CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


E-BREED
Avec : e-breed, shoot the pianist, lux berline
Date du concert : 30-03-2012
Lieu : Le Black Room - Bordeaux [ 33 ]
Affluence : N.C
Contact organisateur : http://www.vsbprod.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 18 mai 2012 - Chroniqueur : Bodomania - Photographe : Bodomania


C'est vendredi, alors, direction le "Black Room"... salle qui par le biais de VS Prod, nous concocte depuis quelque temps déjà de belles soirées Rock/Metal en ce jour saint!


Mais cette date est particulière, car nous fêtons également un anniversaire ce soir. L'année 2012 ne cache pas seulement un noël apocalyptique fait d'une bande sonore bien brutale, non, elle marque également les 10 ans du groupe E-BREED! Alors, nous n'allions surement pas manquer ça, surtout en sachant que SHOOT THE PIANIST et LUX BERLINE se joignent à la fête. On sort les instruments, les cotillons, et c'est parti...


LUX BERLINE aura donc la charge de chauffer les planches, habitué à la scène depuis sa création en 2009, (avec pas moins de 70 concerts en 2 ans dans la région, ce qui est plutôt une bonne moyenne, vous en conviendrez), le quatuor aura rencontré des groupes comme les CRAFTMEN CLUB, les KID BOMBARDOS ou encore les ELDERBERRIES, au cours de ces dernières années sur le bitume.


Puisant leur inspiration dans BASHUNG, QUEENS OF THE STONE AGE, PIXIES, THE CURE et AFGHAN WHIGS, ce mélange varié promet donc de détonner sur les planches. Ca tombe bien, c'est le moment de les accueillir...


Et leur entrée va nous démontrer rapidement que la scène est un lieu familier pour eux, libérant un set très énergique qui percute, de par un registre rock à la fois sombre et entraînant, saturé ou plus léger et aérien et des textes aussi bien torturés, qu'énérvés et fédérateurs. Quelques morceaux issus de leur premier maxi "Otages délibérés", (sorti l'an dernier), nous seront donc servis pour l'occasion.


L'enragé et entêtant "Bou Kornine" avec la basse de Mathieu qui ronronne et réchauffe l'atmosphère.


"Mon Armée" (single choisi, dont le clip est d'ailleurs disponible), dirigé par les coups de baguettes martiaux de Jérôme, et des rythmiques récurrentes qui ne seront délivrées par des musiciens au garde à vous, jusqu'aux explosions bien rock'n'roll des cordes lancées par le vocaliste (et guitariste) Janfilipe . Celui-là même qui tient parfaitement son rôle de frontman en n'oubliant pas de communiquer en toute décontraction avec l'assistance, entre deux déclamations maîtrisées, car habitées, mêlant parfois l'anglais à son registre, comme sur "Jail in the airport" soutenu par des choeurs fédérateurs, l'impact n'en est alors que plus grand. "La Frontière", morceau très accrocheur, instaure de son côté cette ambiance moite et libérée, grandement aidée encore une fois par les riffs de Fabien qui nous assène ses acoups puissants et Mathieu, dont la basse résonne encore. En bref, la bande son parfaite pour tout road trip qui se respecte!


Et quelques surprises nous attendent encore avant la sortie de scène puisque trois reprises version LUX BERLINE viennent s'intégrer à la set-list. Démontrant au passage leur aisance dans des registres divers, ce petit flash-back s'avérera très appréciable... Les lignes sombres de THE CURE sur "A Forest" viendront cotôyer le ton plus rock'n'roll de "ça cache kekchose" du regretté Alain Bashung, style qui sied bien au chanteur, d'ailleurs. Comme le final ô combien efficace, "Personnal Jesus" (DEPECHE MODE) qui sent bon l'asphalte, et qui fera sortir les lunettes noires... Houuu Yeaaah...


