CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NEUROTIC DEATHFEST DAY 03
Avec : Cattle Decapitation, Debauchery, Aborted, Nexus Inferis, Sephirah, Aborted, Decapitated, Misery Index, Legion of the Damned, Behemoth, Cannibal Corpse, Fleshgod Apocalypse, Suicidal Angels, Blood Red Throne, Internal Bleeding, Prostitute Disfigurement, Carceri, Kenos, Uncleansed, Begging for Incest
Date du concert : 04-03-2012
Lieu : 13 - Tilburg [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http:/www.neuroticdeathfest.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 15 mars 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Ce deuxième jour fut des plus éreintant, (3h du mat') et c'est 15 min avant de quitter l'hôtel que je me lève... Rendu des clés et départ en voiture pour ce dernier jour du Neurotic Deathfest. Au programme aujourd'hui beaucoup de groupes que je ne connais que de noms, d'autres que j'aime un peu moins et enfin des groupes que je n'ai pas vu depuis quelques années.


Après un bon p'tit repas au « Studio » qui nous requinque tous (les gars, on aurait vraiment dû essayer le « Behemoth Burger » tout de même), il faut maintenant attendre 15h pour le début des hostilités avec CATTLE DECAPITATION sur la 1ststage. Je ne connais ce groupe que de nom, donc ça tombe bien, en avant la découverte ! Le combo de San Diego, Californie envoie du lourd avec un Death metal à tendances Grindcore. Je ne pourrai en dire plus, mais le son n'est pas en reste, la prestation scénique du quatuor est plutôt pro, bonne découverte, même si on a déjà entendu mieux...



La 2ndstage est remplie lorsque démarrent les teutons de DEBAUCHERY. Mise en scène oblige, nos quatres débauchés envoie dans un “Death 'n roll” qui n'est pas sans rappeller BLOOD DUSTER, mais en moins grind. Plutôt sympathique, j'aurai passé un bon moment qui était relativement dansant, dans la joie et la bonne humeur ! Je quitte la salle quelques minutes avant la fin de leur set pour aller attendre ABORTED que je n'ai pas vu sur scène depuis... 2006? (Wacken)



Comme je le disais précédemment, je n'ai pas vu ABORTED depuis près de 6 ans, ayant quelque peu décroché après la sortie d'“Archaic Abattoir”. Il faut dire que les albums suivants, même si ils sont toujours brutaux, avait perdu de ce côté accrocheur, au profit d'un côté plutôt “core”. Mais heureusement, ils sont revenus à leur base sur leur nouvel “Global Flatline” qui m'aura reconcilié avec la bande à Sven. D'entrée de jeu les belges montrent qu'ils sont en forme, le prouve ce nouveau line-up qui fonctionne du tonnerre ! La playlist se décompose sur toute leur discographie et c'est avec joie que je suis “Meticulous Invagination” ou encore “The Holocaust Incarnate” tiré d'“Engineering the Dead” avec lequel j'ai découvert le groupe il y a un peu plus de 10 ans... Le petit bémol de ce concert qui aurait pû être “le coup de coeur” de ce dimanche: Même si il apparait en forme Sven a quelque peu perdu de sa technique de voix si singulière et par moments mâche ses parties. Mais ne leur jetons pas la pierre, car ABORTED aura littéralement foutu le feu au public du Neurotic ! Un très bon retour avec “Global Flatline” et une bonne prestation ne m'aura donné envie que de les revoir !



Passage par la 2ndstage pour jeter un coup d'oeil au premier groupe de la tournée “Full of Hate”, NEXUS INFERIS. Leur “death futuriste” et ultra brutal ne rentre pas dans mes goûts, le son est approximatif là où l'on entend surtout une batterie sur trigguée. Je ne reste pas et en profite pour trier mes photos au balcon de la 1ststage attendant l'un des groupes que je voulais voir confirmer depuis l'an dernier: DECAPITATED. Vieux fan du groupe, l'an dernier ils avaient joué sous forme d'un trio, suite à des “arrêts maladies/accidents”. Cette année, je compte bien me rattraper et là arrive ce fameux moment fatidique où après avoir dormi 5h et étant quelques fois à la limite de la narcolepsie je m'assoupis pour m'endormir même profondément, me faisant du même coup louper toute la prestation de DECAPITATED... Honte à moi !


