CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


WAKE UP DEAD METAL GIG
Avec : OFFENDING, GOD DAMN, PSYGNOSIS, SLOVENLY WORLD
Date du concert : 07-04-2012
Lieu : La Cave à Musique - Mâcon [ 71 ]
Affluence : 180
Contact organisateur : http://fr-fr.facebook.com/assowakeupdead?filter=3
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 14 avril 2012 - Chroniqueur : Der.Lehrer - Photographe : Black.Roger


  Après une fin d'hiver consacrée au vingtième anniversaire de la Cave à Musique de Mâcon, la célèbre salle de concerts de la Bourgogne du Sud accueille en ce 7 avril guère printanier une fête du rock-metal organisée par l'association nouvellement créée, Wake Up Dead, sous l'impulsion de quelques musiciens locaux pour qui cette soirée sera une sorte de baptême du feu. Quatre groupes, tous français, mais représentant des styles différents, se produiront sous les voûtes de la « Cavazik »durant quatre heures, devant un public venu en nombre respectable, composé d'amis, de curieux, mais surtout de passionnés et de connaisseurs.


  A 21h30, c'est le jeune quintette SLOVENLY WORLD, originaire du Creusot, qui aura l'honneur, mais aussi la lourde tâche, d'ouvrir « la cérémonie ». Avec leur nouveau line-up, les cinq musiciens ont bien l'intention de prouver que le talent n'attend pas le nombre des années. Ils pratiquent un thrash metal fortement teinté de metalcore, ponctué de voix claires, voire de de sonorités heavy. C'est Florian, le chanteur, qui d'emblée s'imposera sur scène, par son sens du contact avec le public, pourtant resté en retrait et qu'il va devoir solliciter à maintes reprises, tant il est statique et passif. C'est la phase d'observation, dira-t-on. Animés par la fougue de leur jeunesse, les gars de SLOVENLY WORLD ne manquent pas d'énergie et s'efforcent de réchauffer l'atmosphère, ce à quoi ils ne parviendront qu'à la fin de leur set de 40 minutes, grâce à un wall of death, bref et symbolique.


Leur musique, somme toute assez classique, souffre, semble-t-il de son caractère un peu trop linéaire ou monolithique, les enchaînements étant à peine perceptibles. A leur crédit, il faut souligner une bonne présence scénique due à quelques années d'expérience et à quelques concerts dans toute la région. On leur souhaite de s'affirmer davantage en mettant leurs réelles aptitudes, leur cohésion et leur potentiel au service d'un genre à la fois plus personnel et mieux délimité. Leur prestation de ce soir, assurant une première partie, n'était pas un exercice facile. On les encourage vivement à poursuivre leurs efforts qui s'avéreront rapidement fructueux.



  Nombreux étaient ceux qui avaient hâte de découvrir « les régionaux de l'étape » en live, à savoir les Mâconnais du groupe PSYGNOSIS, fraîchement formé. A 22h30, les spectateurs commencent à comprendre qu'ils auront affaire à un quatuor « pas comme les autres », à une sorte de rupture avec les styles habituels du metal. Pas de batterie! En effet, il s'agit, avec ces quatre artistes, de metal électronique – genre qui ne court pas les rues.


Une atmosphère angoissante, sombre, tantôt religieuse, tantôt martiale, en tout cas captivante, enveloppe petit à petit l'ensemble du public dans une espèce de phénomène d'hypnose. En les observant et les écoutant attentivement, on se rend compte que les musiciens de PSYGNOSIS ont eu la volonté de produire une composition, un son et des textes – en un mot un spectacle – sur un concept original et totalement libre. L'intro est plutôt brutale, le chanteur, Raphaël, impressionnant de talent et de charisme, toujours en mouvement, jusqu'à se laisser tomber sur les planches, le bassiste, Jérémy, aux côtés d'Anthony, guitariste et de Rémi, l'autre guitariste (second chanteur et samples), constituent une unité artistique exemplaire. On se dit qu'ils ont dû travailler beaucoup pour se hisser à ce niveau. Cris, voix, sons et textes enregistrés accentuent encore l'impression d'irréalité, les yeux fermés, comme au garde-à-vous, ils communiquent une vraie émotion aux spectateurs subjugués – certains les trouveront trop austères ou trop hermétiques - . Rythme lent ou rapide, musique ensorceleuse, séquences instrumentales, gestuelle finement étudiée, jeux de lumière verte, vocaux variés, death ou thrash, headbangings à se dénuquer...c'est PSYGNOSIS, un combo atypique, qui, pendant près de 40 minutes aura conquis, espérons-le, une bonne partie du public. Certes, il y aura toujours des sceptiques ou des réfractaires. Ceux qui adhèrent à la musique des Mâconnais pourront l'écouter chez eux en téléchargeant légalement  leur première oeuvre majeure,


« Anti-Sublime », sortie en janvier dernier. Gageons qu'on entendra parler de PSYGNOSIS au-delà des frontières de la Bourgogne....



