CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SKOX
Avec : SKOX, PSYGNOSIS, FIRE WIZZARD
Date du concert : 27-04-2012
Lieu : Le Blogg - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.blogg-cafe.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 avril 2012 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


L’affiche de ce Vendredi 27 Avril indiquait « Extrême Métal ! » au Blogg de Lyon, ok, mais ce sera du métal tout simplement avec trois formations en devenir, l’avenir nous le dira… Au menu, du heavy-metal avec FIRE WIZZARD de Mâcon (71), du death expérimental avec PSYGNOSIS de Mâcon également, et du thrash-death avec SKOX de Lyon. Le démarrage du concert va s’avérer un peu laborieux, en effet il est presque 21 heures 30 lorsque le premier combo foule planches et lance le son. Ce son qui ne sera d’ailleurs pas génial tout au long de la soirée, il fallait le préciser. Ce soir deux chroniqueurs de Pavillon666, Black.Roger donc et Teenage.Whore, sont présents, du coup vous aurez deux appréciations pour chaque groupe au travers de ce live-report.


 BLACK.ROGER :


La salle est relativement bien remplie pour accueillir FIRE WIZZARD (ce qui ne sera pas le cas pour les deux autres combo, mais nous en reparlerons plus loin). FIRE WIZZARD qui s’est fait remarquer dernièrement à la Tannerie de Bourg-en-Bresse en ouvrant pour LOUDBLAST. Les Bourguignons nous proposent donc un heavy-métaaaaal de bonne facture emmené par le chanteur/guitariste Thor qui semble tenir le groupe à bras le corps. Mais cela n’enlève en rien la présence des autres musiciens avec une cohérence de bon aloi. Ambiance heavy donc sur des compositions honnêtes dans le style, une reprise de METALLICA bien placée pimentera le tout.


Cependant j’ai noté une prise de risque limitée pour varier les plaisirs, des soli plus enlevés seraient les bienvenus pour donner un côté plus épique à leur prestation, des envois plus percutants aussi ne seraient pas de refus. Mais le groupe est encore jeune et ne demande qu’à évoluer, nous n’en doutons pas un seul instant.


 TEENAGE-WHORE :


 C'est FIRE WIZZARD qui a l'honneur d'ouvrir le bal, avec un peu de retard tout de même. C'est donc devant un public impatient que les mâconnais débutent leur set. Le combo pratique un heavy metal plutôt éclectique, avec même parfois des intonations Thrash Métal. Le groupe envoie du lourd, la soirée promet d'être grandiose ! Les morceaux sont rodés à la perfection, pas un seul moment d'ennui. La batterie est terriblement puissante, le frontman est assez charismatique, et la basse a un son transcendant. Je les voyais pour la première fois, et c'est donc une très bonne découverte. Pas étonnant que le combo avait été choisi pour faire la première partie de LOUDBLAST ! FIRE WIZZARD enchaîne les morceaux sans une seule faille, et vu la qualité de la prestation, on leur pardonne très vite le retard ! De plus, les mâconnais nous font le plaisir de nous interpréter une reprise de METALLICA, la salle est ainsi conquise.


 



BLACK.ROGER :


 Changement radical de style, de musique et de lumières avec PSYGNOSIS qui se lance dans son monde de death alambiqué, électronique et particulier avec lasers à l’appui. L’affluence présente pour le premier groupe semble s’être évaporée, est-ce le style qui rebute, est-ce autre chose ?


En tous cas personnellement je suis curieux de revoir ce groupe qui m’avait impressionné lors du concert  donné à la Caveà Musique de Mâcon en ouverture de OFFENDING et de GOD DAMN début Avril.


Tout irait donc pour le mieux avec le début du set, bien comme il faut. Mais hélas le bassiste casse une corde de son instrument, pas de chance car le fait est assez rare. On répare, l’ambiance retombe et le groupe repart à zéro avec son premier titre. PSYGNOSIS fait preuve d’un certain professionalisme après seulement quelques concerts. Cette formation nous propose donc un cyber-death particulièrement travaillé et original en soi. Musiciens éprouvés, chanteur charismatique, ambiances hors du temps, tout concours à nous lessiver la cervelle. Dans le bon sens du terme évidemment. Alors bien sûr on aime ou on aime pas leur démarche, pour ma part j’ai aimé leur musique et leur particularisme dans des envois lourds et percutants, métal quoi ! Groupe à revoir encore et encore tout simplement.


