CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NEUROTIC DEATHFEST DAY 02
Avec : Psycroptic, Leng Tch'e, Betraying the Martyrs, Acheron, Centurian, Origin, Beneath the Massacre, Dictated, Morgoth, Putrid Pile, Within the Ruins, Putrid Pile, Anaal Nathrakh, Carnifex, Molotov Solution, Gorguts, Coldworker, Dyscarnate, Suffocation, Abysmal Torment
Date du concert : 03-03-2012
Lieu : 13 - Tilburg [ Hors-France ]
Affluence :
Contact organisateur : http:/www.neuroticdeathfest.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 12 mars 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Après une nuit forte en émotions pour le pauvre Rémi qui dormait avec moi (j'ai fait un concert de ronflements grind...), mais malgré tout une grasse mat', je me mets en action et après une petite douche fort bien réconfortante, il est temps de rejoindre la troupe. Le temps de boire quelques cafés, de croiser les gars d'ACHERON, d'INTERNAL BLEEDING, et surtout de SUFFOCATION (!), il est temps de se mettre en route, piétons que nous sommes. A savoir que c'est la journée du fest que j'attend le plus, j'ai pas trop envie d'être en retard ! Passage chez le colonel Sanders, et retour au 013 avec une journée qui commence bien vu que c'est PSYCROPTIC avec leur Death technique qui ouvre ce samedi.


Après avoir chroniqué leur nouvel album « The Inherited Repression », je concluais qu'il fallait attendre de voir une prestation « live » pour mieux apprécier leurs morceaux. Eh bien ce fut le cas ! Ouverture du set avec « Carriers of the Plague » tiré dudit album, et direct ça défouraille. La fratrie Haley (guitare/batterie) est réglé à la perfection, le morceau est bien rôdé, le son de très bonne augure. Enchaînent des morceaux plus vieux tirés de « Ob(servant) » avant de revenir sur le dernier opus avec « Become the cult ». Bonne prestation scénique de leur hurleur, mais la palme revient à leur bassiste Cameron Grant qui m'aura soufflé par sa présence sur scène enchaînant les parties de basse aux doigts à une vitesse prodigieuse, le tout avec le sourire, headbanguant et grimaçant. 30 minutes de set qu'il faut déjà partir sous les applaudissements d'un public deux fois plus nombreux que la veille, ça promet dans la 2ndstage, surtout avec l'arrivée de LENG TCH'E...



Les Belges ont déjà commencé leur show lorsque j'arrive dans la salle qui est par ailleurs déjà bien remplie, mais mes efforts sont récompensés et j'accède à l'avant. Ne connaissant pas la nouvelle mouture du groupe, j'ai bien accroché à un grindcore mené par un groupe qui en veut sur scène! Le micro circule, ça mosh dans la fosse et fait monter la température de quelques degrés dans la salle, le tout dans une ambiance cordiale, très bonne prestation de LENG TCH'E, à revoir !



Pause bière peu avant la fin de LENG TCH'E, histoire de s'intaller pour aller voir le groupe de “death&satan metal” du festival ACHERON. L'air bourru de leur chanteur/bassiste Vincent Crowley colle parfaitement à l'ambiance de leur musique : un Death avec des tendances Black et Thrash metal. Le quatuor américain développe une ambiance sombre devant la 1ststage grâce à une musique lourde pour une production sonore très “old school”. Je me suis pas ennuyé, mais n'ai pas vraiment retenu de titres non plus..



Profitons d'une petite pause à l'exterieur pour regarder le programme de la 3rdstage: beaucoup de groupe à tendance “Deathcore”... Bon BETRAYING THE MARTYRS c'est pas trop mon truc, ce qui suit non plus, ce qui me concentrera davantage sur les deux premières scènes. De plus, HOUR OF PENANCE annule en dernière minute, leur batteur étant tombé malade, et est remplacé par CENTURIAN. Moi qui me faisait une joie de voir HOUR, je préfère donc prendre une pause pour aller manger et revenir pour ORIGIN sur la 1stà 17h20.


Ayant eu de très bons échos quant aux prestations d'ORIGIN et ayant découvert sur le tard avec leur dernier album en date “Entity” (2011), je ne peux m'attendre qu'à en prendre plein la tronche grâce à leur Brutal Death Technique réglé au millimètre. Bah 40 minutes brutes de décoffrage et l'effet d'un char d'assaut dans les oreilles. Après une petite intro, le groupe nous met donc directement dans le bain avec “Expulsion of Fury” que je suis heureux de reconnaître. Le son est parfait, nos américains sont heureux d'être là, et bien sûr le niveau technique est d'une prouesse rare. Ils se targueront même d'appeller tout d'abord David Haley (PSYCROPTIC) pour un “happy birthday” en bons enfants et d'inviter Simone (CEREBRAL BORE) à venir pousser la chansonnette sur “Staring from the Abyss” en fin de set pour une fin de concert mémorable. Dernière date d'une tournée avec PSYCROPTIC et LENG TCH'E (merci le merch') on pourrait croire que ces 3 groupes ne soient plus très en forme, eh bien ils resteront à mon avis les 3 meilleurs concerts de la journée ! Si ORIGIN ou l'un d'eux passe près de chez vous, vous savez ce qu'il reste à faire !