Un groupe à revoir, et au vu de l'actualité, il risque d'y avoir quelques occasions. Un album étant également prévu pour juin, une participation au projet est d'ailleurs lancé aux internautes qui souhaiteraient contribuer à la réalisation de ce premier opus. Une bonne alternative qui avait déjà été fructueuse, permettant de financer le clip de "Mon armée" via "Ulule". Alors, rendez-vous sur le net, et sur la scène pour la suite...


 



On se réhydrate un peu, histoire d'accueillir le prochain groupe, car avec SHOOT THE PIANIST, la deuxième partie de soirée s'annonce donc très chaude, voire explosive!


L'univers décalé et survitaminé du quintette créé en 2008, et auteur d'un premier album, le si bien nommé "Full-time Rock'n'roll' sorti il y a deux ans, a de l'énergie et de l'inspiration à revendre. Et c'est dans une toute nouvelle configuration qu'ils officient à présent, intégrant cette année même Matt et Ker, en lieu et place de KO et José. Mais après seulement quelques concerts portés par ce nouveau et déjà solide line-up, on ressent déjà une belle osmose. C'est donc affublés de t-shirts dignes des plus grandes équipes sportives from California, que la troupe entre sur scène. Au programme, fraîcheur et légereté pleine de saveur, mélodie, maîtrise et envoi foutrement rock'n'roll, une rencontre fleur bleue et entre FOO FIGHTERS, QOTSA et NADA SURF... les pompons argentés sont en place, les nouveaux titres aussi... la moitié de ce set étant constitué de nouvelles compositions issues de la préprod', en téléchargement gratuit sur leur site, depuis peu. Une parfaite occasion de vérifier le potentiel de ces compos sur scène. Alors, en avant...


Ce sont les notes fraîches et puissantes du tubesque "Hand in mine" qui donneront le ton, lancées par la forte présence d'un groupe monté sur ressort. Un premier titre qui nous fait découvrir le Chant clair de Matt, habitué aux envois stoner au sein d'HELL IN TOWN. Et cette nouvelle 'voix' se révèlera être un très bon choix, que ce soit dans un registre plus sucré et aérien ou appuyant et durcissant le ton parfois en donnant une signature plus chaude et éraillée, ses vocalises ajoutant assurément de la force et une variété à l'ensemble des compositions. Mais ce qui est fort dans SHOOT THE PIANIST, c'est cette présence scénique et cette signature amenée par chacun, ce qui donne à la fois un groupe laissant une place à chaque personnalité tout en formant une équipe des plus solides en étant tous réunis. Ce n'est donc pas un hasard s'ils abordent et mêlent leurs équipes sportives, judicieusement choisies: gym, basket, lacrosse, golf et water polo à l'honneur.


La complicité et la dynamique du groupe est communicative, elle transpire autant que la puissance mélodique de ce premier titre. Entre refrains entraînants, lignes pop/rock aériennes et joyeux foutoir du soir, bonsoir, un solo vient se greffer au milieu de cette rythmique dansante. Une atmosphère enjouée, certes, mais également plus agressive quand il le faut, grâce au duo efficace et détonnant de guitares amenées par Vavio et Singkipoo, ainsi qu'aux déchirements de vocalises. On continue alors la découverte des derniers nés avec le deuxième morceau (aussi tubesque) du set, "I am the man". Une entrée au ton plus décalé et burlesque nous attend, des mélodies enivrantes, un refrain fédérateur, aussi. Oscillant toujours entre le côté obscur et lumineux, un power pop/rock frais et bien frappé laisse place à des parties douces, parfois quasi-oniriques, une rythmique aussi dansante, ou encore des sonorités plus grungy/noisy et enragées à la fin.


