CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


VAGOS OPEN AIR J-2
Avec : Mindlock, Textures, Chthonic, Coroner, Overkill, Arch Enemy
Date du concert : 04-08-2012
Lieu : Open air - Lagoa de Calvão, Aveiro, portugal [ Hors-France ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.vagosopenair.eu
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 28 août 2012 - Chroniqueur : Doc.Douggy - Photographe : Doc.Douggy


Le Portugal n'est pas le premier pays vers lequel je me tournerai concernant les festivals Hard/Metal estivaux. Pourtant le pays dispose d'une scène relativement prolifique lorsque je constate les annonces de concerts là-bas (ou tout du moins surtout sur Porto), ainsi que celles des festivals comme le SWR au mois d'avril (qui aura vu cette année passer CANDLEMASS, IMMORTAL ou encore ASPHYX et HYPOCRISY). Mais c'est sans compter sur un petit Open Air du côté d'Ilhavo (centre littoral): le Vagos Open Air ! Ignorant totalement son existence, c'est par le biais d'un ami (merci Bastardator !) et ma présence non loin du site pour des raisons professionnelles qui m'auront fait se pencher sur ce festival à taille humaine qui l'air de rien commence à se faire connaître hors de nos frontières et qui a vu passer nombre de belles têtes d'affiches lors des 3 précédentes éditions (OPETH, MORBID ANGEL, MESHUGGAH, CARCASS, THE GATHERING, AMON AMARTH, et pleins d'autres...)


Plutôt que de jouer les grosses pointures, le festival se dote d'une seule et unique stage, pendant 2 jours avec 6 à 7 groupes à la journée, pour une somme raisonnable et un placement qui laisse rêveur... Le site est au bord d'un lac duquel on peut prendre une douche sur sa rive, un camping sous les pins (mais quelque peu chaotique à mon goût concernant les placements) et une scène placée sur un stade, tribune à l'appui. Et à la vue de l'affiche de cette édition, je ne pouvais que m'y retrouver ! Voyez-vous même: le 3 août sont annoncés AT THE GATES, ARCTURUS, ENSLAVED, NASUM, NORTHLAND, ELUVEITIE et les nationaux de DISAFFECTED ! Mais hélas, les raisons professionnelles précitées m'empêcheront de pouvoir m'y pointer, à mon grand dam... Mais pour vous, je me suis rattrapé et y suis allé le lendemain avec une affiche certes moins "jouissive", mais haute en couleurs avec MINDLOCK, CHTHONIC, TEXTURES, CORONER, OVERKILL et ARCH ENEMY. Et excepté ARCH ENEMY (dont d'ailleurs je ne me réjouis pas trop, je m'expliquerai par la suite), ce sont 5 groupes que je n'aurai jamais eu l'occasion de voir sur scène encore, alors c'est parti !



Après un rapide tour du site, c'est parti pour le premier groupe de l'après-midi avec MINDLOCK. Le groupe propose un hybride Thrash/Hardcore avec des influences variées, le tout pour pas mal de puissance. Le son est d'enfer, les musiciens se donnent à fond, à l'image du duo guitariste/bassiste qui ne cesse d'arranguer la foule et d'un chanteur très actif et souriant face à un public conquis. Un groupe nerveux qui sait transmettre sa bonne humeur et qui met d'appétit pour la suite des festivités. Et soit-dit en passant, une belle découverte.



Il est temps de changer totalement de continent et d'aller du côté de Taiwan pour découvrir le Metal extrême oriental avec quelques touches de claviers de CHTHONIC. Le combo en est déjà à son 6e album et possède une réputation internationale (même si pour ma part je ne connaissais pas du tout...). Le dernier album en date “Takasago Army” est bien sûr mis en avant et le combo qui possède d'ailleurs une bassiste très charmante nous emmène dans leurs contrées lointaines quand Freddy Lim, chanteur du quintette prend son erhu (instrument traditionnel chinois à cordes). La musique de CHTHONIC me fait penser à celle de SIGH quoique plus mélodiques que ceux-ci. Exit les corpsepaints, le groupe s'affuble de “ghostpaints” basés sur les 8 généraux de l'enfer issus de la religion taoïste. Un set qui passe à une vitesse fulgurante et encore une découverte sur laquelle je vais m'empresser de me pencher dès mon retour.



Il est temps de faire une petite pause lors du set de TEXTURES que je trouve surchauffé par cette vague « Djent », d'autant que j'aurais l'occasion de les revoir dans deux semaines à l'occasion du Motocultor... J'en profite donc pour discuter un peu avec les autochtones. D'ailleurs le premier que je rencontre au bar est un Parisien !! Dis donc pour un dépaysement, et bien c'est plutôt raté ! Mais il reste ce jour le seul Français avec qui j'aurai eu l'occasion de faire connaissance. Mais à côté de ça, il est aussi à noter que notre beau pays est bien representé au Portugal, car à n'importe quel stand je peux trouver un Francophone. Ceux-ci sont d'ailleurs très accueillants, et m'ont à plusieurs reprises proposé de revenir l'an prochain, hébergement à la clé, que du bonheur ! Pour la peine, quelques photos d'ambiance et de gens bien sympathiques rencontrés (dont 2 russes affublés de tee-shirt « Hellfest »...)



