CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


OMNIVIUM TOUR
Avec : OBSCURA, GOROD, SPAWN OF POSSESSION, EXIVIOUS
Date du concert : 30-03-2012
Lieu : Les 4 écluses - Dunkerque [ 59 ]
Affluence : 300
Contact organisateur : http://www.4ecluses.com
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 12 avril 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Première fois pour moi à Dunkerque aux 4 écluses, et oui quand on est piéton, c'est assez difficile de se déplacer jusque la ville cotière du Nord de France, mais lorsqu'on annonce une affiche telle que l'"Omnivium tour", on trouve facilement conducteur ! Et quelle affiche ! On y retrouve du Metal Progressif avec EXIVIOUS et surtout pour le plaisir des oreilles (enfin, ça dépendra des ingés son) du Death Technique à tout va avec SPAWN OF POSSESSION, GOROD et bien entendu OBSCURA qui promeuvent leur dernier album en date "Omnivium".
La salle des 4 écluses à déjà vu passer nombres groupes nationaux et internationaux d'envergure, et je comprend pourquoi. Même si celle-ci n'est pas très large, elle se veut tout de même longue, scène située à 1 mètre du sol, pour le plaisir des photographes, en nombre ce soir lorsque EXIVIOUS monte sur les planches devant un parterre de public venu en masse ce soir et qui d'ailleurs ne cesse d'arriver au fur et à mesure que le concert passera pour atteindre une salle bien remplie.


EXIVIOUS c'est donc des membres de TEXTURES, des (ex) CYNIC et un membre de DODECAHEDRON, ceux-ci n'ayant qu'un album à leur actif, je m'attend donc à voir une setlist basée sur celle-ci. EXIVIOUS c'est de l'instrumental technique dont on pourrait qualifier de "progressif" de part les morceaux alambiqués et assez aérien qu'ils proposent. Le son est plutôt bon à l'ouverture de "Ripple of a tear", un poil trop fort peut-être aux niveaux des guitares qui s'en donnent à coeur joie et qui bien sûr se complètent parfaitement. Le bassiste n'est pas en reste, yeux rivés sur son manche, appuyé par une rythmique quasi-impeccable. Les jeux de lumières dans les tons rouges et mauves retranscrivent bien l'ambiance développée par le groupe qui nous délivrent 5 titres tirés de leur album éponyme devant un public stoïque et très observateur de la prestation délivrée par le quatuor, mais qui ne nous laissent pas en reste et nous quittent d'ailleurs sur "An Elusive Need" durant laquelle j'en profite pour passer par le bar et éviter la foule de fin de concert. On aurait peut-être eu envie que le groupe soit un peu plus communicatif, mais c'est leur musique qui veut ça...


KILA: "Après moult discussions avec certaines personnes du public, il ressort deux choses de cette prestation. Il y a ceux qui sont venus pour les groupes plus bourrins et qui ont eu tendance à s'ennuyer sur certains titres d'EXIVIOUS, mis à part les deux derniers qui avaient des allures en poil plus agressives et rentre-dedans. A côté de ça y avait les autres, fans de CYNIC et autres combos du genre, qui ont fait là une énorme découverte et qui ont su apprécier le concert dans son intégralité. De mon côté ? Je fais partie des premiers, ceux que l'absence de chant dérange un peu, qui auront appréciés mais sans plus, et qui trépignent d'impatience de passer à la suite. "


SETLIST: Ripple of a Tear / Waves of Thought / Asurim / Time and Its Changes / An Elusive Need