Le premier envoi de la fournée "Full time Rock'n'roll" vient alors se frayer un passage naturel... Libérant ainsi d'anciens titres, "XXX" en tête de liste, donc, qui donnera ainsi un registre rock plus brut et hargneux, sans oublier l'apport saturé et planant des cordes et des toms. Nous offrant même une belle montée solistique et un réchauffement de salle qui prendra tout son sens quelques minutes plus tard à l'apparition de "Fairy Tail". Cette dédicace sensuelle 100% testostérone, ici envoyée à un haut degrés de dérision par Matt à l'organisateur de la soirée, Amaury Fantoni. Ce qui nous renvoie bien sûr à l'aspect théâtral des SHOOT, qui assurent le show, mais nous permet d'entrevoir aussi une autre facette musicale. Plus calme, mais pas seulement, après l'envoi de type FOO FIGHTERS dicté par Ker, cette ballade introduite par une voix chaude se transforme en envolée suivant des riffs aériens. L'esprit de la bande à Dave est là, du NADA SURF mêlé à un registre "punk rock californien" à la fois léger, épurée et nostalgique... Le temps s'accélère alors et nous envoie une bonne montée impression très efficace avant un petit break mélodique.


Les pom pom girls sont dans la salle? C'est le moment de remuer les froufrous argentés et de suivre les délires scéniques au son de "Bewitched", une autre composition prometteuse, amenée par les secousses rythmiques et autres riffs intrusifs et entêtants. Un montée solistique rock psyché/stoner viendra chercher une ultime délivrance de rage vocale, une dernière occasion de secouer la tête et le reste...


Un show délivré par un groupe à l'énergie folle qui marque cette année l'évolution et la confirmation de son potentiel. L'inspiration et l'accroche ne s'arrêtent donc pas simplement au choix de leur nom ou de leur visuel, elle est présente au coeur de ces nouvelles compositions. L'actualité est également de mise pour le quintette qui vient de terminer ses préproductions et lance un appel aux souscriptions dans le but de presser ce bel objet. Et comme à leur habitude, des teasers et autres messages plein d'humour vous attendent entre les pixels, alors, rendez-vous également sur leur site... Une chose est certaine, on adhère, et on reverra avec grand plaisir cette bande de serial kick ass rockers.



On s'apprête maintenant à conclure cette belle festoyade en compagnie des principaux intéressés... Dix ans, déjà... En effet, depuis leur formation en 2002, le groupe bordelais nous aura gratifié de quelques sorties, notamment une demo "Birth" (2005), suivie d'un premier opus "-273°C" en 2009, mixé par Davy Portela (ex-PLEYMO, ENHANCER, LULA FORTUNE) qui marquera le début de leur collaboration avec "Lunatik Music". Après de nombreuses scènes, les membres du collectif "Troma" (aux côtés d'INDICA, PACE MAKER et NOP), signèrent un changement l'an dernier en intégrant Carlos au chant, apportant avec lui une nouvelle signature vocale, de même que des textes en Anglais, mais également une évolution musicale, lorgnant à présent du côté de DEFTONES, INCUBUS, KARNIVOOL... Dans l'attente de "The Alternative", futur album prévu pour cette année, dont le mix sera délivré par les mains magiques d'El Mobo du "Conkrete Studio", le quintette nous offre ce soir un avant-goût de ce qui nous attend sur leur prochaine sortie. Une rétrospective faite de nouveautés comme cadeau d'anniversaire...


"Stand" inaugure ce set par un fond progressif et mélodique, doucement intensifié par les cordes d'Oreye, l'ajout électronique, de son côté, enrichit et illumine cette atmosphère puissante créée par Carlos, qui varie les vocalises avec beaucoup aisance. Après cette superbe entrée, celui-ci se permettra quelques belles poussées sur un "Inner riot" posé et tout aussi efficace. Le combo est toujours aussi à l'aise sur les planches, l'ombre de la décennie passée est bien présente. Une troisième partie de soirée menée avec maîtrise et en toute décontraction, les musiciens nous balancent leur son alternatif sans économie, pendant que la salle (dont les membres de SHOOT en grande forme) leur scande un "joyeux anniversaire" de circonstance entre chaque morceau. En dépit de quelques problèmes de son, Laurent ne s'économise pas derrière son clavier, s'agitant et agitant son instrument, les va-et-vient s'enchaînent... Tom ira même récupérer une de ses chaussures perdue dans la bataille. Après les roulements et autres breaks bien placés du planant "Choices", la seule trace de l'ère "-273°c" (déjà présent sur leur démo), "Once", fera son apparition, calmant les esprits avant une reprise de RATM. Le groove de "Take the power back" investit nos oreilles, laissant la place à la section rythmique très efficace délivrée par Tom et Alx.


