L’ANGE
Avec : ACYL, UNCOLORED WISHES, SCEAU DE L’ANGE
Date du concert : 25-02-2012
Lieu : Métal Café - Lyon [ 69 ]
Affluence : 40
Contact organisateur : http://www.sceaudelange.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 mars 2012 - Chroniqueur : Charcoal.Blood - Photographe : Charcoal Blood


Avec le redoux des températures sur la région Rhône-Alpes en cette fin Février, on aurait pu s’attendre à ce que le public Lyonnais soit un peu plus nombreux pour accueillir le groupe SCEAU DE L’ANGE qui se partage l’affiche ce soir au Métal Café avec UNCOLORED WISHES et ACYL. D’autant plus que les Haut-Savoyards sont en fin de tournée après quelques dates à travers la France dans le cadre de la promotion de leur album « Phénomènes ». Il est déjà 20h30 alors que les spectateurs arrivent vraiment au compte-goutte, laissant quelque peu dubitatifs les membres de chacun des combos quant à l’ambiance de la soirée.


A peine un quart d’heure plus tard, c’est à ACYL que revient la charge d’ouvrir le bal devant une petite poignée de personnes. La formation originaire de Paris est venue défendre son deuxième album « Algebra » sorti depuis le 30 janvier 2012 et nous propose un « Métal Ethnique » original où se mélangent sonorités Orientales et Métal moderne. Pour l’occasion, les cinq musiciens ont emmené avec eux des instruments tels le goumbri, dont Amine, le chanteur, nous fait une petite démonstration sur l’intro du set, mais nous avons aussi le privilège de découvrir les karkabous et autres bendirs que vous pourrez voir sur les illustrations plus bas. Le groupe démarre le concert de manière remarquable en transmettant une incroyable énergie et en faisant participer le public. On rentre littéralement dans l’univers d’ACYL dont les titres sont entrainants, on sent que le quintette est à l’aise et qu’il se fait plaisir au fur et à mesure que les gens découvrent leur musique. Heureusement, les participants se font plus présents en milieu de partie et on comptabilise maintenant presque quarante entrées. Ce sera aussi le moment de présenter un nouveau membre guitariste en la personne d’Abder, ancien six-cordiste d’ARKAN. Seul un petit bémol technique (la lampe d’un ampli a grillé) retardera la suite des événements mais la représentation continuera sur la même cadence et de façon très convaincante, plaçant la barre bien assez haute pour le groupe suivant. Affaire à suivre, donc, en qui concerne ACYL que nous ne manquerons pas de suivre après une très bonne prestation.



Il est presque 22 heures lorsque monte sur scène le groupe UNCOLORED WISHES embarqué par Marc, chanteur charismatique et survolté. Les cinq membres sont tous originaires de la région et nous délivrent un Métal Progressif et Expérimental poussé par une seule guitare surpuissante à laquelle viennent s’ajouter des parties jouées sur Synthétiseur. Le quintette aurait pût ressentir une certaine pression en succédant aux Parisiens mais nos compères n’en font rien et envoient du gros son sans se laisser démonter. Les musiciens jouent sur du très bon matériel et font, eux aussi, preuve d’une grande maitrise de leurs instruments. Gabriel, seul et unique guitariste du groupe, est très présent, à l’image de ses camarades, mais on apprendra par la suite que ce dernier ne pourra malheureusement plus continuer à jouer avec UNCOLORED WISHES pour cause professionnelle. Raison de plus pour tendre une oreille plus qu’attentive sur ce combo très inspiré et dont les chansons, majoritairement tirées de leur deuxième album en date « Fragrance », sont élaborées sur des concepts originaux. Le groupe se sent lui aussi très à l’aise sur la scène étroite du Métal Café, il est un peu comme à la maison et d’ailleurs Marc et Gabriel n’hésitent pas à plaisanter et à faire des incursions au milieu des spectateurs. On retient de ce groupe un univers musical saisissant à tel point qu’on en redemanderait encore si le temps ne faisait pas faute. Il s’agit là de la deuxième bonne surprise de la soirée, quelle claque !



Décidément, le ton n’a cessé de monter depuis le début du concert et c’est avec impatience que l’on attend les membres de SCEAU DE L’ANGE. D’ailleurs, ceux-ci ne se font pas prier et montent sur la plateforme à peine quelques minutes après le groupe précédent. Les connaisseurs auront certainement remarqué l’absence d’un bassiste sur scène, expliquée par la pénurie de musiciens occupants ce poste sur une bonne partie du secteur Rhône-Alpes. Mais ceci n’empêche pas le combo d’assurer des dates, les lignes de basses provenant des pistes de l’album. On sent dès les premières notes que le son a été travaillé avec précision, les deux guitaristes délivrent des accords dotés d’un bon feeling et le public n’émet aucune difficulté à se mettre dans l’ambiance. Le quatuor se donne à fond avec plaisir, Thomas et Raph balancent des solos duellistes et allient les mélodies et le côté technique avec une facilité surprenante. On apprécie tout particulièrement les passages en tapping et les touches de « Jazz » sur le titre « Sortir du Sol » qui en dit long sur les capacités des musiciens. Au passage, on peut noter que le groupe bénéficie d’une bonne acoustique, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce type de salle, et qui lui permet d’ailleurs de mettre en avant les différents contrastes contractés par les rythmes « Heavy » et les tempo plus calmes, ainsi que ceux exprimés par le chant de Céline, prenant parfois des tonalités « Death » avant de repasser en voix claire. SCEAU DE L’ANGE offre un set de grande qualité, composé de sept titres livrés dans une atmosphère captivante. Dommage, le temps passe trop vite et les restrictions sonores nous empêchent de demander un rappel.



Il est déjà 00h30, la soirée est terminée. Certains restent encore un peu sur place pour pouvoir rencontrer les artistes et tout le monde reconnaitra que les trois groupes ont donné un très bon concert. La soirée a été riche en couleurs musicales et a permis, pour plusieurs, de découvrir des groupes intéressants que l’on souhaite revoir rapidement sur d’autres affiches.



no images were found