Le temps de vider son godet et de revoir des connaissances de longue date que SPAWN OF POSSESSION ouvre enfin les hostilités. Je suis peu connaisseur du quintette Suédois, mais il faut avouerque leur dernier album en date “Incurso” m'a plus que soufflé et fait déjà partie pour sûr, des incontournables de 2012 ! Les bruits de couloir disent qu'ils ont échangé leur place avec GOROD pour les dates françaises, mais qu'aussi leur guitariste Christian Müenzner (évoluant également dans OBSCURA) souffrant de problèmes musculaires à la main gauche, ne peut pas se permettre d'assurer les deux shows, se concentrant sur OBSCURA; remplacé pied levé par Danny Tucker (ex-GOD DETHRONED). Qu'à cela ne tienne !
Le public reste encore observateur comme pour EXIVIOUS mais a déjà avancé d'un bon mètre et est plus nombreux. Pas en reste, le groupe nous envoie 6 titres tirés de leurs deux premiers albums, à mon grand dam, car ne les connaissant pas, mais ne font que nous prouver le haut niveau de technicité de leur Death metal. Je trouverai tout de même le chanteur poussif et sur certains passages et statique quant à sa présence, contrairement à Erlend Caspersen (bassiste) qui à lui seul par sa présence et son jeu aura enflammé la salle. La fin du set voit d'ailleurs Julien, le chanteur de GOROD pousser la chansonnette malgré quelques défauts techniques en début de chanson mais réveillera le public afin de les préparer à l'assaut de leur groupe passant juste après. Pour certains, SPAWN OF POSSESSION sera le groupe de la soirée, pour d'autre, il va y avoir beaucoup à faire pour GOROD et OBSCURA afin d'être, ne serait-ce au même niveau que le combo suédois. Très bonne surprise, ne resterai maintenant qu'à travailler la présence scénique pour les hisser parmi les plus grands !


KILA:“Et quelle suite ! SPAWN OF POSSESSION prend le relai sur la scène des 4 écluses et nous met direct dans le bain avec "Swarm of The Formless" de l'album "Cabinet", titre des plus dansants quand on est fan des Suédois ! Le public se rapproche un peu mais toujours pas de réel déhanchement, Spawn envoie pourtant très bien et enchaîne sur "Hidden Flesh" et "Spawn of Possession", toujours du premier opus. Ce dernier titre a le don d'avoir un rythme incroyable grâce au débit de chant de Dennis Röndum (qui à la base était le batteur du groupe), quelques essouflements mais rien de bien méchant. On continue sur un morceau du deuxième album avec “Dead & Grotesque”, puis le célèbre "Lash by Lash", titre incontournable du groupe au même titre que "Swarm of the Formless" cité précédemment. Et pour finir en beauté, Julien, le chanteur de Gorod, grimpe sur scène et entame avec eux "Church of Deviance". Malgré quelques soucis de micro sur le début, la collaboration envoie du lourd et laisse présager une ambiance des plus survoltées pour la prestation de Gorod à venir. Malheureusement, on en arrive déjà à la fin du set, seulement six titres... Bien trop court!
En temps que grande fan de SPAWN OF POSSESSION, je me souviendrai longtemps de ce concert, même si ça a été beaucoup trop court, et que j'ai été pas mal surprise que le set ne soit pas davantage basé sur le dernier album "Incurso", sorti début mars 2012. On en redemande ! Pensée particulière pour Dennis Röndum, très accessible et enclin à la discussion et aux échanges, vraiment... MERCI !”


SETLIST: Swarm of the Formless / Hidden in Flesh / Spawn of Possession / Dead & Grotesque / Lash by Lash / Church of Deviance (avec Julien de GOROD)



Et c'est reparti pour 45 minutes de Death Technique avec cette fois-ci GOROD qui vient nous présenter leur nouvel album « A perfect Absolution », avec pas moins de 3 titres dans leur set. Découverts il y a peu au Neurotic Deathfest, fallait retourner les voir après l'excellent souvenir de leur passage aux Pays-Bas. Point loupé encore une fois, la bande à Julien m'a littéralement soufflé, mais je suis pas le seul, car en pseudo tête d'affiche, cette fois le public est amassé devant pour accueillir les Bordelais à bras ouverts. Enchaînements de riffs furieux grâce à un son très audible, on ne peut retenir que la présence du quintette, à l'image de Benoît (basse) et Nico (guitare) enthousiastes comme jamais ! La technique vocale de Julien bien mise en avant pourrait donner des leçons aux meilleurs, surtout lorsque l'on voit la hargne et le plaisir qu'il a à être sur scène et à communiquer avec le public, qui d'ailleurs nous change totalement de Dennis (SPAWN OF POSSESSION). Le groupe balaie toute sa discographie, mais s'attardant surtout sur leur albums estampillés GOROD à l'instar du concert au Neurotic où j'avais eu le droit à une « oldie » de GORGASM (ancien nom du groupe). Les titres s'enchaînent et s'embriquent devant une foule qui slamme (je me souviendrai du gars au dessus de moi tenu par le public autour car j'avais deux bières en main !), pogotte, headbangue autant que leurs cervicales leur permettent, le tout dans une ambiance des plus chaleureuses, surtout lors de l'enchaînement final avec « Disavow Your God ». GOROD aurait pris la place d'OBSCURA ce soir ? On va le voir... Mais en attendant, les Français prouvent encore qu'ils ont leur place dans le paysage Européen et là-dessus, y a pas à tergiverser !