Le set de TEXTURES fini, ça va être au tour de la première tête d'affiche de fouler les planches du VOA avec les suisses de CORONER. Le groupe depuis sa reformation en 2010 et surtout cette année multiplie les apparitions « Live » comme le prouve leur concert mémorable au Roadburn, ou le prouveront dans deux semaines (encore au Motocultor). Mais pour commencer, le trio de « Technical Thrash » doit tout d'abord s'imposer ici. Et après une intro tirée de leur album éponyme, c'est l'enchaînement avec « Internal Conflicts » (« Grin » qui est l'album le plus représenté avec pas moins de 5 titres joués). Les meilleurs titres du trio y passent comme « Masked Jackal », « Metamorphosis », « Die by my hand », « The Lethargic Age » (l'enchaînement des trois n'aura fait que me donner un torticolis). Un seul absent a ce set est l'album « R.I.P » dont aucun morceau n'est joué. Mais le groupe nous quitte avec « Grin (Nail Hurts) avant de revenir avec « The Invicible » qui fait office de rappel, et CORONER conquiert le public portugais. Un set de haute voltige qui me laisse rêveur lors des envolées de Tommy T. Baron, leur guitariste, et part des titres qui ne prennent pas une ride et restent magnifiquement interpretés. Chapeau bas messieurs, vivement le Motocultor !


SETLIST : Golden Cashmere Sleeper, Part 1 (intro)/ Internal Conflicts/ Serpent Moves/ Masked Jackal/ Status : Still Thinking/ Metapmorphosis/ Die by my Hand/ The Lethargic Age/ Semtex Revolution/ Gliding Above while being Below/ Divine Step (Conspectu Mortis)/ Grin (Nail Hurts) RAPPEL : The Invicible




Le soleil se couche lorsqu'arrive ce qui sera la tête d'affiche de la soirée, en l'entité d'OVERKILL. Le groupe de Thrash New-Yorkais (comme ces homologues ANTHRAX) vient de sortir son 16e album « The Electric Age » aux accents très modernes si l'on compare l'album aux sorties cultes comme « Taking Over » ou « Feel the Fire ». Mais pour ma part, c'est aussi l'occasion de découvrir le groupe en « live », l'un des rares que je n'ai pas encore eu la chance de voir. A l'image de Bobby « Blitz » plus qu'enjoué, le groupe reste très en forme et nous sert sur un plateau un cocktail de titres tirés de leur discographie, sans non plus oublier de mettre en avant leur dernière offrande au dieu Thrash. Une heure de set et une claque musicale, OVERKILL ne cherchent pas à se faire oublier et nous donnent un concert mémorable espérant pour ma part que ce ne sera pas le dernier !


SETLIST : Come and Get it/ Bring me the Night/ Elimination/ Wrecking Crew/ Electric Rattlesnake/ Hello from the Gutter/ Iron Bound/ Save Yourself/ Necroshine/ Old School/ In Union we Stand. RAPPEL : Deny the Cross/ Rotten to the Core/ Fuck You (Suburbans cover)



OVERKILL terminé, la soirée aurait pu l'être aussi, mais tout n'est pas fini, surtout pour le public lors de la montée des suédois d'ARCH ENEMY... Pour ma part, je n'attend plus grand chose du combo mené par le couple Gossow/Amott et ce depuis la sortie des réenregistrements jettant Johan Liiva (ex-chanteur) aux oubliettes, à mon plus grand dam. D'autant que leur dernier album « Khaos Legion » sent le rechauffé et la roue libre. C'est alors l'occasion pour moi de découvrir leur nouveau guitariste Nick Cordle, remplaçant du charismatique Christopher qui a quitté le groupe (déception des nouvelles compos de son frère ainé?). Bref. Le groupe est accueilli comme il se doit par 95% du public et nous sortent une setlist principalement composé des « tubes » du groupe (si je puis dire), car même si le quintette est très pro et Angela plus que présente, je n'arrive même pas à headbanguer sur « Ravenous » ou « Silent Wars ». Qui dit nouvel album dit promotion et nouveaux titres comme « Yesterday is dead and Gone » en ouverture, ou « Under black Flags we march ». Nick Cordle nous balance tout de même un joli solo en milieu de set (même pas un de Michael?), ainsi que « Snow Bound » en fin de set. Il me restera très difficile de rester jusqu'au bout du concert, car, nostalgique de la vieille époque, je subis plus que je ne profite. Un gâchis après les passages de CORONER et OVERKILL, mais ceci reste mon avis, à la vue d'un public conquis par la prestation des des Suédois qui quittent la scène sous un tonnerre d'applaudissements... Mais pas des miens. Ce concert signifiera d'ailleurs la fin d'une époque pour un groupe que je suivais vaillamment il y a encore quelques années.


SETLIST : Yesterday is Dead and Gone/ Ravenous/ My apocalypse/ Bloodstained Cross/ The Day you Died/ Under Black Flags we March/ Dead Eyes see no Future/ Solo (Nick Cordle)/ Intermezzo Liberte/ Silent Wars/ No Gods, No Masters/ Dead bury their Dead/ We will Rise/ Snow bound/ Nemesis/ Field of Desolation


C'est un peu déçu par cette magnifique journée que je repars, mais je garde tout de même en tête les bon moments et découvertes qui ont ponctué ce Vagos Open Air. Une chose est sûre, si la programmation tient la route l'an prochain, c'est avec grand plaisir que j'y retournerai et vous invite à faire de même si vous êtes de passage dans le coin. Un grand merci à l'orga concernant l'accreditation, aux gens rencontrés, au bifanas (sorte de kebab de porc) pimenté, et à un site qui mérite d'être retenu.



no images were found