  Il est déjà 23h30 lorsque les Lyonnais de GOD DAMN s'installent (pour la première fois) sur la scène de la Cave à Musique de Mâcon. Ce quintette constitué dans les années 2005-2006 est désormais connu dans la France entière pour pratiquer avec brio et une énergie folle un stoner metal assez atypique. Le frontman-chanteur, Renato, et ses quatre compères forment une petite équipe très soudée et stable, c'est cette cohésion qui, entre autres, explique aussi leur montée en puissance et leur popularité jamais démenties. GOD DAMN ne fonctionne à fond qu'en osmose avec son public,son véritable carburant. La musique de ces « bêtes de scène », autour de leur chanteur déjà cité, pièce maîtresse haute en couleur, usant d'un vocabulaire « fleuri » et plein d'humour, s’inspire,


du moins en partie, de groupes mythiques comme BLACK SABBATH, PANTERA, EYEHATE GOD et même CROWBAR (« All in »). Le rock sudiste américain ne leur est évidemment pas étranger. Les guitares de Gayrem et Pich envoient du son bien gras, des riffs incisifs. Quant à la basse, sous les doigts experts de Charly, elle ne passe pas inaperçue, loin de là, tout comme les frappes de bûcheron du batteur ultra efficace, Bij.


Après un EP sorti en 2007, GOD DAMN qui a partagé la scène avec de nombreux groupes prestigieux, a publié en 2009 un album intitulé « Old Days », bien accueilli par la critique et dont ils interpréteront plusieurs morceaux ce soir. Le prochain verra le jour, en principe, à l'automne 2012.


Le frontman n'hésite pas à descendre dans l'arène pour « secouer » un public encore trop apathique à son goût, et ça marche: pogos, slams, walls of death se succèdent...Comme à Albertville (Savoie)


la veille, ils dédient une belle chanson à un ami disparu. Plus tard, Renato lui-même se lance dans un slam inattendu, l'ambiance est maintenant franchement festive, et une belle ovation met un point final à la prestation de 45 minutes des Lyonnais. Pour les avoir vus à de nombreuses reprises depuis leurs débuts, je peux affirmer sans risque que leur ascension n'est pas terminée.



   Autre groupe, autre style. OFFENDING, la tête d'affiche, enfin! Il est en effet bientôt une heure du matin. Les cinq Bordelais qui officient dans le death-metal pur et dur, brutal et/ou old-school,


puissant et lourd, vont, après quelques mises au point techniques, déclencher les hostilités pour 50 minutes. Le quintette d'Aquitaine ne fait manifestement pas dans le détail, son leader communément


appelé « Jésus », mais aussi « The Butcher », l'âme du groupe, impressionne par sa silhouette, sa barbe légendaire, mais surtout par sa voix gutturale, ses « gruiks » abyssaux qui feraient peur aux petits enfants....


Fondé en 2002, OFFENDING a à son actif deux EP's et deux albums: »Human Concept »,2010 et


« Age of Perversion », 2012.


Et ce soir, dans cette salle où le son est excellent, OFFENDING  écrase tout, comme un train qui s'emballe ...Headbanging et mosh-pit sont de rigueur. Alors que guitaristes et bassiste continuent de s'acharner sur leurs instruments, que le batteur (hors pair) malmène ses fûts avec une belle ardeur,


que le chanteur tient son public de fans, la salle commence à se vider lentement mais sûrement.


Encore quelques riffs ravageurs, une chanson pour conclure, c'est la dixième « Devil's Covenant ».


Et les musiciens d'OFFENDING, en sueur, viendront serrer la main à leurs admirateurs. Belle soirée. Ils reviendront bien en Bourgogne ou en Rhône-Alpes, on a besoin de groupes de ce niveau.



SET-LIST DE SLOVENLY WORLD


   Intro / Contagion / Alternate Ending / Defy You / Redemption / Begin To React /


   Indecent Words / The Way I Fall Down / Seven Days To Save A Son


 


   SET-LIST DE PSYGNOSIS (non disponible)


 


   SET-LIST DE GOD DAMN


   Never Look / Legends / Old Days / No Way / Under Pressure / All In / 90's / Crazy Train


   Landing For My Pride


 


  SET-LIST DE OFFENDING


   Infested By His Burden / Within This World / The Destruction Of The Human Spirit  /


   Propagation Of Voices / Dominion XXI / Human Concept / Hopeless Submission


   Age Of Perversion / Without Anything / Devil's Covenant


 


   Pari gagné pour l'association « WAKE UP DEAD » en dépit d'une légère déception quant à l'affluence. Chacun s'accorde à reconnaître que cette soirée fut une réussite à tous égards. Nos remerciements vont aux quatre groupes qui ont joué pour satisfaire le plus grand nombre, aux organisateurs, notamment Vincent, Will et Jérémy, à la Cave à Musique toujours aussi accueillante,


aux bénévoles et aux « amis du métal » qui se sont déplacés. En attendant la prochaine édition...



no images were found