Kila :« L'ambiance est rapidement survoltées et slams et pogos ne tardent pas à pointer le bout de leur nez. Contrairement à SPAWN OF POSSESSION, GOROD nous offre plusieurs titres de son tout dernier album "A perfect Absolution" sorti tout récemment également. Le Technical Death Metal que Gorod nous envoie est tout simplement une tuerie. Pour être honnête, je n'ai pas du tout accroché au dernier album, préférant un "Leading Vision" ou un "Process of a New Decline" d'il y a quelques années. Mais en Live... Aïe Aïe ! Le quintette "envoie du steak" et retrace sa discographie de part en part. A noter aussi le sourire permanent présent sur le visage du bassiste, qui donne juste envie de sourire aussi et de continuer à faire la fête. »


SETLIST : Birds of Sulphur / A Common Hope / Here Die Your Gods / The Axe of God / Carved in the Wind / State of Secret / Programmers of Decline / Disavow Your God 



La tension doit monter sévèrement à chaque fois qu' OSBCURA monte sur scène, lorsque l'on voit la haute qualité des groupes qui ouvrent pour eux sur cette tournée. D'ailleurs, je pense que comme tout le monde, ils devront placer la barre haute, très haute pour ne pas se faire oublier. Mais l'omniprésence du public prouvent qu'ils méritent bien leur place en tête d'affiche d'une tournée qui porte le nom de leur dernier album studio « Omnivium ». Leur Death metal est plus mélodique, j'en attend donc pour ma part beaucoup du quatuor Allemand...
Après une intro ça enchaîne direct sur « Vortex Omnivium » dudît album et là, c'est le drame : On a eu le droit à 3 groupes avec un son plus que potable, ici, c'est batterie trop en avant, on entend peu le chant et les parties mélodiques. Toute personne ne connaissant pas ou peu OBSCURA à dû avoir l'impression d'entendre marteler 9 titres (dont un solo de batterie) tout du long de leur set... N'empêche votre serviteur à tout de même eu le droit à « Incarnated » en 3e titre, j'en attendais pas moins, ce qui a eu pour résultat de me faire lâcher mon appareil pour un headbanging en bonne et dûe forme ! La chanson aux accents très DEATH à de quoi donner quelques émotions. Hélas, l'attendant vers la fin et l'ayant eu dès le début, j'ai par la suite moins tendu l'oreille aux sons des germains. Malgré les problèmes sonores, le public est tout de même des plus présents, le groupe possédant un certain charme, à l'image de Stephen Kummerer (chant/guitare), et enchaînent donc morceaux tirés de leurs 3 albums en date. Ils termineront d'ailleurs leur prestation en rappel avec une reprise de DEATH « The Flesh and the Power it Holds », quelque peu gâché encore par le son... Pour ma part, j'aurais peut être préféré entendre leur reprise d'ATHEIST, mais on peut pas tout avoir !
OBSCURA, je pense mérite sa place de tête d'affiche sur leurs autres dates, mais ici, se seront plutôt les premières parties qui auront eu le droit au respect. Malgré tout, j'espère les revoir dans de meilleures conditions sonores !
Kila :« J'avoue que je ne suis plus vraiment en très grande forme, et qu'Obscura ne fait pas vraiment partie des groupes pour lesquels j'étais venue ce soir ».


Setlist : Septuagint / Vortex Omnivium / Incarnated / Orbital Elements / Universe Momentum / Ocean Gateways / Drum Solo / Noospheres / The Anticosmic Overload / Centric Flow / Rappel: Flesh and the Power It Holds (Death cover)



Dans tous les cas, ce fut l'un des meilleurs concerts organisés dans le Nord depuis le début de l'année, des musiciens talentueux et plus que sympathiques et abordables, en somme de très bons souvenirs, et des groupes à suivre absolument. Merci aux 4 écluses, aux groupes, à leur très bonne bière locale pas chère qui nous change des standards habituels, à Bertrand et Rémi de m'avoir fait découvrir ces groupes, et bien sûr à l'organisation ! Un concert qui concluera le mois de mars en beauté !



no images were found