 TEENAGE.WHORE :


 En deuxième position, nous avons rendez-vous avec  PSYGNOSIS.  Première surprise, le combo joue sans batteur. Tout est ainsi rythmé de façon informatique. Et c'est d'ailleurs un réel parti pris venant du groupe. Ce genre de choix est malheureusement à double tranchant, soit le public adhère soit c'est le vide total. Ce soir, l'audience semble apprécier la musique de PSYGNOSIS. Les musiciens semblent être envoutés et rien ne peut les stopper. Les morceaux s'enchaînent, plus ou moins violents, les titres de façon générale sont assez éclectiques. Le chanteur est complètement possédé sur scène et les lights sont digne d'un concert de PUNISH YOURSELF ! Cependant, je suis convaincue qu'une boite à rythme ne remplace pas un vrai batteur, et scéniquement, malgré tous les efforts des « zicos », la magie n'opère pas. De toute évidence, mon point de vue n'est pas celui de tout le monde, fort heureusement d'ailleurs, puisque le public semble conquis et répond présent jusqu'à la fin du show.



BLACK.ROGER : 


Changement de matériel encore une fois, et le temps passe, il est déjà passé minuit lorsque les thrashers fous Lyonnais SKOX, montent sur scène pour nous balancer une sauce épicée appelée thrash-death, mélange détonnant et explosif comme on aime.


La salle s’est encore vidée quelque peu, mais les purs et durs des premiers rangs, les amis et les fans qui savent ce qu’est un concert de SKOX sont là bien présents. Effectivement dès le premier titre tout le monde (restant) s’envoie en l’air (qui a dit comme d’habitude ?).


« ComeWith Me » met le feu aux poudres donc suivi par les classiques « Bestial » et « Under God’s Illusion ». Naturellement la reprise de SEPULTURA « Dead Embryonic Cells » jette de l’huile sur le feu. Deux nouveaux morceaux aussi seront de la fête. Le quintette « tabasse » toujours aussi fort, aussi vite, aussi bien. Riffs pur thrash labellisés, soli malsains et vicieux, duo basse-batterie au taquet, nul métalleux ne peur résister à une prestation du gang des Lyonnais. Mais l’horloge du Blogg tourne, la fatigue se fait sentir et la sueur coule. Alors, J.C. et sa bande nous assène un dernier brûlot « Destruction » pour finir de nous ruiner les neurones. Un son un peu plus puissant et « catchy » aurait-été apprécié, mais bon ce n’est pas de leur fait. Au revoir donc SKOX, rendez-vous à la Charpenteriele 26 Mai pour une effusion sonore d’enfer.


TEENAGE .WHORE :


 Enfin, c'est au tour de SKOX de prendre  place. La salle s'est malheureusement bien vidée vu l'heure tardive, mais heureusement une grosse vingtaine de survivants sont restés pour supporter les Lyonnais. Il est minuit passé, SKOX et leur indestructible Thrash Métal raisonne comme une bombe atomique à travers Le Blogg. Le groupe va nous interpréter leurs titres habituels, et nous fera même le plaisir de nous faire découvrir deux nouvelles compos ainsi qu'une reprise de SEPULTURA. On a beau avoir vu les Lyonnais plus d'une fois, la claque est toujours la même ! Les morceaux sont carrés, les guitares de Vincent et Gyldas sont maîtrisés tels des boulets de canons. Arnaud est infatiguable à la batterie, la basse de Flo est puissante à souhait, et enfin JC en tant que frontman dévore la scène et se l'approprie complètement. Le groupe débute le show avec « Come With Me », et en l'espace d'une minute, le public du Blogg passe du stade de Zombie alcoolique au bar à Zombie déchainé et incontrôlable ! Malgré la fatigue, SKOX reste ce genre de groupe qu'on pourrait écouter toute la nuit. Le combo enchaîne les titres avec « Internal Burns », « Bestial » et j'en passe. Le public joue le jeu et reste présent jusqu'au bout pour le plus grand plaisir du groupe. Seul regret ? Le set était trop court !! Eh oui, c'est malheureusement ça quand on raffole d'une chose, on en réclame toujours plus ! Ainsi, SKOX termine par « Destruction », histoire de terminer cette soirée en beauté. Assez bon show pour le combo ce soir, même si cette question se repose à chaque fois dans nos têtes … mais que fait un groupe comme SKOX dans les petites salles Lyonnaises ? SKOX a en effet la carrure et la puissance pour déchainer plus que 30 personnes sur scène. En espérant les voir un de ces 4 dans une salle digne de leur qualité musicale... . En tout cas, bravo les gars pour ce show ! On vous pardonne pour le mal de nuque le lendemain !!




Merci à tous, organisateurs et groupes pour cette petite soirée sans prétention, mais métallique en diable avec à la clé découverte pour certains, et confirmation pour d’autres, sans oublier convivialité et bonne humeur.



no images were found