CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SABATON
Avec : SABATON, ELUVEITIE
Date du concert : 02-10-2012
Lieu : CCO de Villeurbanne - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myreferencevents.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 04 octobre 2012 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART - ANTHEA https://www.facebook.com/ChartLivePhotography


Voici une affiche qui annonce une très bonne soirée. ELUVEITIE commencent à être des habitués des salles lyonnaises puisqu’il s’agit de leur troisième passage en deux ans par la capitale des Gaulles. SABATON n’est pas en reste et puisque le groupe est en pleine expansion à l’heure actuelle. MY REFERENCE EVENTS ne pouvait que faire carton plein. C’est tant mieux et nous sommes très heureux de constater une reprise du service pour cette organisation de concert après une petite période de passage à vide. C’est tout le mal qu’on leur souhaitait. Par contre, on compatit pour l’annulation de dernière minute de WISDOM. N’ayant pas plus d’informations à ce sujet, nous dirons simplement tant pis pour eux. Ils ont raté une belle occasion de se produire dans un CCO en pleine effervescence.


Le concert débute donc avec un certain retard. ELUVEITIE étant devenu par la force des choses le groupe de première partie ce soir, ils rejoignent normalement la scène à 19h45. Le matériel de SABATON prenant beaucoup de place, les huit musiciens d’ELUVEITIE se retrouvent serrés comme des sardines sur cette scène pourtant pas si petite du CCO. La formation helvète est actuellement en pleine promotion de son petit dernier « Helvetios » même si parallèlement un double album au titre évocateur, « Early Years », a vu le jour cette année. Le combo n‘a rien perdu de son efficacité scénique et s’est même bonifié avec le temps. Malheureusement, les évènements semblent jouer en la défaveur de l’organisation ce soir. Après l’annulation de WISDOM, c’est au tour d’ELUVEITIE de se retrouver confronté à un problème. En effet Kay BREM, le bassiste se voit contraint de quitter la scène prématurément. En traînant un peu plus tard sur les abords de la salle, nous aurons l’opportunité de le croiser, le bras gauche en écharpe. Cela n’empêchera nullement le groupe de se produire avec professionnalisme et une certaine bonhomie. On compte un bon nombre de titres phares dans la set-list de ce soir. « Helvetios » bien entendu ouvre les hostilités suivi de « Luxtos » et « Neverland » afin de défendre au mieux ce nouvel album. Venant de sortir un disque rassemblant des morceaux plus anciens, ELUVEITIE en profite pour nous présenter « Uis Elveti » avant de revenir sur l’actualité avec « Uxellodunon » ainsi que « A Rose For Epona ». Puis s’enchaînent à nouveau des morceaux plus anciens « Divico », « Inis Mona » et « Thousandfold » avant un nouveau titre issu de « Helvetios », « Alesia ». Le set se termine sur « The Uprising » et « Havoc ». Parmi ces nouveaux morceaux, j’aurais vraiment souhaité pouvoir écouter « The Siege » avec le chant black metal d’Anna MURPHY mais malheureusement, ce sera pour une autre fois. En tout cas, ce set nous prouve encore une fois qu’ELUVEITIE a son mot à dire et qu’à l’heure actuelle il a tout ce qu’il faut pour devenir un grand groupe. Espérons juste qu’à l’avenir il n’aura pas encore à souffrir de ces petits problèmes qui ont la fâcheuse tendance à ternir la prestation.


Intro / Helvetios / Luxtos / Neverland / Uis Elveti / Uxellodunon / A Rose for Epona / Divico / Inis Mona / Thousandfold / Alesia / RAPPEL : The Uprising / Falls OK Für Anna / Havoc


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


SABATON version 2012, c’est une version totalement recomposée du groupe. Seul demeure Joakim BRODEN au chant en tant que membre originel. Tous les autres membres ayant été remplacés à l’exception du claviériste, c’est une formation totalement inédite que l’on retrouve ce soir. Pourtant, malgré ce détail de line up, le groupe ne souffre pas d’incohérence. L’unité vestimentaire aidant, on a réellement l’impression d’avoir un groupe uni par des années d’expérience devant nous. Le public lyonnais n’y prêtera que très peu d’attention. L’accueil est chaleureux, enfin, réellement bouillant même. Le style de SABATON est convaincant. Le groupe flirte avec différents courants relativement en vogue. Un peu de Thrash, de Heavy, de Pagan et de Hard Rock et on a une vague idée de l’univers musical de ces suédois. SABATON aime jouer avec son public et lui laisse même le choix de certains morceaux comme par exemple entre « White Death » et « Talvisota » ou encore entre « Coat Of Arms », « Uprising » et « Midway ». Si ma mémoire est bonne, ce seront « White Death » et « Uprising » qui seront retenus. Le concert se passe cette fois sans encombre et face à un public déchaîné qui sera ravi par un rappel efficace. « Metal Crüe » aura finalement raison du public qui n’aura plus qu’à prendre un bon bol d’air après ce show tout à fait à la hauteur des espérances même si on sait qu’en Allemagne, c’est 2500 personnes qui assistent à ces hostilités.


Ghost Division / Gott Mit Uns / Poltava / White Death / Carolus Rex / Karolinens bön / 40:1 / Cliffs of Gallipoli / Uprising / The Lion From the North / The Hammer Has Fallen (Joakim Broden on keyboards) / Price Of A Mile / RAPPEL : The Art of War / Primo Victoria / Metal Crüe


Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine Pavillon 666 webzinePavillon 666 webzinePavillon 666 webzine


Malgré quelques petites choses à redire ci et là mais indépendantes des groupes et de l’organisation, la soirée était tout de même réussie. On retient surtout cette ambiance survoltée. Certains groupes disent que Lyon est une très bonne ville où jouer. Parfois on se demande si ce n’est pas de la simple flatterie. Et bien ce soir-là, il a été prouvé que Lyon a un public extrêmement dévoué et survolté lorsqu’il aime les groupes.



no images were found