Mais, E-BREED, c'est aussi l'alternance de guitares lourdes et éthérées, de saturation, de rage mêlées à une atmosphère dépaysante, comme c'est le cas sur "Ship of fools", qui se réchauffe peu à peu à mesure que le tempo se durcit et que les vocaux se font plus sauvages. La pression se renforce avec les dernières offrandes de la soirée, entre ses lignes mélodiques et saccadées, "4 Walled World" varie les sonorités et libère une superbe montée solistique avant la fin.


Les baguettes tenues par Alx se chargeront d'introduire et de dicter avec subtilité la dernière piste de leur grand retour. "Steal" clotûre ce concert-anniversaire avec émotion et intensité, deux ingrédients qui font désormais plus que jamais partie de leur répertoire et qui prennent tout leur sens sur scène!


Bon anniversaire à E-BREED, qui continue d'enchaîner les dates avant la sortie de "The Alternative" prévue pour bientôt... On suit l'actualité et l'on se dit que les morceaux de ce nouvel album promettent déjà d'allonger les années de foulage de scène du combo. Rendez-vous dans 10 ans...



Je ne peux toutefois pas m'empêcher de terminer ce live report en lançant un petit appel, une secousse, au public Rock/Metal, celui-là même qui se plaint de n'avoir que de rares concerts à se mettre sous la dent, les oreilles, les yeux.... Ici, à Bordeaux, autant dire que la saison hivernale en aura fait hiberner quelques-uns, mais voilà que les rayons de soleil sont un nouveau pretexte au désistement! Les barbeuc's/apéro précoces ont sans doute amené les métalleux vers je ne sais quel projet. Le fameux proverbe "Les absents ont toujours tort" est donc plus que jamais d'actualité, et il en fut de même pour cette superbe soirée qui fêtait l'anniversaire des 10 ans d'E-BREED, réunissant SHOOT THE PIANIST et LUX BERLINE à leur côté. Cette affiche nous aura offert d'excellents moments dans une ambiance aussi décontractée que riche en musicalité et en énergie. Alors, peu importe l'audience, la preuve en est, la scène bordelaise en a dans le ventre et nous réserve encore de bonnes surprises...


Merci aux organisateurs et aux groupes présents ce soir, en attendant le rattrapage obligatoire pour ceux qui auraient manqué ces groupes sur scène (à découvrir et à redécouvrir) et la salle du "Black Room" (à investir et à ré-investir), voici donc la fin du résumé d'une soirée "qu'elle était bien festive"!


 


SET-LIST LUX BERLINE:


_ Bou Kornine


_ Mon Armée


_ Infusion


_ A Forest (The Cure cover)


_ Pas Normal


_ Ça cache kekchose (Bashung cover)


_ La Frontière


_ Jail In the Airport


_ Personnal Jesus (Depeche Mode Cover)


 


SET-LIST SHOOT THE PIANIST:


_ Hand in mine


_ I am the man


_ XXX


_ Drop D


_ Dark


_ Mac 7


_ Mac 10


_ Fairy Tail


_ Bewitched


 


SET-LIST E-BREED:


_ Stand


_ Inner riot


_ Choices


_ Once


_ Take the power back (RATM cover)


_ Ship of fools


_ 4 Walled World


_ Steal



no images were found