Mais pas le temps de se lamenter sur son sort, FLESHGOD APOCALYPSE joue dans la 2ndstage. Après les avoir tout d'abord découverts en live en première partie de BLACK DALHIA MURDER/ SKELETONWITCH (concert pas terrible car son mal calibré qui fait que l'on entendait juste le chant et la double pédale), puis une écoute sur album (le dernier en date “Agony” est tout simplement une perle), il me tardait de les revoir en connaissant mieux leurs titres et en espérant surtout qu'ils aient un meilleur son. Eh bien je peux vous dire que le son était meilleur qu'au concert à Lille, mais bien en deça des autres groupes de la journée, laissant encore une fois la place à la batterie devant tout autre instruments, et c'est bien dommage quand on fait un Death metal Brutal et Symphonique, voire grandiloquant. Je crois que pour ma part, FLESHGOD APOCALYPSE en concert je vais m'arrêter là (à moins de les voir sur une grande scène qui leur permettrai de déballer leur art) et continuer de suivre nos Italiens sur enregistrement studio.


Passé cette petite déception, il est temps d'aller en 1stbien avant la fin de FLESHGOD APOCALYPSE pour attendre le groupe qui va être le “coup de coeur” de ce dimanche MISERY INDEX. Après les avoir découverts au DFOA l'an dernier, il faut dire que les américains possèdent un son des plus massifs à comparer au trio KRISIUN. Entendez par là un Death metal d'excellente facture pour 40 minutes de set tournant autour de leur discographie et surtout de leur dernier très bon album “Heirs to Thievery” qui sera le plus représenté ce soir. Un très bon souvenir.



Enchaînent SUICIDAL ANGELS et LEGION OF THE DAMNED (partageant le “Full of Hate” avec MISERY INDEX entre autres) que je n'aurai pas été voir, préférant me trouver de quoi manger qui change des fast food, du Febo (les fameuses croquettes néerlandaises). Retour pour retrouver BLOOD RED THRONE qui emplit une 2ndstage trop petite pour un groupe de cette trempe (je me souviens de leur concert au Neurotic 2011 au MIDI théâtre) qui rend le concert assez difficile à apprécier. Je préfère me tourner pour la première fois du week end vers la 3rdstage pour découvrir UNCLEANSED. Le combo originaire de Houston qui possède un seul album à leur actif pour le moment, envoie avec un Death énergique pour une setlist basée sur “Domination of the Faithful” ainsi que d'un nouveau titre. Bonne découverte d'UNCLEANSED, affaire à suivre... Je ne resterai pas jusque la fin du concert, pour aller voir une des têtes d'affiche du festival, que je n'ai pas vu depuis quelques années, BEHEMOTH.


Les polonais faisaient aussi partie du “Full of Hate” qui touche à sa fin. Mais qui dit tournée ne dit pas spécialement fatigué tout comme leurs collègues partageant l'affiche aujourd'hui, et BEHEMOTH est en pleine forme. Ca fait plaisir de voir un Nergal certes avec les cheveux courts, mais dont on a pas l'impression qu'il était en danger de mort il y a encore quelques mois et il prouve en criant “I'm alive !!” suivi d'applaudissements . Le set est des plus professionnel, le son magistral, et le jeu de lumières est le plus impressionnant du week end. Toute la discographie de BEHEMOTH est visitée et c'est avec joie que j'entendrais “Decade of Therion” avec son mythique “Apo Pantos Kako Daimonos” repris par une foule conquise ! Je serais d'ailleurs étonné de voir “23” (tiré de “Thelema 6”) joué sur scène à mon plus grand bonheur. Le set se termine enfin sur le tube “Antichristian Phenomenon” qui verra votre serviteur descendre dans le pit pour aller chanter avec le public, car je me souviens dans ma tendre adolescence m'entraîner à chanter sur ce titre ! Que du bonheur ce concert de BEHEMOTH, heureux de voir que Nergal est choisi par les dieux et restera encore à composer de superbes prestations pour le bonheur de nos yeux et de nos oreilles, mais surtout épaulés par des musiciens qui eux aussi donnent leurs lettres de noblesse au groupe polonais qui vend le plus d'albums au niveau international…