Mais j'ai pas le temps de me remettre de mes émotions que j'enchaîne directement sur la 2ndstage qui est pleine à craquer pour BENEATH THE MASSACRE, encore un de ces groupes que je n'avais pas encore vu. Dans la continuité brutale de ORIGIN, BENEATH THE MASSACRE suit la même ligne directrice, avec autant d'efficacité à l'image de “Society's Disposable Son” qui m'en aura fait perdre l'un de mes bouchons en cours de headbanging... Une bonne prestation du groupe qu'on aurait pu préférer voir sur la 1ststage du fait d'un son massif, mais qui aurait sûrement perdu en proximité avec le public...



Pause clope/bière et ça repart sur la 1stavec la montée des teutons MORGOTH. Le groupe culte de death old school s'est reformé depuis 2 ans, et écume les festivals depuis. Pour ma part, c'est la 2nde fois que je les vois depuis le DFOA l'an dernier, et en gros amateur de death old school, c'est avec joie que je retrouve le quintette, après la grosse heure de brutal death passée. Le groupe n'est pas en reste et démarre direct avec “Body Count”. Leur prestation m'avait soufflé l'an dernier, et ils remettent ça cette année. On fait un bond 15 ans en arrière à l'époque des DISMEMBER, CARCASS et autres PESTILENCE pour headbanguer sur de bonnes vieilles rythmiques. C'est sûr que c'est pas la même technicité, mais le groove y est et leur Death metal n'a pas pris de ride. D'ailleurs, en regardant les photos pendant les shoots je pensais avoir un défaut d'objectif car les yeux de Marc Grewe (chant) reflétaient une lumière vert fluo. Non, non, le chanteur possède bien des lentilles qui lui confèrent un aspect “possédé” et ajoute à l'ambiance. Je rapprocherai d'ailleurs le look du chanteur bonnet vissé sur la tête à un celui d'un certain Tom Gabriel Fischer (CELTIC FROST, TRYPTIKON) dont le chant est d'ailleurs très ressemblant. Enchaînements de titres tirés de leur courte discographie avant de terminer sur l'excellent “Pits of Utumno” (de l'E.P “The Eternal Fall” (1990), qui m'avait fait connaître le groupe il y a près de 10 ans maintenant !!) suivi de “Isolated”. MORGOTH signe une bonne prestation, nous prouve que le Death old school a toujours ses fans et n'a rien à envier à ses prédécesseurs, reste plus peut-être qu'un nouvel album studio maintenant?!


SETLIST: Body Count/Unreal Imagination/Resistance/Suffer Life/Sold Baptism/White Gallery/Burnt Identity/Pits of Utumno/Isolated.



L'envie me prend de faire une pause avant ANAAL NATHRAKH, je serai donc passé le temps de deux titres du one man band PUTRID PILE sur la 2ndstage, qui d'ailleurs au moment où j'arrive à invité l'un de ses roadies (son frère ai-je cru comprendre?!) à venir interpréter un morceau à la guitare tandis que Mr Putrid prend le micro. Bon, pour ceux qui connaissent pas PUTRID PILE c'est un guitariste/chanteur accompagné de machines qui fait du Brutal Death metal. Bon, c'est sympa, mais l'envie de souffler un coup est trop forte... Puis c'est surtout que je souhaite être en forme pour les Anglais !


Ayant eu la chance de les rencontrer et même d'ouvrir pour eux avec mon ancien groupe lors de leur passage en France en mai dernier pour la sortie de “Passion”, j'avais besoin de confirmer un fait: était-ce le son de l'Igelrock qui faisait que l'atmosphère développée par le groupe était chaotique? Ce n'était pas le son de la salle, non. ANAAL NATHRAKH, c'est le chaos sur Terre et sur scène aussi. Le groupe démarre avec “Drug Fucking Armageddon” qui mettra tout le monde d'accord, la musique des Anglais diffusant la fin du monde dans le 013. Certains diront que ce bordel nuit à la qualité sonore, je peux comprendre, car ici, il faut connaître leur discographie si on veut pleinement apprécier les différentes compos du groupe. D'ailleurs le shooting sera quelque peu difficile, car aucun membre ne reste en place plus d'une seconde ! Un peu de recul me permettra de mieux apprécier la prestation qui donne droit à un Vitriol (chant) furieux, arranguant et descendant de scène pour aller se frotter au public, qui est conquis à la cause du combo. L'un des concerts les plus brutaux du week end en soi.



