CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


EDGE OF THE FALL
Avec : edge of the fall, lodz, psygnosis
Date du concert : 18-05-2012
Lieu : Le Warmaudio - Décines [ 69 ]
Affluence : N.C
Contact organisateur : http://www.facebook.com/lodztheband
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 23 mai 2012 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Au mois de Mai avec tous ces « ponts », le public métal semble un peu perdu. Preuve en est encore ce Vendredi soir 18 Mai au Warmaudio de Décines. En effet, une poignée d’irréductibles coreux et métalleux était présente pour une petite affiche bien alléchante au départ avec les Lyonnais EDGE OF THE FALL et LODZ auquel se sont rajouté en dernière minute les cyber-métalleux de Mâcon PSYGNOSIS. Bref, passons maintenant aux choses sérieuses, les prestations des trois formations.


PSYGNOSIS avec laser en support lance son show, mais hélas dès le premier titre le bassiste casse une corde à son instrument. Malédiction de Lyon peut-être car pour la seconde fois que le groupe se produit dans la capitale des gaules, le même scénario se reproduit ! Enfin, l’incident clos et la basse réparée, le quatuor reprend les choses en main et repart au début du titre. PSYGNOSIS bénéficie d’un bon son ce soir, ce qui sera le cas d’ailleurs pour les deux autres combos de la soirée. Entre fumée, éclairages particuliers et technicité des musiciens on entrevoie des compositions de qualité avec samples à l’appui, batterie électronique, qui supportent une voix death propulsée par un frontman expressif. PSYGNOSIS sait créer des ambiances extrêmes et émotionnelles avec à l’appui envolées de « growls » jusqu’au boutistes nuancées par des parties calmes aux arpèges envoutants. Ce soir leur prestation sera bien remarquée par un public absent ou presque, dommage.



Voici maintenant LODZ, groupe local qui a déjà sorti un premier EP 5 titres intitulé “And Then Emptiness” et qui a déjà une certaine expérience de la scène malgré sa récente formation. LODZ qui nous présente un métal/hardcore particulier, un post/métal, post/rock qui pourrait se situer entre CULT OF LUNA et DEFTONES voyez-vous. Avec LODZ, les envois sont lourds et non dénués de mélancolie. Ici on alterne puissance ravageuse et chant écorché avec passages planants aux intensités palpables d’un chant clair émotionnel bien juste. Chaud et froid donc bien senti, bien varié avec sur scène des musiciens vivant le post/core avec passion, envolées de basse, guitare scalpel et batterie soutenant le tout. Alors, on se laisse happer par leur démarche qui nous montre un quatuor déjà rôdé dans son style particulier et l’on adhère fatalement à leur prestation ce soir.



Avec EDGE OF THE FALL nous passons à un hardcore/métal bien rentre-dedans qui dès les premiers titres vous collent au plafond. En effet EOTF ne s’encombre pas de fioritures inutiles et nous envoie des morceaux plus puissants les uns que les autres. Facile me direz-vous de ‘bourriner » en quelque sorte. Mais là on se trompe car les « coreux » Lyonnais savent bien doser la part old-school et la part moderne du hardcore avec de petits détails accrocheurs bien placés qui font la différence. Bien sûr, l’énergie déployée sur scène avec une grosse dose métallique fait penser à HATEBREED ou encore à TERROR, mais dans la jungle du style, nos lyonnais ravagent la scène partout où ils se trouvent, et ils le font bien. Alors comment résister à leurs envois terrifiants d’efficacité, à leurs mosh-parts meurtriers et à leur son bulldozer. Ce son bien travaillé où les guitares tranchent dans le vif du sujet, où le duo basse-batterie fait un malheur. Et puis il y a cette voix aboyés/écorchée toujours dans l’urgence qui vous invite à tout détruire devant vous. Le groupe se donne à fond avec une chorégraphie efficace en diable, allant de la scène au pit et inversement. Quintette ébouriffant donc dont on attend à chaque fois les nouvelles prestations, c’est vous dire !



Allez, ce soir on ressort du tiroir la sempiternelle petite phrase “les absent ont eu tort” encore une fois. La soirée fut très agréable tout de même, on en redemande et l’on remercie évidemment les organisateurs de ce petit bal métallique du vendredi soir au Warmaudio.



no images were found