Il est dur dur de redescendre de ce genre de concert, d'autant qu'il ne reste plus que 3 groupes, que je commence à sentir ces 3 jours dans les jambes et histoire d'en remettre un, encore 3h de route (333 !). Mais bon, ça passera plus vite si je vais voir les concerts plutôt que de traîner sur le site. Allez hop, INTERNAL BLEEDING sur la 2nd! Brutal Death plutôt interessant si on prend en compte l'âge du groupe (créé en 1991) et le fait qu'ils n'aient pas sorti d'album depuis 2004. N'étant pas particulièrement un grand connaisseur, je me laisse porter durant quelques chansons, mais la sauce ne prend pas... Tant pis. Il reste plus que CANNIBAL CORPSE et PROSTITUTE DISFIGUREMENT ce soir, dernier coup de motiv'pour un groupe dont je ne suis pas particulièrement fan (CANNIBAL CORPSE) et un groupe que je connais très peu (PROSTITUTE DISFIGUREMENT).


CANNIBAL CORPSE, c'est un peu comme SUFFOCATION, sauf que j'ai plus tendance à m'ennuyer lorsque je vois ce groupe en concert. Le set est bien rôdé et couvre toute la discographie, le duo de guitaristes est à la hauteur, Corpsegrinder est fidèle à lui-même (le cheveux devant le visage lorsqu'ils ne sont pas en headbanging) bref, un concert de CANNIBAL CORPSE comme les autres. Pour ma part, n'étant pas connaisseur, cette prestation défilera lentement et me fera quitter la scène avant la fin, histoire d'aller finir tous mes tokens.



Dernier groupe du festival et pas des moindres en les défigurés néerlandais de PROSTITUTE DISFIGUREMENT. Ici, c'est du Brutal Death sans concessions nous parlant de viols. J'ai eu moins de difficultés à accrocher que CANNIBAL CORPSE tout simplement parce que le son un peu plus crade rendait l'affaire disons.... moins “mainstream” que leurs homologues américains?! Bref, un bon concert pour terminer ce festival en beauté, mais que je n'aurais hélas pas la chance de shooter, car cette fois, c'est la batterie de mon appareil qui montre ddes signes de faiblesse. Tant pis, ça restera dans ma mémoire, et celle-ci à l'instant où j'écris ces mots, ce souvient d'une belle prestation de la part des néerlandais.


Ca y est, mes tokens ainsi que ceux de mes collègues sont terminés, le complexe va bientôt fermer. Juste avant de quitter la salle, nous retentons tout de même de passer par l'accueil pour demander des affiches du fest (qui n'étaient en rupture la veille) et ô joie ! Nous voici repartis avec 6 affiches ! Merci le Neurotic, et à l'année prochaine !


Un kebab, une dernière “cigarette” avant de monter en voiture, et c'est vers 3h du matin que j'irai enfin retrouver mon lit... En tout cas, un grand merci à Bertrand, Rémi et Gilles de m'avoir pris sous leurs ailes durant ce week end, les gars j'y retourne avec vous avec grand plaisir ! Mais merci aussi à tous les groupes (ceux qui m'auront soufflé comme ceux qui m'auront pas fait décoller), l'organisation du Neurotic Deathfest qui m'aura donné la chance de faire mon premier festival en tant que chroniqueur/photographe (j'espère d'ailleurs que ces live reports leur plairont), la Heineken, la Dommelsch, les collègues Français que j'aurai rencontré (coucou Yasmine, Fly 'n High ou Flower Power?) et les petits bonbons aux fruits à 5h du mat'dans le distributeur de l'hôtel !



no images were found