Ce concert m'aura secoué comme il fallait au point que je décide de bouder CARNIFEX, préférant reposer mes oreilles et trier quelque peu mes photos, attendant sagement l'un des groupes les plus attendus du festival, les canadiens de GORGUTS. 21h, allez c'est parti pour la dernière ligne droite de la soirée ! Le combo de Death technique n'a rien sorti depuis 10 ans maintenant, il reste assez difficile de les voir (me semble t-il une annulation de dernière minute au DFOA l'an dernier qui m'aura permis de voir DISMEMBER une dernière fois, un mal pour un bien ?) , c'est donc avec plaisir que je vois arriver le quatuor sur la 1ststage qui démarre avec “From wisdom to hate” tiré du dernier enregistrement en date du même nom. Luc Lemay leur leader semble un peu fatigué, mais a tout de même le sourire et fait étal ses capacités avec aisance sur son instrument. Il est accompagné par de bons musiciens, mais un son quelque peu en dessous de la prestation gâchent la qualité du set et de titres comme “Obscura”. Le groupe pionnier du genre, balaie sa discographie, et termine sur deux vieux titres “Stiff &Cold” (“Considered Dead”,1990) et “The erosion of Sanity” tiré de l'album du même nom (1993); “old school” à souhait qui m'auront fait lâché un sacré headbanging en fin de set. Après 50 minutes montre en main, GORGUTS quitte la scène sous les applaudissements. Prestation mitigée qui laisse tout de même un arrière goût amer. Un bon concert pour ma part, mais à revoir dans de meilleures conditions, peut être?


SETLIST: From Wisdom to Hate/ The Carnal State/ Orphans of Sickness/ Nostalgia/ Inverted/ Obscura/ Stiff &Cold/ The Erosion of Sanity



“-Bon, il reste quoi à voir ce soir? -Bah là, y'a COLDWORKER sur la 2ndstage, du Death/Grind suédois avec le batteur de NASUM...- Quoi? Suède? NASUM?” Et voilà comment je me suis retrouvé face aux COLDWORKER dans la foulée de GORGUTS. Le combo envoie bien, le son est brut et les compositions passent toute seules. La prestation du groupe n'est pas en reste, Anders Jakobsson (batterie, NASUM) martèle aisément, entouré d'un Anders Bertilsson (ex-THE PROJECT HATE MCMXCIX) en pleine forme, et leur chanteur avec ses airs de Tomas Lindberg (AT THE GATES) qui nous délivre un bon set avec un chant plutôt hurlé d'agrément. Je passe un bon moment et n'hésiterai pas à me pencher sur leur discographie à l'avenir.



Et c'est parti pour la tête d'affiche de la soirée avec SUFFOCATION. On s'disait avec les collègues je cite: “J'garde un bon souvenir à chaque fois que je les vois, mais j'pense jamais à écouter leurs cd...”, en fait c'est un peu mon cas aussi. Alors voilà mon point de vue, c'est pro, ça en jette, le set est bien rôdé et couvre toute leur discographie, mais à mon souvenir Franck Mullen (chant) parle un peu trop à mon goût et nous sort des monologues entre les titres. Bon ok, on sait que ça te fait plaisir d'être là, mais chante ! Enfin, lorsque ce sont les titres qui sont joués tout est fait à la perfection et SUFFOCATION encore une fois nous délivre un super set que les connaisseurs du groupe auront su apprécier à sa juste valeur. Cette fois-ci promis, j'écouterai un peu plus ce que vous faites en studio !!


Histoire de terminer la soirée sur les chapeaux de roues, je retrouve mes camarades à la fin de SUFFOCATION pour aller jeter un coup d'oeil aux maltais d'ABYSMAL TORMENT. La salle est moins fréquentée que cet après-midi, et j'ai eu le plaisir de découvrir un groupe de Death Gore qui m'auront fait passer un bon moment, malgré la fatigue qui prend le dessus et l'on voie la salle se vider pratiquement vers la fin du set, les maltais terminant leur concert devant un public d'une trentaine de personnes. Pas évident de jouer en fin de soirée, alors qu'ABYSMAL TORMENT nous ont délivré une bonne prestation. Le retour va être “folklorique” je sens... Et il reste encore demain pour la dernière ligne droite, soit 19 groupes au total qui passeront ce dimanche, pas d'after pour moi, dodo !



no images were found