CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Dualism European Tour 2012
Avec : Textures, Uneven Structure, Outcast
Date du concert : 01-04-2012
Lieu : Connexion Café - Toulouse [ 31 ]
Affluence : 150
Contact organisateur : http://www.myspace.com/souffleursdetetes
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 09 avril 2012 - Chroniqueur : Bloody - Photographe : Bloody


Le 1 er avril... Ce jour, souvent pretexte à toutes les blagues possibles et inimaginables n'est pas allé jusqu'à faire naître des rumeurs sur la venue de Textures a Toulouse. Et heureusement !
Les Hollandais, en pleine tournée de promotion pour "Dualism" font quelques escales en France et c'est l'association des Souffleurs de Têtes qui s'est chargé de la date Toulousaine.


Annoncé à 20h précise, le concert commenca un peu plus tôt (couvre feu oblige) dans la nouvelle salle bar/concert : le Connexion Café. Débarquant dans la salle (pour la première fois), le faible nombre de spectateurs me rappella alors que je n'était pas le seul à être arrivé pile à l'heure. Pour l'heure, les planches sont foulées par Outcast. Dernière sensation death de la scène Française, le groupe recueille tout le respect des divers magazines/webzine spécialisés. Ce soir allait être l'occasion de juger, en live, ce que vaut le groupe. Carré, précis et puissant, c'est le résultat sur album. En live, c'est carré, précis, puissant le tout multiplié par dix. Outcast est dans la place et scotche littéralement sur place les quelques spectateurs présents. De la même façon qu'un rouleau compresseur, Outcast enchaîne les titres en écrasant tout sur son passage.
On regrettera juste le fait que les musiciens ne soient pas plus expressifs que cela. Ils s'attardent plus à jouer leurs partitions que d'en mettre plein la vue. On ne peut pas leur en vouloir car la musique qu'ils jouent est assez technique et la jouer sans bavure en live est la moindre des choses. Pour la prestation scènique, il faudra se tourner vers le chanteur. Sacré show man, ce dernier n'en fait pas des tonnes mais sa carure en impose assez pour forcer le respect. Voir ce colosse hurler les paroles fait froid dans le dos.
On ne peut rester de marbre devant cette machine bien huilée qu'est Outcast. On a eu une belle surprise sur cd, et Outcast vient de récidiver sur scène, le résultat est sans appel : Outcast est un des grands espoir de la scène Française.



Après un rapide changement de plateau c'est au tour d'Uneven Structure d'entrer en jeu. Ne connaisant ni d'adam ni d'eve ce groupe, c'est en terrain inconnu que je débarque. Moins complexe mais plus direct que leur prédécesseur, Uneven Structure déploie un metal tantôt atmosphérique tantôt brutal. La découverte en live pour un groupe de la sorte n'est pas chose aisée. Cependant, le public ayant convenablement investi le Connexion Café, on voit ci et la quelques têtes qui remuent. Uneven Structure ne laisse pas indifférent c'est sur. Il faudra se pencher sur les versions studio de leur musique pour mieux en juger. Cependant, l'équilibre atmosphérique/progressif et bien construit et sonne assez bien. Le tout sera servi par un chanteur monté sur ressort qui visiblement est ravi d'être la ce soir.
Bonne humeur, bon son, Uneven Structure a bien rempli son contrat et a obtenu des applaudissements bien mérités !



Le public désormais chaud bouillant, attent impatiemment les héros de la soirée. Seulement voila, le djent, c'est extrêmement complexe et ça demande beaucoup de temps pour faire les balances. Heureusement que la play-list qui passait à ce moment fit passer le temps beaucoup plus vite ! Pendant les interminables réglages, le guitariste imita le fameux Beat It de Michael Jackson qui était diffusé dans la salle alors que quelques temps plus tard, Daft Punk venait arracher quelques pas de robots aux guitaristes. Beau premier contact avec les musiciens si je n'ose dire.


Réglages effectués, le show peut débuter ! "Surreal State Of Enlightenment" va se charger d'ouvrir les hostilités avec sa rythmique très lourde. Le calme avant la tempete ? C'est exactement cela ! Car ce soir va être une soirée très mouvementée. Vous le constaterez vous même en regardant les photos. (Mon appareil a frolé la mort...). Wall of death, pogos infernaux, slams par dizaine, le public était très en forme ce soir et une fois n'est pas coutume, cela fait énormement plaisir à voir.


Si le public était en forme, le sextet l'était tout autant. On regrettera juste que l'espace scénique n'aie pas été plus grand pour qu'ils puissent se défouler comme ils l'auraient voulu car s'est souvent que les manches des instruments ont manqué de peu de toucher des têtes. Mais peu importe, le show fut énergique au possible mais surtout (c'est la le plus important ) il fut carré et puissant.
Bénéficiant d'un son excellentissime – ce qui est rarement le cas dans les bars/concert – Textures va déployer une set list de feu qui va mettre à feu et à sang le public. Revisitant assez bien leur discographie (ils avaient laissé le choix de la set list sur facebook quelques jours auparavent), Les Hollandais n'épargnent aucune production et mélange avec brio les differents morceaux issus des divers albums. Si la tournée est prétexte à la promo de Dualism, leur petit dernier, les anciens albums sont aussi d'actualités. On pense notamment à Drawing Circles avec son lot de grosses cartouches ("Regenesis", "Millstone", "Surreal State Of Enlightment") ou bien encore le brutal Silhouettes ("Awake", "Storm Warning", "Lament Of An Icarus"). Une belle set-list qui touche à peu près tout ce qu'a fait Textures durant toutes ces années. Des titres tantôt calmes et aériens; d'autres plus brutaux, tout sera joué ce soir pour le plus grand plaisir des spectateurs.
Spectateurs qui par ailleurs seront aux anges. Apparement à Toulouse, Textures possède une grosse fan base. Une bonne partie du public a hurlé les paroles durant la totalité du concert lorsqu'il ne se jettaient pas corps et âmes dans des pogos enflammés ou autre slams virevoltants.
Si le plaisir est à son comble dans le public, il est aussi partagé sur scène ou les sourires et les interéactions entre le public sont nombreux. Un groupe aussi talentueux qui ne prend pas la grosse tête, c'est rare et ça mérite d'être souligné !
Le quid de la soirée (qui revenait d'ailleurs dans maintes conversations) êtait sans conteste la performance de Daniel De Jongh. Nouveau vocaliste au sein du groupe, ce dernier nous prouvera ce soir combien il est à son aise. Il balayera rapidement Eric Kalsbeek tant ses parties vocales death ou claire sont précise. Le live de ce soir mettra tout le monde au point sur la question.
Au bout de soixante minutes de jeu, les melodies mélancoliques prennent le dessus; un peu comme si la fin du show se faisait sentir. Awake, LE morceaux par excellence du groupe résonne dans la salle et dès lors, c'est toute une assemblée qui reprend comme un seul homme les paroles de ce monument. L'alchimie entre le public et le groupe est à son apogée et les quelques minutes qui viennent de se passer seront ancrées dans quelques tête pour un bon moment.


Seulement voilà, les Hollandais n'ont pas prévu de nous laisser sur notre faim et vont revenir pour un rappel qui risque de faire mal, très mal.
D'abord, du calme avec le mélancolique "Reaching Home", une montée en puissance avec "Singularity" et une explosion nucléaire avec le fameux "Lamant Of An Icarus".
Textures vient d'achever le public qui, absolument conquis par sa prestation, leur fera une véritable ovation. Les mains se serrent, les médiators se rattrapent ainsi que les baguettes et Textures quitte la scène le sourire aux lèvres conscient d'avoir donné un excellent show.



Cette nouvelle date des Souffleurs de Têtes fût une belle réussite et ce malgré une faible affluence. Encore une fois, les absents ont eu tort, les autres écopent d'un tas de souvenirs qui resteront gravés dans leurs mémoires pendant longtemps. Merci aux Souffleurs, au public de folie présent ce soir là, et aux musiciens de Textures qui se sont montrés très disponibles pour discuter avec nous. En espérant les revoir bientôt par chez nous. Une prochaine date dans le sud (Bordeaux, Perpignan) est à priori prévue dixit Stef Broks (batteur). Stay Tuned !



no images were found